Manipulation éhontée de chiffres

Antoine Baby, sociologue et professeur à la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université Laval, a publié dans Le Devoir du 25 septembre dernier un texte intitulé : « L’école fondamentale contre l’échec scolaire ». Je suis enseignant au secondaire et j’en ai assez de me faire servir des salades sans cesse par n’importe qui. M. Baby compare dans son texte le cancre québécois à la merveille finlandaise. Il dit qu’au Québec, « bon an mal an, les taux de diplomation en fin de secondaire naviguent autour de 65 %, ce qui veut dire que 35 % des élèves sortent sans diplôme ». C’est absolument faux !

D’une part, pour assombrir le portrait québécois, Antoine Baby considère dans les faits seulement les diplômes que des élèves fréquentant le réseau public obtiennent dans le temps prescrit de cinq ans, soit 65,7 % (MEES, 2019). Ce nombre augmente à 82 % si les élèves prennent deux ans de plus pour terminer leurs études. Puis, pour glorifier l’image de la Finlande, Antoine Baby semble utiliser le taux de diplomation au secondaire que les Finlandais obtiennent dans toute leur vie, soit 99 % (OCDE, 2015). Ainsi, la fillette de 10 ans qui a doublé sa quatrième année fait partie des « décrocheurs » québécois selon Antoine Baby. Cependant, papi, lui, fait partie des diplômés finlandais. Cette manipulation est malhonnête.

En regardant les statistiques normalement utilisées pour comparer les pays, on comprend mieux la ridicule comparaison mise en avant par Antoine Baby. Par exemple, 83 % des Canadiens de 25 ans et moins étaient diplômés du secondaire en 2015, contre 87 % des Finlandais (OCDE, 2015). La Finlande devient alors moins reluisante et tous vos discours alarmistes et apologistes s’effondrent.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

4 commentaires
  • Jacques Patenaude - Abonné 30 septembre 2019 09 h 57

    Tellement vrai

    Votre commentaire est tellement vrai. Je ne comprend pas que ces faits ne soit jamais repris par les journaux quand on parle de cette question. Le discours alarmiste sur cette question n'est jamais mis dans son contexte ce qui fait que ça ne sert qu'à dénigrer le système scolaire.

  • Marc Lévesque - Abonné 30 septembre 2019 09 h 57

    D'accord avec vous

    L'exagération n'aide pas à comprendre ce qui ce passe.

  • Cyril Dionne - Abonné 30 septembre 2019 10 h 16

    100% d’accord avec vous M. Charrette

    Les écoles secondaires québécoises sont les meilleures du monde des pays francophones selon les tests de PISA. Elles font l’envie de toutes les autres provinces et sont supérieures aux écoles finlandaises. En fait, le système d’éducation finlandais dépérit à toutes les années depuis la recrudescence de l’immigration dans les pays du nord de l’Europe puisque’il est mal adapté à ces nouveaux étudiants.

    Ceci dit, il est beaucoup plus difficile d’obtenir son diplôme du secondaire au Québec que partout ailleurs au Canada. Les autres écoles des provinces sont plus intéressés à se débarrasser des élèves plus faibles souvent en les faisant littéralement passer. Enfin, si on regarde le fait d’arme des Québécois dans le monde qui détonne et résonne partout dans les activités humaines, nul besoin de se comparer à la Finlande. Pas besoin d’être un couteau aussi affilé que la tête à Papineau pour comprendre.

  • Bruno Charette - Abonné 30 septembre 2019 17 h 10

    Une correction à mon texte

    Mes chiffres sont bons, mais j'aimerais apporter une correction à mon propre texte. Mon exemple avec la fillette de 10 ans est inexact, parce que le primaire n'est pas considéré dans le 65% : c'est le taux d'élève qui termine leur secondaire dans les cinq ans prescrits. Donc, l'exemple aurait dû être: une adolescente de 14 ans qui a doublé sa deuxième secondaire sera automatiquement considérée comme décrocheuse par Antoine Baby alors que celle-ci est encore aux études et obtiendra probablement son diplôme.

    Je suis heureux de savoir que d'autres pensent que cette manipulation de chiffres par les experts n'est pas constructive. Merci.