Le bon ministre pour l’immigration?

Monsieur François Legault,

Aux yeux de beaucoup de Québécois de tous les partis, vous semblez être le champion des politiciens qui tiennent leurs promesses.

Pendant la campagne électorale, vous avez répété, à propos des immigrants, que vous vouliez « en prendre moins, mais en prendre soin ». Pour la deuxième fois, votre ministre de l’Immigration [Simon Jolin-Barrette] semble plutôt vouloir en avoir moins tout court, sans égard pour les personnes qui sont engagées dans l’un ou l’autre des laborieux processus bureaucratiques exigés. Il a dû reculer à deux reprises parce que son plan était soit illégal, soit complètement irréfléchi.

Votre programme politique est de toute évidence axé sur la primauté des considérations économiques. Or, dans ce cas et dans d’autres aussi (notamment, la préservation des ressources), même cet objectif central semble être envisagé à courte vue. Des immigrants qui arrivent d’abord dans nos collèges et nos universités adoptent le chemin idéal pour s’intégrer à la société d’accueil, ainsi que vous prétendez le souhaiter. Que leur cheminement corresponde ou non aux besoins à court terme de telle ou entreprise ou région ne change rien au fait qu’ils offrent le maximum de potentiel qu’on puisse attendre. Le prodigieux essor économique des États-Unis au XXe siècle était largement dû à l’immigration, une immigration où le pourcentage de doctorants était infiniment moindre.

Si votre engagement en matière d’immigration était plus qu’une jolie rime entre « moins » et « soin », vous devriez songer sérieusement à dénicher un responsable de ce dossier qui soit un peu moins irresponsable.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

8 commentaires
  • Cyril Dionne - Abonné 8 novembre 2019 08 h 28

    Le tabou de l’immigration

    D’emblée, l’immigration n’est pas un droit mais bien un privilège qui peut être révoqué en tout temps. Étudier au Québec, même si vous êtes subventionné par les deniers québécois, cela ne vous garanti pas une citoyenneté prête à porter. Le présent ministre sur l’immigration avec sa nouvelle réforme ne fait que mettre les points sur les « i ».

    Ceci dit, l’argumentation est plus que boiteuse dans cette lettre et on demeure poli. Comparer l’essor économique des États-Unis il y a plus de 100 ans passés alors que le pays était pratiquement vide à aujourd’hui est tout simplement démagogique. Ce n’est pas Mark Twain qui disait qu’il faut s'empresser d'acheter des terrains parce qu’on n’en fabrique plus. Aujourd’hui, les pays sont construits et nul besoin d’une immigration de masse qui ressemble de plus en plus comme une invasion dans les territoires occidentaux et qui devient un fardeau pour le filet social.

    Il semble aussi que plusieurs n’ont pas encore reçu le courriel. Les emplois qui assuraient une dignité socioéconomique où on pouvait élever une famille disparaissent comme une peau de chagrin en Occident et au Québec. La montée de la technologie, qui est en train d’envahir toutes les activités humaines, n’augure rien bon pour l’avenir. Ajouter à cela un libre-échange immoral et bientôt plus personne ne travaillera au Québec. Ceci dit, on retrouve encore au Québec, des manufactures qui carburent à la technologie de la 2e révolution industrielle de l’électricité et du moteur à explosion. Elles vont malheureusement disparaître dans un futur proche.

    Mais la cerise sur le sundae de M. Legault, c’est d’essayer de justifier la venue en masse de gens qui n’ont aucune affinité ou de compétences avec les changements technologiques en cour. La meilleure que j’ai entendue était celle concernant la culture et la diversité. Bien oui, on a besoin encore plus d’artistes tout en occultant le fait, que la plupart de ceux-ci au Québec, vivent tous sous le seuil de pauvreté.

    • Denis Blondin - Abonné 8 novembre 2019 12 h 29

      Monsieur DIonne.
      Avec la baisse de la natalité et le vieillissement de la population, vous aurez beau compter sur la technologie pour changer vos couches dans votre CHSLC, vous regretterez sûrement d'avoir voulu fermer la porte à toute immigration non choisie par une entreprise de haute technologie.

    • Cyril Dionne - Abonné 8 novembre 2019 14 h 46

      Cher M. Blondin,

      Vous versez dans le ridicule avec votre baisse de la natalité, le vieillissement de la population et les CHSLC. Si on avait 0% d'immigration demain matin, la population québécoise serait constante et stable et le ciel ne nous tomberait pas sur la tête. Les extrémistes de gauche et les néolibéralistes avaient dit de même lors de l'inauguration de Trump aux USA. La bourse allait s'effondrer. Coudonc, on a eu l'effet contraire. C'est l'immigration qui fait augmenter la population tout en mettant une charge indue sur les services de santé et le filet social puisque les budgets ne sont plus au rendez-vous. Ici, on ne parlera même pas de notre empreinte carbone comme société et de nos émissions de C02 qui augmentent proportionnellement avec la l’accroissement de la population. Le budget de la santé accapare plus de 50% de tous les argents gouvernementaux au Québec. J'imagine que c'est raciste et « trumpiste » de donner l'heure juste. C'est le bon vieux reflexe d'Adil Charkaoui; lorsqu'on critique des positions souvent insensées, on se fait traiter de xénophobe, de raciste et de tous les noms possibles au lieu d’essayer de réfuter les arguments avancés.

    • Gaetane Derome - Abonnée 9 novembre 2019 13 h 25

      M.Blondin devrait regarder certaines statistiques même celles du Canada ne reconnaissent pas l'immigration comme un facteur "rajeunissant" de la population:" Comme l’indiquent l’analyse de l’indice de vieillissement et l’âge moyen, à court et à long termes, tant dans les régions métropolitaines que dans les régions non métropolitaines, l’impact de l’immigration internationale sur le vieillissement de la population d’accueil est très faible étant donné que la vaste majorité des immigrants arrivent au pays en âge d’activité."
      https://www.erudit.org/fr/revues/cqd/2002-v31-n2-cqd466/000668ar/

  • Michel Lebel - Abonné 8 novembre 2019 10 h 09

    Trumpisme!

    Le ministre Jolin-Barrette est un fieffé incompétent. Il serait le seul et son premier ministre à avoir le pas en immigration. Voilà où mène un certain populisme plus que bête. Il y a du trumpisme dans l'air québécois, à ne pas en douter.

    M.L.

  • Pierre Grandchamp - Abonné 8 novembre 2019 16 h 35

    Après seulement 13 mois, de nombreux reculs pour la CAQ

    "Aux yeux de beaucoup de Québécois de tous les partis, vous semblez être le champion des politiciens qui tiennent leurs promesses."

    Jolin-Barrette vient de reculer 2 fois, cette année, dans le dossier "immigration". Promesse reniée de Legault de faire les prochaines élections à la proportionnelle. La promesse de la CAQ sur la laïcité ne parlait pas d'exempter les écoles privées: une fois rendus au pouvoir, Legault et la CAQ ont reculé, une fois de plus.

    Le ridicule test des valeurs est à des années-lumière des promesses du parti.

    • Pierre Grandchamp - Abonné 9 novembre 2019 07 h 34

      A lire la chornique de M. David de la semaine dernière:"L'art de la demi-mesure":
      https://www.ledevoir.com/opinion/chroniques/566175/l-art-de-la-demi-mesure

    • Pierre Grandchamp - Abonné 9 novembre 2019 07 h 38

      Et l'élection à la proportionnelle? Avec beaucoup d'éclats, Legault avait claironné que la prochaine élection se ferait à la proportionnelle. Il avait même ajouté qu'il fallait mettre fin au cynisme et qu'il ne ferait pas comme Justin...

      D'autre part, une promesse qu'Il aurait du oublier: la canabis et 21 ans. Ridicule!