Bien recycler les bouteilles de vin

L’idée d’une consigne pour les bouteilles de vin fait son chemin grâce à ses bonnes intentions. La solution d’imposer une consigne implique par contre de nombreuses tracasseries pour les consommateurs et les commerçants. Par ailleurs, la très grande majorité des gens utilisent le bac de recyclage au Québec.

Il est important de noter aussi que le but de ce recyclage n’est pas d’obtenir des bouteilles intactes pour une réutilisation comme telle, mais bien d’obtenir du verre non contaminé par d’autres substances du bac de récupération. Les bouteilles de vin sont toutes un peu différentes selon les producteurs, et nous n’allons pas envoyer à Bordeaux ou au Chili les différents formats récupérés !

Une solution simple serait de faire un peu comme la compagnie Nespresso, qui permet à ses clients de mettre ses capsules de café vides dans un sac spécial que l’on dépose dans le bac de recyclage. (La compagnie permet aussi de faire cela par la poste, sans frais !) Arrivé au centre de tri, le sac est séparé du reste et ainsi son contenu n’est pas contaminé.

Il serait possible de faire la même chose avec les bouteilles de vin, que l’on mettrait alors dans un sac identifiable à déposer dans le bac de récupération. Peu importe que les bouteilles se cassent lors du transport, elles ne seront pas contaminées et pourront donc être recyclées. Cette solution permettrait d’utiliser efficacement l’infrastructure de recyclage qui existe au Québec sans tous les tracas de la consigne.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.