Dieu et mon droit

Le gouvernement n’ayant pas permis aux journaux de photographier la cérémonie du retrait du crucifix du Salon bleu de l’Assemblée nationale, je me suis rabattu sur les images enregistrées par les caméras du service de télédiffusion des débats.

On voit donc que, pour cette cérémonie, on met des gants blancs et qu’au-dessus du trône du président de l’Assemblée, il y a maintenant un espace vide.

Mais en levant les yeux plus haut vers le ciel, on s’aperçoit que le blason de la Couronne britannique est toujours là, bien en place.

Et que lit-on comme inscription ? La devise de la monarchie britannique : « Dieu et mon droit » !

Il n’y avait donc pas un seul dieu au-dessus de la tête du président de l’Assemblée nationale.

N’oublions pas, par ailleurs, que la reine d’Angleterre est la chef unique et suprême de l’Église d’Angleterre, l’Église anglicane, donc lorsque les députés prêtent serment d’allégeance à la reine, du même coup, ils jurent fidélité à un dieu.

À ceux qui voient quelque malice dans mes propos, je ne peux que dire : honni soit qui mal y pense.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

13 commentaires
  • Bernard Gélinas - Abonné 22 juillet 2019 01 h 01

    Bernard Gélinas - abonné

    Malgré le retrait du crucifix de l'Assemblée Nationale, cette paille irritante aux yeux de la laicité, on y conserve le blason de la royauté britannique et sa devise DIEU EST MON DROIT. Cette poutre dans l'oeil québécois illustre bien le joug auquel est soumis le Québec depuis 1763. Quel symbole d'impuissance nationale !

    • Claude Bariteau - Abonné 22 juillet 2019 08 h 46

      Et que dire de la couronne evec la croix de l'église anglicane sur le trône où siège le président de l'Assemblée nationale de même que la masse tournée vers le premier ministre, ornée de la même façon, qui symbole l'autorité octroyée par la Couronne au PM du Québec ?

      Une décision de l'Assemblée nationale peut les extraire du décor. Les laisser dans le décor, c'est accepter l'ordre politique qu'ils représentent. La députée indépendante, Mme Catherine Fournier, a soulevé ce point. Que fut la réponse du ministre à sa question ? Le PL21 n'aborde pas cette question.

      Or, cette question est et demeure au coeur de la problématique de la laïcité et de l'affirmation du gouvernement du Québec comme le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple.

    • Sylvain Auclair - Abonné 22 juillet 2019 11 h 55

      En passant, la devise du Royaume-Uni, c'est Dieu et mon droit, pas Dieu est mon droit.

  • Gaston Bourdages - Abonné 22 juillet 2019 04 h 46

    Suave votre propos...

    ...monsieur Déri. Merci.
    Gaston Bourdages,
    Saint-Mathieu-de-Rioux, Qc.

  • Michel Lebel - Abonné 22 juillet 2019 07 h 26

    C'est la vie!

    Pas de quoi faire un plat! L'Histoire comme la laïcité... est remplie de contradictions et de paradoxes. Autrement que la vie serait plate!

    M.L.

  • Bernard LEIFFET - Abonné 22 juillet 2019 07 h 35

    Il me semble avoir fait un commentaire semblable à ce sujet....

    C'est aberrant de savoir que bien des Québécois ignorent ce décorum politique qui montre à quel point la nation québécoise n'est qu'un territoire comme les autres provinces, lesquelles relèvent sans exception de la Reine, celle de l'état britannique et de la religion anglicane! Il est cependant intéssant de dire aussi qu'il y a eu des vikings, des celtes...et des français qui ont occupé bien auparavant cette île...L'Histoire nous en apprend beaucoup, il y aura aussi un jour, l'Histoire d'après, celle qu'il faudra provoquer!

  • Marc Therrien - Abonné 22 juillet 2019 07 h 40

    Alors, changeons de reine ou de roi


    Les personnes les plus offensées par cet état de fait pourraient toujours tenter une dernière aventure indépendantiste en se joignant au Parti royaliste du Québec fondé en février 2019 dont le fondateur Samuel Giguère considère que la monarchie est le meilleur moyen d’accéder à la souveraineté.

    Marc Therrien

    • Bernard LEIFFET - Abonné 22 juillet 2019 11 h 36

      La monarchie indépendantiste , c'est non! Imaginer une telle chose me laisse perplexe et ce fondateur fait peut-être partie des illuminés qui font parfois la manchette! Cependant je dis OUI à une vraie république et à un président, plutôt qu'à cette nation sans cesse opprimée par les Autres, vous avez compris je pense qui!