Dissonance cognitive

Dans Le Devoir du 9 septembre dernier, le texte « Pousser le transport collectif et actif »de la journaliste Magdaline Boutros porte sur les efforts de l’Association des centres de gestion des déplacements du Québec (ACGDQ) afin d’inciter les travailleurs à se rendre au travail autrement qu’en auto. Avec son Défi sans auto solo, l’ACGDQ cherche à « convaincre un maximum d’employés d’essayer un autre mode de transport que la voiture solo ». Cette année, l’activité aura lieu du 16 au 22 septembre.

Cet événement est accompagné « d’une kyrielle de prix de participation ». À ce titre, l’ACGDQ semble vouloir induire une forte dose de dissonance cognitive chez les participants du Défi puisqu’on n’aura rien trouvé de mieux qu’un gros lot de deux billets d’avion à destination libre (!) pour inciter les travailleurs à adopter un mode de transport écoresponsable. Sur le site Web du Défi sans auto solo, on nous rassure avec un peu d’écoblanchiment : les billets seront « compensés carbone » ! Ainsi, un geste à ce jour volontaire afin de prendre conscience de l’empreinte environnementale de l’avion est intégré au gros lot.

Selon l’OACI, le trafic aérien mondial (mesuré en passagers-kilomètres payants) a presque triplé entre 1999 et 2008. Alors que des gouvernements s’interrogent sur les mesures (taxes ou autres) à prendre pour endiguer cette croissance importante, l’ACGDQ promouvoit le transport aérien avec son gros lot.

Avec le Défi sans auto solo, l’ACGDQ espère une « pérennisation des comportements ». Et qu’en est-il du tourisme par transport aérien ? Fallait-il vraiment que le gros lot contribue à faire miroiter un voyage en avion chez les participants du Défi ?

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

3 commentaires
  • Sylvio Le Blanc - Abonné 11 septembre 2019 08 h 17

    Une bonne lettre

    L'auteur relève là une grosse contradiction.

  • François Beaulé - Abonné 11 septembre 2019 21 h 35

    Participation de Transat

    Le texte de la journaliste nous apprend que la compagnie Transat a remporté six fois le Défi sans auto solo. Peut-être y a-t-il là un lien.

    L'augmentation de l'utilisation de l'avion par les Québécois, notamment pour des vols internationaux, a davantage contribué à l'augmentation des émissions de GES dans le secteur du transport, de 1990 à 2016, que celle due aux véhicules personnels. Les émissions des véhicules personnels (autos et autres) ont augmenté de 1,8 Mt entre 1990 et 2016 alors que celles du transport aérien des personnes ont augmenté de 2,9 Mt pendant la même période. Voilà des chiffres très peu diffusés.

  • Simon Grenier - Abonné 12 septembre 2019 10 h 00

    Je me réjouis de voir le mot écoblanchiment en toutes lettres, une réalité subtile, insidieuse et encore trop peu comprise ou dénoncée. Bien des gens ont salué le programme de récupération des vieux meubles IKEA, qui les retape et les vend une 2e fois... Le problème n'est pas de disposer des meubles usagés, c'est qu'ils sont de mauvaise qualité au départ! De retour à nos moutons, on a effectivement affaire ici à des gens probablement bien intentionnés mais peu rigoureux; ce sont l'organisme et la cause qui en souffriront. Un peu.