Salut Pierre!

Certains disent qu’on a perdu un « monument » du journalisme. Pierre Nadeau refuserait cette étiquette, car un monument, c’est un socle immobile. Pierre était plutôt un aigle. Il a survolé le métier en n’hésitant jamais à fondre sur les proies qu’il identifiait comme adversaires de la vérité. Courageux, résilient, colérique, flamboyant, généreux, honnête, voilà ce qu’il était.

Nous nous sommes connus en mars 1959. Lui, animateur, et moi jeune journaliste de l’émission d’information jeunesse Bonjour Dimanche. Et depuis soixante ans, nous ne nous sommes jamais perdus de vue. Nous avons été complices à Télémag, à Radio-Québec et au Point.

Nous perdons un communicateur exceptionnel. Il a tracé la voie à de nombreuses personnes que le journalisme et l’animation intéressaient.

Je perds un ami, un homme de liberté et de vérité.

Salut Pierre ! Et merci.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

1 commentaire
  • Michel Lebel - Abonné 4 septembre 2019 09 h 12

    Étrange...

    Étrange commentaire sur Pierre Nadeau comme étant un aigle qui fondait sur ses proies. Je comprends l'image, mais elle est un peu raide. Paix pour ce grand communicateur et sa famille.

    M.L.