Une entente tripartite

Le Bloc québécois, avec 32 députés, le Nouveau Parti démocratique, avec 24 députés, et le Parti vert, avec 3 députés, se sont dits disposés chacun à collaborer avec le gouvernement libéral minoritaire à la Chambre des Communes, mais à la pièce. Ce qui a semblé ravir le premier ministre désigné, Justin Trudeau, qui ne sera même pas obligé ainsi de diviser pour régner.

Les trois partis pourraient faire beaucoup mieux. Ils devraient repérer les articles de programme qui leur sont communs et rédiger une entente tripartite. Les exigences des trois partis seraient soumises aux libéraux, qui devront s’engager à y donner suite dans un délai imparti s’ils veulent obtenir leur collaboration aux Communes. Si les libéraux tiennent au pouvoir, ils négocieront.

Si les trois partis laissent manoeuvrer Justin Trudeau à sa guise, ils seront comme des marionnettes entre ses mains, et en sortiront perdants aux prochaines élections, comme à l’époque du gouvernement minoritaire de Pierre Elliott Trudeau de 1972, au terme duquel les gentils néodémocrates sortirent lessivés des élections tenues 20 mois plus tard, perdant la moitié de leurs sièges.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

2 commentaires
  • Bernard Terreault - Abonné 29 octobre 2019 09 h 18

    Malheureusement

    Elles sont bien faibles les chances d'une entente entre les partis qui se veulent ''progressistes''. D'autant plus que le Bloc est avant tout nationaliste québécois tandis que NPD et Verts sont nationalistes canadiens ou vaguement internationalistes. La gauche sait rarement s'unir car on y voit les compromis comme des trahisons, les petits pas de l'avant comme des reculs. Pendant ce temps à droite on sait plus souvent s'organiser pour conserver à peu près intact le confort des classes moyenne supérieure et riche.

    • Sylvio Le Blanc - Abonné 29 octobre 2019 15 h 19

      Imaginez, M. Terreault, que les trois partis ne s'entendent que sur une seule chose: le changement de mode de scrutin. Ne croyez-vous pas que le PLC serait disposé à écouter et à y donner suite si la coalition en faisait une condition à sa collaboration? Si oui, ce serait déjà pas mal.