Résister à l’énergie sale de l’Alberta

À la suite de la décision de l’Agence canadienne d’évaluation environnementale d’approuver l’exploitation de gisements de sables bitumineux du projet Frontier, j’ai senti le besoin de monter aux barricades.

L’exploitation de ce gisement à ciel ouvert mettrait en danger la harde de bisons du lac Ronald ainsi que l’équilibre fragile du parc national Wood Buffalo, le plus grand parc du Canada.

Nous devrions avoir plus de reportages filmés des sites d’exploitation de gisements de sables bitumineux de l’Alberta. Notre boîte à images du petit écran ne devrait-elle pas nous mettre au parfum ? Ces cratères infâmes sont de véritables plaies d’Égypte pour notre planète bleue. L’environnement à proximité de ces lieux d’enfer était paradisiaque avant la ruée vers cet or noir et sale.

Allez demander aux communautés qui vivent dans cette région si elles boivent l’eau des rivières. Des milliers de poissons et d’oiseaux sont morts de s’être abreuvés à des lacs contaminés de produits polluants comme le sulfate et le mercure.

Il nous faut résister aux sirènes de l’industrie pétrolière qui enregistre des profits de milliards de dollars sur le dos de l’écologie. Notre existence est en jeu.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.