Carles Puigdemont et les élections

À l’invitation de la Société Saint-Jean-Baptiste (SSJB), l’ex-président de la Catalogne, Carles Puigdemont, avait prévu de venir au Québec en juin, mais, malheureusement, le Canada n’a pas délivré les papiers nécessaires à cette fin. Le politicien a beau avoir été autorisé à voyager dans plusieurs pays européens, on le traite comme un criminel au Canada. Alors, la SSJB a reporté le voyage à l’automne. Mais comme M. Puigdemont a été invité à parler du référendum sur l’indépendance de la Catalogne, tenu en 2017, Ottawa a fait en sorte de l’empêcher de venir durant la présente campagne électorale, qui se termine le 20 octobre. On craignait sûrement qu’il puisse donner des ailes au Bloc québécois […].

En attente d’une décision fédérale depuis plus de cinq mois, M. Puigdemont a fait parvenir une mise en demeure au titulaire du ministère de l’Immigration, Ahmed Hussen. S’il n’a pas obtenu une réponse d’ici le 18 octobre, il intentera une action en justice à l’encontre d’Ottawa.

M. Puigdemont, qui vit en exil à Bruxelles et fait l’objet depuis le 14 octobre d’un nouveau mandat d’arrêt international délivré par l’État espagnol pour avoir été l’un des principaux organisateurs du référendum catalan, considéré comme illégal par Madrid, est bien courageux. Car Ottawa, qui n’a pas dénoncé les récentes et sévères sentences d’emprisonnement visant les principaux chefs catalans, pourrait très bien lui faire ce qu’il a fait à Meng Wanzhou.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

3 commentaires
  • Pierre Deschênes - Abonné 18 octobre 2019 06 h 04

    Droits sélectifs

    On ne voit pas, en effet, ce qui empêcherait le gouvernement canadien de passer les menottes à M. Puigdemont en terre canadienne, de la même manière qu'il l'a fait à Mme Wanzhou. Se faire le grand défenseur des droits, mais sélectifs, semble malheureusement l'apanage, pour ne pas dire la marque de commerce, du présent gouvernement canadien.

  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 18 octobre 2019 09 h 08

    … Bravo M. Puigdemont !

    « M. Puigdemont (…) est bien courageux. Car Ottawa, qui n’a pas dénoncé les récentes et sévères sentences d’emprisonnement visant les principaux chefs catalans, pourrait très bien lui faire ce qu’il a fait à Meng Wanzhou. » (Sylvio Le Blanc)

    Courageux ou selon, Carles Puigdemont, future prix Nobel de la Paix avec Greta Thunberg ???, et un des Rares Libérateurs de Peuple en-corps VIVANT.S, constitue tout un Modèle d’affirmation et de réalisation nationales ; un Modèle qui, sachant se tenir debout devant-derrière l’adversité, mérite d’être salué d’authenticité, d’intégrité et de sagesse !

    De ce Modèle rarissime, que d’inspiration pour toutes ces personnes qui, adeptes du Monde de l’Indépendance, oseront, avec honneur, le Québec en ce sens !

    Entre-temps ou …

    … Bravo M. Puigdemont ! - 18 oct 2019 –

  • Raymond Labelle - Abonné 18 octobre 2019 09 h 49

    Idée intéressante soulevant quelques questions de fait.

    Existe-t-il entre l'Espagne et le Canada un traité qui permettrait à l'Espagne de demander l'extradition d'un de ses citoyens?

    S'il y a un tel traité, quelles sont les conditions prévues par ce traité, ou les lois canadiennes relatives à l'extradition, selon ce qui s'applique, pour que la demande soit acceptée? Par exemple, faut-il que la personne soit accusé de chefs qui seraient aussi des infractions au Canada? Si c'est le cas, voilà qui pourrait nous éclairer sur notre propre droit...

    Enfin, les protections constitutionnelles du Canada s'appliqueraient-elles à la personne visée même si elle n'est pas une citoyenne canadienne?