Le service à l’auto

On parle de plus en plus de petits gestes individuels à faire pour réduire son empreinte écologique, mais avons-nous pensé au service à l’auto des commerces de restauration rapide ?

Nous qui sommes si déterminés à marcher pour sauver la planète et à signer pétition sur pétition, pourquoi utilisons-nous le service à l’auto ?

Toutes sortes de raisons peuvent être invoquées pour justifier l’utilisation de ce service, mais est-ce que nous nous rendons compte de la pollution causée par tous ces véhicules dont le moteur tourne inutilement en attendant la livraison de la commande ?

Sans compter gobelets, vaisselle et ustensiles qui seront jetés quelques instants plus tard !

Est-ce que nos gestes pourront suivre nos discours ?

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

1 commentaire
  • Cyril Dionne - Abonné 3 septembre 2019 08 h 22

    Ce n’est pas les gestes qui suivent nos discours, mais le nombre de ceux-ci

    Est-ce qu’il y en a qui ont déjà pensé que si notre taux de population n’augmentait pas ou diminuait, l’impact écologique du service à l’auto des commerces de restauration rapide serait réduit? Est-ce qu’il y en a qui ont déjà pensé que si notre taux de population n’augmentait pas ou diminuait, le nombre de véhicules dont le moteur tourne inutilement en attendant la livraison de la commande diminuerait aussi? Est-ce qu’il y en a qui ont déjà pensé que si notre taux de population n’augmentait pas ou diminuait, les gobelets, la vaisselle et les ustensiles qui sont jetés quelques instants plus tard seraient drastiquement réduits?

    Vous voyez, pour les Don Quichotte de l’environnement venus nous apporter la bonne nouvelle en nous faisant la morale, ils occultent toujours le point essentiel de l’avènement de la production des GES, de la pollution et la destruction de la biodiversité et leurs effets caustiques pour les changements climatiques. La population mondiale a presque triplé en moins de 60 ans. On regarde la tige de la feuille d’un arbre et on occulte la forêt qui se trouve derrière.

    C’est « ben » pour dire.