L’indépendance, c’est nous

Déclaration de fondation du Parti pour l’indépendance du Québec.

Nous lançons un parti résolument indépendantiste et qui fera la promotion de l’indépendance en tout temps et partout. Nous avons besoin d’un nouveau parti parce qu’en démocratie, nous n’avons que notre vote pour exprimer nos convictions et notre volonté de faire l’indépendance. Ce serait se trahir soi-même que de voter pour un parti qui ne nous représente pas. Actuellement, il n’y a aucun parti qui représente et rassemble ceux et celles qui pensent que l’indépendance est la seule solution pour donner un avenir à la nation québécoise.

En toute conscience, nous ne pouvons pas donner notre confiance à des partis qui pensent pouvoir défendre les intérêts du Québec dans le cadre du fédéralisme canadien. Nous ne pouvons pas moralement soutenir l’hypocrisie de ceux et celles qui sont à moitié indépendantistes et à moitié fédéralistes, qui jouent double jeu et dont les discours disent une chose et son contraire. On ne peut pas se dire pour l’indépendance et en même temps faire croire aux Québécois et aux Québécoises qu’on peut améliorer la situation du Québec dans le Canada. On ne peut pas ériger la duplicité en vertu électorale. Nous pensons au contraire que la cohérence et la clarté sont indispensables pour inspirer confiance. Il faut utiliser toutes les tribunes pour combattre l’occupation canadienne de notre territoire et de nos esprits.

Depuis 25 ans, les tergiversations, les ambivalences et le double langage ont entretenu la confusion des esprits et éloigné les Québécois et les Québécoises du projet d’indépendance nationale. Le temps est venu pour les indépendantistes de défendre leur vision de l’avenir du Québec sans complexe et sans retenue. Les incohérences et l’attentisme nous ont menés au cul-de-sac. Il est temps d’agir pour l’indépendance. Si vous voulez faire le pays, joignez-vous au Parti pour l’indépendance du Québec. L’indépendance, c’est nous parce que nous sommes un parti transparlementaire et que nous porterons ce projet dans toutes les élections fédérales, québécoises et municipales. Il n’y a rien de plus noble que de promouvoir la liberté de son peuple.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

4 commentaires
  • Gilles Sauvageau - Abonné 20 septembre 2019 09 h 41

    L'indépendance, c'est nous

    Bravo Denis Monière !!! Vive le Québec libre !!!

    Gilles Sauvageau
    L'Assomption

  • Raynald Goudreau - Abonné 20 septembre 2019 13 h 14

    Deux partis, maintenant trois....

    Arretons , arretons de nous diviser grand dieu !

  • Luc Bertrand - Abonné 20 septembre 2019 17 h 22

    Pour en savoir davantage sur le transparlementarisme

    Pour les sceptiques par rapport à la nécessité du PI, comme lieu de rassemblement des indépendantistes de toutes tendances, pour comprendre les racines de notre combat national, pour réaliser les graves erreurs stratégiques du Parti québécois, depuis plus de 50 ans, pour comprendre la distinction entre le nationalisme et l'indépendantisme et les conséquences, pour en savoir davantage sur le transparlementarisme - qui a inspiré les Écossais-e-s et les Catalan-ne-s - comme meilleure stratégie pour assurer continuellement la cohérence entre le message et l'action politiques en vue d'amener le Québec à devenir un pays, en plus d'optimiser l'efficacité du militantisme pour y arriver, pour retrouver les raisons fondamentales de faire du Québec un pays, pour comprendre le rôle central et indispensable de l'État québécois dans la pérennité de la nation québécoise et de son identité, pour entrevoir des exemples de politiques nationales qui deviendraient possibles dans un Québec souverain, je vous invite à lire le manifeste du PI, au https://quebecpays.com, à l'onglet "Publications" et "Manifeste". Vous arriverez au dernier livre de Denis Monière, "Vouloir l'indépendance". Un bijou de lecture!

    Luc Bertrand
    Beauharnois

  • Sylvio Le Blanc - Abonné 20 septembre 2019 18 h 45

    Un deuxième Option nationale

    M. Denis Monière a toujours été dans des partis récoltant moins de 1 % des voix. Martine Ouellet devrait voter pour lui.