Il est où, mon médecin de famille?

Dimanche matin, 8 heures. C’est mon tour de garde et je commence mon fameux sans rendez-vous offert dans ma clinique pour dépanner les patients sans médecins ou ceux qui ne peuvent pas être vus par leur propre médecin. Encore une fois, je me dis que ça ne tourne pas rond au Québec avec tous ces gens qui m’implorent de les prendre comme patient quand, pourtant, la solution pour répondre aux besoins de tous me semble si simple.

En 2019, avec les multiples collaborations interdisciplinaires et les pouvoirs élargis pour nos pharmaciens, nos «super infirmières», nos infirmières et la présence de nos travailleurs sociaux, tout le monde n’a PAS besoin de voir ou d’avoir un médecin de famille, mais tout le monde a besoin d’un accès à un groupe médical, de proximité si possible.

Consolidons donc nos GMF (groupes de médecins de famille), en les distribuant selon les besoins géographiques et démographiques des sous-territoires (important rôle du ministère de la Santé ici). Tous les clients qui gravitent autour de ce lieu physique seront les bienvenus pour consulter. Selon la raison de consultation, ils seront dirigés aux intervenants médicaux qui répondront le mieux à leur situation clinique. Exit l’obligation de l’inscription à UN médecin de famille pour ouvrir les portes à des soins.

En avant pour une médecine qui n’est plus essentiellement médico-centrée mais interdisciplinaire et qui répondra mille fois mieux aux besoins de tous.

Voilà.

C’est tout.

Bon dimanche.

Moi, je continue ma clinique.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

4 commentaires
  • Bernard Terreault - Abonné 30 septembre 2019 09 h 06

    Rôle critique

    Lettre pleine de bon sens. Je répète un extrait: ''Selon la raison de consultation, ils seront dirigés aux intervenants médicaux qui répondront le mieux à leur situation clinique''. Mais qui seront ceux qui ''dirigeront'' les patients vers qui? Ils auront le rôle le plus critique, mais on ne spécifie qui jouera ce rôle ! Une infirmière professionnelle de grande expérience? Pas un médecin, ils coûtent trop cher; pas un simple ''préposé'' sans connaissances médicales non plus. Alors?

    • Roxane Bertrand - Abonnée 1 octobre 2019 11 h 18

      Il y a plusieurs professionnels de la santé et chacun possede ses outils. Les médecins en est un comme les autres et ses outils sont la médications et la chirurgie.

      Le professionnel dont la fonction est d’accompagner le patient est l’infirmiere. Et, il est temps que ça soit mis sur pieds. Tous les québécois devraient avoir leur infirmière qui pourrait les diriger vers le professionnel dont ils ont de besoin en fonction de leur condition et de leur valeurs. Tout le monde s’en porteraient mieux, incluant les médecins, et ce à tous les niveaux.

  • Mathieu Lacoste - Inscrit 1 octobre 2019 14 h 36

    «Il est où, mon médecin de famille?» (Docteur Renée Laberge)



    Il est où il pratique, à Montréal.

    Mathieu Lacoste
    Trois-Rivières

  • Mathieu Lacoste - Inscrit 1 octobre 2019 14 h 43

    « je commence mon fameux sans rendez-vous offert dans ma clinique pour dépanner les patients sans médecins» (Docteur Renée Laberge)



    À l'évidence vous pratiquez dans la région métropolitaine.

    Parce qu'en régions, seuls les patients qui ont un médecin de famille sont reçus sans rendez-vous en consultation (et seulement à la clinique où pratique leur médecin).

    Pour tous les patients sans médecin de famille, ils ne restent pour consulter que les urgences.

    Bien évidemment, en allongeant la monnaie, les médecins désaffiliés de la RAMQ vous recevront sans autres formalités, si vous pouvez vous offrir leurs consultations.