«Fake news» de gauche

Étant moi-même social-démocrate, je comprends l’intention de certaines organisations de faire avancer la cause de la solidarité sociale, mais il me semble que c’est contre-productif d’exagérer.

Amnistie internationale Canada francophone a écrit sur Twitter, représentée par France-Isabelle Langlois (directrice générale) : « Personne, aucun État, aucune religion n’a le droit de dicter aux femmes quoi porter ou non. » Elle rajoute que son organisation « défend les femmes et les hommes qui se battent contre l’obligation de porter le voile en Iran et ailleurs ».

Premièrement, l’État du Québec ne dicte pas aux femmes quoi porter. Cette phrase manque de nuances, car la loi sur la laïcité touche seulement certains types d’employés de l’État (sur leurs heures de travail), et ça touche autant les hommes que les femmes, mais la directrice générale ne fait pas cette précision essentielle.

De plus, madame Langlois est une Québécoise et connaît la nouvelle loi sur la laïcité. Faire un lien, même indirect, entre cette loi québécoise et ce qui se passe en Iran relève du manque de jugement ou de la mauvaise foi.

En fait, on pourrait parler de fake news de gauche. En effet, je constate de plus en plus de ces fausses nouvelles qui viennent d’une certaine gauche très militante prête à utiliser tous les moyens, même les plus douteux, pour faire avancer ses idéologies. Désolé, je décroche, car cette méthode dogmatique est nuisible, car elle risque de nous faire reculer.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

58 commentaires
  • Réal Boivin - Abonné 30 juillet 2019 06 h 18

    Amnistie sort de son role.

    En attaquant le gouvernement du Québec et sa loi sur la laïcité, Amnistie Internationale est sorti de son rôle de défense pour endosser celui de propagandiste de la mondialisation qui encourage la propagande religieuse. Amnistie a choisi de défendre les cultures religieuses répressives en cautionnant les symboles et étendarts de groupes qui endoctrinent des enfants dans des idéologies rétrogrades et qui, souvent, menacent ou attaquent ceux et celles qui refusent d'y adhérer.

    Ce faisant, Amnistie Internationale s'est décridibilisée et est devenue un organisation suspecte à surveiller. Il faudra en effet surveiller ce que fait Amnistie Internationale dans les pays religieux qui condamnent des personnes pour apostasie à la prison ou à la peine de mort.

    Les régimes religieux totalitaires peuvent aujourd'hui condamner des personnes pour motifs religieux avec l'assentiment d'Amnistie Internationale.

    • Cyril Dionne - Abonné 30 juillet 2019 09 h 38

      M. Boivin, il n’y a pas qu’Amnistie Internationale qui a perdu toute crédibilité. Équiterre et Greenpeace ne sont pas loin. Pendant des décades ils nous ont chanté des chansons sur les droits humains et l’écologie et aujourd’hui, les membres sortis de leur rang, font le contraire de ce qu’ils prêchaient. C’est cela la gauche, surtout la gauche plurielle ou extrémiste.

      Le plus comique de cela, ce sont ceux qui sont la cible de leurs réprimandes, et ceci de façon journalière, qui semblent faire les bons choix. Il n’y a pas si longtemps, Mike Pence, le vice-président des États-Unis a demandé à l’Arabie saoudite de relâcher Raif Badawi. Disons que la portée américaine dans ce dossier a une dimension tonitruante. Cette semaine, le narcissique Donald Trump, l’homme qui est le diable incarné pour la gauche, signait une loi pour que les premiers répondants de septembre 11 2001 aient des soins de santé gratuits à vie. Pourtant, sous l’administration de Barack Obama, les mêmes demandes avaient été faites et c’était toujours le silence radio.

      La représentante du Minnesota, Ilhan Omar, celle qui aime critiquer Trump ne se gêne pas pour dire et tweeter des propos antisémites à profusion. Alexandria Ocasio-Cortez ne se gêne pas pour comparer les camps de détention pour immigration illégale, de camps de concentration. Rashida Tlaib, une autre représentante, supporte un groupe terroriste, le Hamas en Palestine. Il nous semble qu’on critique toutes les injustices, mais lorsqu’on arrive à l’islam, on ne peut plus le faire le faire parce qu’on appelle cela des différences culturelles.

    • Nadia Alexan - Abonnée 30 juillet 2019 09 h 40

      Effectivement. La gauche bienpensante a abandonné sa lutte traditionnelle contre la misogynie et l'obscurantisme, en reprenant la défense du fascisme religieux. Au lieu de protéger les femmes de ces dogmes totalitaires qui les empêchent de s'épanouir, elle renforce leur asservissement au patriarcat.

    • Pierre Desautels - Abonné 30 juillet 2019 11 h 11


      "Les régimes religieux totalitaires peuvent aujourd'hui condamner des personnes pour motifs religieux avec l'assentiment d'Amnistie Internationale."

      On peut soutenir la loi 21 ou non, mais là, vous ne savez pas de quoi vous parlez, et vous ne connaissez rien d'Amnistie internationale. Cette organisation, depuis sa fondation dans les années 60, milite pour les droits humains, qui dénonce les pays qui non seulement pratiquent la torture, mais qui nient à leurs citoyens les droits les plus fondamentaux, dont le droit au libre-choix en matière de religion, entre autres. Dénoncer les pays qui imposent des signes religieux et ceux qui veulent les interdire fait partie de leur mandat.

      Il y a toute une différence entre une opinion et une fake news, et David Doyon devrait y réféchir. Mais des droits, sont des droits, et sont des droits. Et les droits, ce n'est pas une affaire de gauche ou de droite. Amnistie internationale à toujours dénoncé des régimes autant de gauche que de droite, et non, les régimes religieux totalitaires qui peuvent aujourd'hui condamner des personnes pour motifs religieux n'ont pas l'assentiment d'Amnistie Internationale, et ne l'ont jamais eu, bien au contraire. Le dernier rapport d'Amnistie internationale dénonce entre autres les atteintes à la liberté de religion et de conviction en Iran.

      https://www.amnesty.org/fr/countries/middle-east-and-north-africa/iran/report-iran/

    • Christian Roy - Abonné 30 juillet 2019 11 h 41

      Et dire que Francine Grimaldi n'aurait pu enseigner ni au primaire ni au secondaire sans se départir d'une coiffe fort caractéristique. À force de focuser sur un bout de vêtement, de s'inventer des ennemis (et des complots) imaginaires et de répandre ses préjugés antireligieux, on finit par perdre de vue les personnes dont il est question - avec leur compétences, leur entregent, leur désir de contribuer à la société en toute égalité avec leur pair, sans perdre sa personnailté pour autant.

      La laïcité québécoise sera l'objet de plusieurs remises en question. Préparez-vous ! Ça viendra de tous les côtés. Aussi bien des défenseurs des droits de la personne que des fameux tenants de la "vraie" laïcité - en d'autres mots des laïcistes qui ne veulent pas être identifiés de cette manière. Tenons compte que la loi 21 renforce l'asservissement des femmes au patriarcat...en leur donnant une nouvelle raison de les garder à la maison...et en les culpabilisant et les infantilisant dans leur milieu de travail.

      La base de Trumpy est on ne peut plus religieuse et digne des "Arpents verts". Comment peut-on être à la fois un admirateur béat de Trumpy et un dénonciateur hystérique de ceux qui l'on porté au pouvoir en 2016... ? Une autre incohérence avec ça ?

    • Réal Boivin - Abonné 30 juillet 2019 12 h 08

      Oui M. Dionne, la gauche est devenue folle et répand des idéologies déshumanisantes. Elle veut déconstruire la nature et le vivant. Mais la vie et la nature sont plus forts que tout et le ressac sera violent.

    • Jean-Charles Morin - Abonné 30 juillet 2019 18 h 54

      "Tenons compte que la loi 21 renforce l'asservissement des femmes au patriarcat...en leur donnant une nouvelle raison de les garder à la maison...et en les culpabilisant et les infantilisant dans leur milieu de travail." - Christian Roy

      Voilà exactement le genre de propos dénoncés par David Doyon.: exagération délirante et déformation des faits réels qui nuisent au final à la cause que leur auteur prétend vouloir défendre. La preuve est faite: chez QS, les "fake news" mènent le bal!!!

    • Nadia Alexan - Abonnée 30 juillet 2019 19 h 35

      À monsieur Christian Roy: Premièrement, le truc sur la tête de Francine Grimaldi n'a rien à faire avec un signe religieux. Deuxièmement, vous ne voulez pas comprendre que le voile est le porte-étendard de l'islam politique. Je cite ici le grand écrivain musulman, Salman Rushdie, en espérant que vous allez comprendre: «Il faut arrêter l'aveuglement stupide face au djihadisme qui consiste à dire que cela n'a rien à voir avec l'islam», affirme avec conviction l'écrivain britannique Salman Rushdie lors d'un entretien accordé à L'Obs . «Je suis en désaccord total avec ces gens de gauche qui font tout pour dissocier le fondamentalisme de l'islam».
      «Depuis 50 ans, l'islam s'est radicalisé», soutient Salman Rushdie. Selon lui, «il y a bien sûr une tradition d'un islam éclairé. Mais il n'est pas au pouvoir aujourd'hui». «Côté chiite, il y a eu l'imam Khomeini et sa révolution islamique. Dans le monde sunnite, il y a eu l'Arabie saoudite, qui a utilisé ses immenses ressources pour financer la diffusion de ce fanatisme qu'est le wahhabisme. Mais cette évolution historique a eu lieu au sein de l'islam et non à l'extérieur», insiste l'écrivain.

    • Christian Roy - Abonné 30 juillet 2019 21 h 30

      @ M. Morin,

      On n'a jamais autant entendu parler des "Fake News" depuis l'arrivée de Trumpy au pouvoir afin de neutraliser les autres êtres humains qui l'entourent.. Ce n'est pas parce que nous avons des points de vue différents sur la mise en place de la loi 21 que l'un de nous deux n'est pas du côté de la vérité -même partielle.

      Nous ne sommes pas à l'Église.

  • Paul Toutant - Abonné 30 juillet 2019 06 h 42

    Se tirer dans le pied

    Amnistie se tire dans le pied avec ses témoignages de mauvaise foi évidente. Merci monsieur Doyon de soulever ces inepties bienpensantes. Les « fake news » de gauche sont plus subversives que celles de l'extrême droite, car elles viennent du côté coeur.

  • Hélène Lecours - Abonnée 30 juillet 2019 07 h 07

    Entièrement d'accord

    J'en ai moi-même marre d'entendre tout un chacun dire qu'on "empêche les femmes de porter ce qu'elles veulent". VRAIMENT !? L'absence de nuances est nettement un signe de mauvaise foi. Ah, les idées-ologies, ce que ça peut empêcher certains de réfléchir par eux-mêmes.

    • Christian Roy - Abonné 30 juillet 2019 11 h 46

      @ Mme Lecours,

      Dfiniton du terme "idées-ologies: mot qui désigne un point de vue que l'on réprouve peronnellement. Façon de se conforter dans sa propre opinion en rabaissant une opinion autre.

  • Renée Lavaillante - Abonnée 30 juillet 2019 07 h 10

    Doute

    Depuis que j'ai lu cette prise de position d'Amnistie, j'ai des doutes sur toutes les causes que j'ai appuyées via cette organisation.

    • Louise Collette - Abonnée 30 juillet 2019 09 h 44

      C'est terminé pour moi Amnistie internationale ! Point barre !

    • Michel Lamarche - Abonné 30 juillet 2019 10 h 21

      Moi aussi.

  • André Joyal - Inscrit 30 juillet 2019 07 h 17

    Quand AI Canada français fait à l'international du Quebec bashing!

    J'offre à AI un montant annuel depuis quelques années, résolu de le faire ad vitam. C'est une chronique de Richard Martineau qui m'a informé des turpitudes de Mme France-Isabelle Langlois (directrice générale). Oui, je vois sursauter nos snobs de mousquetaires de QS vociférer :«Ha! si vous lisez le JdeM!» comme en 68, le même type de snobs de gauchistes disaient : «Ha si tu lis Paris- Match!» Je n'ai donc pas tardé à protester auprès de AI pour dire à quel point j'étais sidéré. Moins de 30 minutes plus tard, la directrice générale me disait être tout aussi sidérée elle-même (faut croire qu'elle lit le JdeM... ) S'en est suivi un échange où j'ai eu droit à des références à la Déclaration des droits de l'homme ( heu..de la personne) aux allusions aux droits dits fondamentaux, etc, etc. La directrice générale se disait forcée de respecter le credo de de AI Central. Un véritable dialogue de sourd.

    Or, à nouveau, hier,c'est une autre responsable de AI (que des femmes! contrairement au conclave,ça manque d'hommes chez AI...) qui m'a offert EXACTEMENT le même sermon sans aucune référence au caractère très modéré de la loi 21 comme si'il était dorénavant interdit aux musulmanes d'aller au Jardin botanique avec leur voile. Ma réaction : encore un message aussi bancal et j'arrête mes contributions au bénéfice d'un autre organisme moins borné, ne pouvant accepter que l'on donne du Québec et des Québécois une fausse image.

    • Louise Collette - Abonnée 30 juillet 2019 09 h 47

      Il y Médecins sans frontières Monsieur Joyal. ;-)

    • Christian Roy - Abonné 30 juillet 2019 21 h 23

      M. Martineau n'est pas une référence... je lis également le JDM. Je n'en ai pas honte. Cela me permet de de constater à quelles sources le bon peuple s'abreuve.