Lettre au ministre de l’Environnement

Monsieur Benoit Charette,

L’impatience m’habite. Je déplore le manque d’actions concrètes liées à la protection de l’environnement. Il y a deux points sur lesquels je désire insister. Le premier est le rejet des eaux usées dans nos cours d’eau. J’avais été choquée de voir aux nouvelles de Radio-Canada que des municipalités ne traitaient pas leurs eaux usées faute de moyens financiers. Il me semble que ce problème devrait être une priorité d’action.

Le deuxième point concerne le recyclage. Il semble que 60 % de ce que nous mettons dans le bac vert s’en va à l’enfouissement. Il est urgent de remédier à cela et de recycler efficacement nos matières résiduelles. J’aime ma planète qui m’abreuve et me nourrit. Travaillons ensemble pour la garder saine et propre.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

7 commentaires
  • Cyril Dionne - Abonné 19 septembre 2019 08 h 53

    Qui veut payer plus et avoir moins de services?

    Primo, toutes les municipalités à un moment donné, rejettent des eaux usées dans les cours d’eau. Toutes. Et pourquoi le font-elles ? C’est parce que les gens ne veulent pas payer plus de taxes municipales et qu’elles prennent alors les mesures les moins coûteuses. En plus, on augmente la population de façon artificielle via l’immigration et bonjour étalement urbain.

    Secundo, recycler n’est pas une réponse viable à court, moyen et long terme en ce qui concerne les changements climatiques et la destruction des nos écosystèmes. Il en coûte presque deux fois plus cher de recycler les vidanges pour en faire des produits neufs que d’en produire à partir des matières premières. Si l’éducation scientifique serait au rendez-vous pour la grande majorité de la population, elle comprendrait le gaspillage d’énergie qui s’opère dans le recyclage. Seulement réduire est viable et à un certain niveau, réutiliser. C’est pour cela que 60 % de ce que vous mettez dans le bac vert s’en va à l’enfouissement.

    Garder la planète verte prendra plus que vœux pieux. Il faudra payer plus pour recevoir moins à court et moyen terme pour donner du temps au temps pour que l’émancipation et l’éducation des femmes dans le monde se fassent afin qu’elles soient libres des préjugés patriarcaux et religieux pour être maîtresses de leur corps et donc, réduire la population mondiale de façon naturelle.

    « Je fais le rêve qu'un jour les nations du monde se lèveront et vivront le vrai sens de leur foi écologique; Nous tenons ces vérités comme allant de soi, que les hommes et les femmes naissent égaux. Oui, les femmes tout autant que les hommes – seront assurées de leur droit inaliénable à la procréation de la vie, à la liberté et à la quête du bonheur et que tous les enfants pourront chanter avec un sens nouveau cette chanson patriotique, « Ma Terre ». Enfin libres! Enfin libres! Gaia Toute-Puissante merci, nous sommes enfin libres. » *

    * Désolé Martin Luther King pour cet emprunt.

    • Marc Pelletier - Abonné 19 septembre 2019 14 h 35

      M. Dionne,

      Votre propos concernant les femmes et la régulation des naissances ne tient pas la route si en on regarde d'un peu plus près ce qui s'est passé en Chine depuis Mao jusqu'à ce jour : si un pays a plus que la Chine controlé le nombre d'enfants par famille, nommez le moi ?

      Cependant vous savez tout comme moi que la Chine est le plus grand pollueur de la planète à cause de sa sur-utilisation du charbon, tant pour l'industrie que pour l'usage domestique.

      Les Chinois étouffent dans les villes à cause de la polution de l'air ( ils doivent même, en grandes périodes de chaleur, porter des masques pour ne pas suffuquer ) et cette situation empire de jour en jour, compte tenu du fait que l'état de l'économie s'étant améliorée, moins de gens se déplacent en bicyclettes et beaucoup plus en véhicules à essence.

      Voilà un exemple, parmi tant d'autres, que la sensibilisation mondiale, notamment celle des gouvernements tout autour de notre planète, doit être amplifiée.

  • Pierre François Gagnon - Inscrit 19 septembre 2019 12 h 59

    Je seconde!

    La question de l'environnement se situe bien au-delà de la partisanerie politique.

    • Jean-Charles Morin - Abonné 19 septembre 2019 19 h 35

      Vous devriez le dire aux gens de Québec Solidaire: ils ne semblent pas être au courant.

  • Marc Pelletier - Abonné 19 septembre 2019 14 h 45

    Bonne petite nouvelle !

    Ma MRC a mis en place une nouvelle récupération des contenants en verre, notamment les bouteilles de vin.

    La seule exigence pour le citoyen est d'aller porter contenants vides et rincés dans un local réservé à cette fin.

    Tous les petits gestes finissent par s'additionner : il s'agit simplement de poser ces gestes

  • Jean-Charles Morin - Abonné 19 septembre 2019 19 h 34

    Payer le prix de ses exigences écolo: non merci!

    Les gens veulent une planète saine et propre mais ne veulent pas payer et encore moins sacrifier quoi que ce soit pour l'obtenir.

    La grande majorité des gens qui participeront à la manifestation pour l'avenir de la planète le 27 septembre prochain le feront parce que:

    1) Ça ne leur coûtera absolument rien: on leur a donné congé.

    2) Ce sera amusant de se donner en spectacle en tapant sur des casseroles et en hurlant des slogans.

    Ce seront ces mêmes gens qui cet hiver pollueront à qui mieux mieux en prenant l'avion pour quelques jours de vacances au soleil et en laissant derrière eux des tonnes de déchets sur les plages.

    • Marc Pelletier - Abonné 20 septembre 2019 07 h 49

      @ M. Morin,

      Passer à l'action exige souvent une période de transition ( de sensibilisation ) qui se produit aussi avec les exemples que les autres nous donnent en posant des gestes petits ou grands. C'est un processus normal de sensibilisation qui nous " oblige " progressivement à sortir de notre confort habituel.

      Tout ceci peut prendre du temps, mais il faut compter avec le temps !