Le nouveau dieu

C’est de l’ordre de l’évidence : la consommation est devenue le nouveau dieu du Québec. Une grande partie de la province est maintenant sécularisée. La question religieuse est évacuée du débat public et des médias, sauf pour les scandales sexuels de l’Église catholique.

Je me suis rendu compte de cette situation avec une acuité accrue en devant me rendre un dimanche dans un magasin à grande surface, un Costco pour ne pas le nommer. Qu’il y avait du monde dans le stationnement et le magasin ! J’étais dans le nouveau temple ! Et je me suis dit : il y a 60 ans, tout ce monde-là était à l’église ! Autre temps, autres moeurs, il faut bien en convenir !

Mais je me suis aussi demandé quel avenir il pouvait y avoir pour un monde si matérialiste, où toute idée de transcendance, humaniste ou spirituelle, est disparue. Dans notre société d’hyperconsommation, les gens sont laissés à eux-mêmes, sans véritables repères. Cela peut-il expliquer en bonne partie tous les drames sociaux qu’adolescents comme adultes vivent ? Je ne désespère pas, mais je suis inquiet. Quand son horizon se limite au bitume, une société doit se poser des questions. De sérieuses questions.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

46 commentaires
  • Nadia Alexan - Abonnée 31 octobre 2019 00 h 35

    Le seul vrai sens de la vie est l'amour de l'autrui et la réduction de sa souffrance.

    Les religions n'ont rien à offrir aux peuples sauf le contrôle de la pensée par leurs institutions. Au moins, maintenant, les gens peuvent exercer un esprit critique pour évaluer le vrai sens de la vie, sans les prétentions artificielles de la religion.
    «Ce qui importe le plus n’est pas tant le fait que nous ayons vécu. C’est la différence que nous avons faite dans la vie des autres qui déterminera le sens de la vie que nous avons menée. »
    – Nelson Mandela (Un long chemin vers la liberté, 1996)

    • Christian Montmarquette - Abonné 31 octobre 2019 08 h 28

      @ Nadia Alexan,

      "Le seul vrai sens de la vie est l'amour de l'autrui et la réduction de sa souffrance..." - Nadia Alexan

      Alors, pourquoi vous appliquez-vous à ostraciser et à discriminer des femmes du seul fait qu'elles portent passivement un voile sans avoir jamais fait de mal à personne?

      Vous devriez appliquer ces beaux principes à vous-même avant de les prêcher aux autres.

    • Richard Maltais Desjardins - Abonné 31 octobre 2019 08 h 40

      « Le vrai sens de la vie », dites-vous. Attendez que je prenne un crayon pour prendre des notes. Autrement, je craindrais de faire une mauvaise « différence » dans la vie d'autrui et de ne pas le guérir des bonnes maladies, au nombre desquelles la croyance aux « amis imaginaires » serait une des pires :).

    • Pierre Hurteau - Inscrit 31 octobre 2019 09 h 26

      Chère madame, vous sembler ignorer que Nelson Mandela, malgré sa très grande discrétion sur ses valeurs religieuses, n'était pas de ceux qui croient que les religions ne sont que des "prétentions artificielles". À plusieurs reprises, il exprime sa dette envers son Église : « Je ne saurais trop insister sur le rôle que l’Église méthodiste a joué dans ma vie », déclarait-il à l’occasion du 23e anniversaire de la Gospel Church power of Republic of South Africa, en 1995. Et devant le parlement mondial des religions, en 1999 : « Sans l’Église, sans les institutions religieuses, je ne serais pas là aujourd’hui ». Je tenais à rétablir les faits.

    • Nadia Alexan - Abonnée 31 octobre 2019 09 h 41

      Comme d'habitude, monsieur Montmarquette, vous manquez de la charité humaine en lançant constamment des insultes et des invectives à ceux et celles qui ne sont pas d'accord avec vous, et vous n'êtes pas gêné de le faire même avec des mensonges.
      La loi 21 ne discrimine et n'ostracise pas les femmes qui portent le voile. Au contraire, on veut les intégrer entièrement dans la société québécoise . Dans une société laïque, l'on n'a pas le droit d'afficher nos croyances politiques ou religieuses dans la fonction publique, et cela s'applique à tous les citoyens/citoyennes sans discrimination.

    • Cyril Dionne - Abonné 31 octobre 2019 10 h 32

      Ah ! « Ben » Mme Alexan, nos islamo-gauchistes en remettre. Évidemment, en tant qu’hommes, ils savent bien plus ce que veux vraiment une femme libre et émancipée. Coudonc, on se penserait en Arabie saoudite et vous vous faites interroger par la Muttawa, vous savez, la police religieuse dans les pays musulmans, dont le rôle est d'appliquer les principes de la charia dans la sphère publique.

      Nos islamo-gauchistes étonnent et détonnent par leurs beaux principes de protéger les valeurs des idéologies politico-religieuses patriarcales qui prêchent la ségrégation des femmes, la misogynie systémique, l’homophobie érigée en système et maintenant, la francophobie des valeurs québécoises. C'est sûrement à cause des valeurs progressistes, intrinsèques et inaliénables des Québécois, vous savez l’égalité homme-femme, des minorités sexuelles et la liberté d’expression qui critiquent les religions organisées et caduques que ces femmes, les extrémistes religieuses aux symboles ostentatoires ambulants, patriarcales, tonitruants et identitaires, sont supposément ostracisées et discriminées. « Bonyenne» et « bozwell », il faudra instaurer l’acte du blasphème dans la constitution « Canadian » afin de punir sévèrement ceux qui osent critiquer nos amis magiques et extraterrestres qui sont basés sur un seul livre qui date de l’âge de bronze. Wow, ce sont vraiment des progressistes.

      C’est pour cela que le NPD est disparu complètement de la carte électorale en région. Ils ont reculé partout. Adieu NPD. « Don't call us, we'll call you if needed (not) ».

    • Marc Therrien - Abonné 31 octobre 2019 19 h 28

      Madame Alexan,

      Vous lisant régulièrement, j'ai de la difficulté à ressentir la sérénité qui devrait vous apaiser maintenant que vous avez trouvé "le seul vrai sens de la vie". À moins que ce soit simplement parce que vous savez qu'il existe (qui vous l'a dit ou enseigné?), mais que vous ne l'avez pas encore trouvé.

      Marc Therrien

    • Christian Montmarquette - Abonné 31 octobre 2019 19 h 35

      Je préfère, et de loin, être un islamo-gauchiste qu'un islamo-raciste.

    • Nadia Alexan - Abonnée 31 octobre 2019 21 h 20

      Comment pouviez-vous juger les coeurs, monsieur Marc Therrien? Probablement, vous ne comprenez rien de ce que j'écris!

    • Pierre Grandchamp - Abonné 1 novembre 2019 07 h 05

      101 musulmans dénoncent le port du voile comme « le signe ostentatoire d’une compréhension rétrograde, obscurantiste et sexiste »
      https://fr.theepochtimes.com/101-musulmans-denoncent-le-port-du-voile-comme-le-signe-ostentatoire-dune-comprehension-retrograde-obscurantiste-et-sexiste-1083293.html

      «Le voile, c'est notre étoile jaune», dit-elle en faisant référence au tragique symbole utilisé par les nazis pour identifier les juifs. «Je ne peux pas soutenir une oppression, une atteinte à la dignité humaine.»-Leila Lesbet musulmane dans ces pages.....

    • Marc Therrien - Abonné 1 novembre 2019 08 h 23

      Madame Alexan,

      J'en comprends assez pour ressentir que, dans "l'amour de l'autrui", vous n'avez pas encore atteint cet état de grâce vous permettant d'aimer votre ennemi. Et,savez quoi? C'est ben correct comme ça, dis-je en tant que bien-pensant.

      Marc Therrien

    • Richard Maltais Desjardins - Abonné 1 novembre 2019 08 h 36

      Une fois encore démasqué. Faut-il regretter que le Policier n'ait pas les moyens de sa véhémence? Il devra continuer à s'agiter, quitte à devenir à chaque fois un peu plus caricatural... Cela finit par être tristement amusant.

    • Christian Montmarquette - Abonné 1 novembre 2019 11 h 14

      "Monsieur Montmarquette, vous manquez de la charité humaine.." - Nadia Alexan

      Il est vrai qu'il n'est pas très charitable de confisquer le fouet à son bourreau pour l'empêcher de faire son travail légalement instutué et protégé par la loi.

    • Christian Montmarquette - Abonné 1 novembre 2019 11 h 22

      "Adieu NPD" - Cyril Dionne

      C'est ce qui s'appelle prendre ses désirs pour la réalité.

      Avec le mode de scrutin actuel, que vous aplaudissez, mais qualifié d'infecte par René Lévesque, les électeurs n'ont pas voté contre le NPD, ils se rangés derrière les libéraux pour battre les conservateurs. Des libéraux qui détiennent d'ailleurs la majorité au Québec:

      Référence :

      46 % des répondants qui ont finalement voté libéral ont déclaré avoir envisagé de voter pour le NPD pendant la campagne  - Le Devoir, 29 octobre 2019

      « Le tiers des Canadiens ont voté stratégiquement aux dernières élections, selon un sondage Léger »

      

https://www.ledevoir.com/politique/canada/565846/le-tiers-des-electeurs-ont-vote-strategiquement-le-21-octobre-dernier

      - Et en voulez-vous une autre bonne Dionne?

      « Les sondages indiquent une avance pour la Coalition avenir Québec (CAQ), avec QS tout juste derrière »

      « Élection dans Jean-Talon: une autre couleur que le rouge? » - Le Soleil, 25 octobre 2019

      Adieu, PQ.

  • Eric Folot - Inscrit 31 octobre 2019 05 h 18

    La consommation, mais l'argent aussi

    Je suis entièrement d'accord avec M. Lebel. J'ajouterais aussi comme nouveau dieu le pouvoir et l'argent. Comme le disait Nietzsche :

    "Not necessity, not desire- no, the love of power is the demon of men. Let them have everything - health, food, a place to live, entertainment - they are and remain unhappy and low-spirited : for the demon waits and waits and will be satisfied".

    "What one formerly did 'for the sake of God' one now does for the sake of money, that is to say, for the sake of that which now gives the highest feeling of power and good conscience".

    Ou comme le disait René Diderot : "L'or mène à tout. L'or qui mène à tout est devenu le Dieu de la nation. Il n'y a qu'un vice, c'est la pauvreté. Il n'y a qu'une vertu, c'est la richesse. Il faut être riche ou méprisé" .

    Eric Folot

    • Réal Boivin - Abonné 31 octobre 2019 10 h 00

      Allez écrire vos commentaires en anglais dans The Gazette.

      Le Devoir erre de plus en plus. Vivement une autre direction.

    • Jean-Charles Morin - Abonné 31 octobre 2019 12 h 55

      Il existe sur le marché et sur la toile de très bonnes traductions françaises des textes de Nietzsche. Je ne comprends pas pourquoi vous lisez l'oeuvre de cet auteur allemand traduite dans une langue qui manifestement n'est pas la vôtre.

    • Jeannine I. Delorme - Abonnée 31 octobre 2019 13 h 38

      Monsieur Boivin, ne faites-vous pas la différence entre des citations et des propos directs ?

    • Michèle Cossette - Abonnée 1 novembre 2019 20 h 05

      Madame Delorme, Nietzsche écrivait en allemand, pas en anglais...

  • Réal Boivin - Abonné 31 octobre 2019 06 h 56

    Les temps changent et c'est tant mieux.

    Les gens étaient à l'église parce qu'ils n'avaient pas d'argent pour aller aux magasins qui appartenaient tous à des anglais. Ils avaient donné le peu d'argent qu'ils avaient aux curés qui les sermonaient pour pouvoir les exploiter encore et encore.

    Et puis, ils se sont mis à mettre leur argent dans les écoles et les universités.

    Maintenant, les églises s'écroulent et les gens vont aux centres d'achats et dans les magasins qui appartiennent aussi à des français.

    L'humanité a évolué de plusieurs façon dans toute sa grande histoire. Mais régresser n'est jamais une solution.

  • Jean-François Trottier - Abonné 31 octobre 2019 08 h 37

    Quelques points

    M. Lebel,

    Ce dieu dont vous parlez, il est né il y a très longtemps et pas au Québec.

    Regardez aux USA. Le dollar qui paie les orgies de dépenses, la maladie de l'armement et une propagande grossière qui inonde les écrans du monde entier, ce dollar affiche fièrement "In God we trust".

    Une religiosité de "peuple élu", raciste et sûr de sont bon droit contre le reste du monde.

    La religion au Québec était faite de connivence et d'acceptation sociale.
    Des gens ont refusé de se partir en affaire pour rester dans les normes de la "sainte pauvreté" prônée par la "Sainte" Église, qui avantageait sciemment la prise multiforme de pouvoir par les les anglophones dans tous les secteurs d'activité, selon une stratégie po-li-ti-que.

    Rome a voulu nommer un archevêque anglophone à St-Boniface, Manitoba, pour avantager les Irlandais anglophones. Suite au tollé soulevé, c'est Taché qui a eu le poste.
    Où est Dieu dans ces jeux de pouvoir ? Bof.

    Personnellement je ne vois pas du tout en quoi notre société est plus "perdue" qu'elle l'était il y a 60 ans, au contraire.
    La religion "respectée" était avant tout une suite d'interdits névrosés, de tabous stupides et d'édification de masochistes qui rêvaient de se faire torturer, des martyrs que l'Église a canonisé pour ne pas avoir à les condamner comme elle aurait dû.
    Relisez les Relations des Jésuites. Très éclairant de ce point de vue.

    Je vous mets au défi de prouver que les Québécois sont moins croyants aujourd'hui, alors qu'ils en ont la liberté, qu'il y a 60 ans, quand ils y étaient obligés.

    Pour ma part je constate chaque jour que ce n'est pas Dieu mais les organisations que sont les religions que les Québécois rejettent, avec raison!

    • Gilbert Troutet - Abonné 31 octobre 2019 10 h 16

      Monsieur Trottier, je partage entièrement votre point de vue. Il est vrai que, de nos jours, bien des gens sont dans les magasins le dimanche. L'obligation d'aller à la messe s'est transformée en une forme de liberté d'acheter et de consommer qui a ses travers, on en convient. Comme l'écrivait Josée Blanchette, « nous ne serons jamais libres en consommant davantage ».

      Cela dit, tant mieux si les Québécois ont pu s'affranchir des servitudes que leur imposait l'Église catholique, laquelle valorisait la souffrance avant la joie de vivre. L'éducation populaire a permis cette émancipation. Il faut souhaiter que d'autres sociétés évoluent dans le même sens, sans tomber toutefois dans le consumérisme, une autre forme de religion.

  • Jean Duchesneau - Abonné 31 octobre 2019 09 h 31

    Du nouveau dieu....

    S'autoproclament de nouveaux curés!@