La taxe scolaire

Je viens de recevoir un cadeau. Un cadeau de cent vingt-cinq dollars. Je devrais me réjouir ? Pas du tout.

Ce cadeau provient du comité de gestion de la taxe scolaire de Montréal.

Le gouvernement provincial avait confirmé des réductions des taxes scolaires en décembre dernier. Voilà que la promesse se réalise à un moment où il faut plus d’argent dans le système scolaire. Notamment à Montréal où les besoins sont énormes. Des besoins pour construire de nouvelles écoles, les agrandir ou les rendre plus adéquates. Des besoins pour assurer des services particuliers aux élèves en difficultés, pour une meilleure intégration des immigrants ou pour attirer et retenir les jeunes enseignants par des salaires qui sont concurrentiels par rapport au secteur privé.

Une décision marquée d’improvisation et de populisme !

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

3 commentaires
  • Rose Marquis - Abonnée 12 juillet 2019 06 h 01

    Taxe scolaire

    Je suis tout à fait d'accord avec vous Mme Jourdain. De plus, à l'automne nous devrions réentendre parler de l'abolition des commissions scolaires, histoire que le CAQ remplisse ses promesses électorales.... À suivre.

  • Nadia Alexan - Abonnée 12 juillet 2019 11 h 00

    Ce sont les enfants les plus vulnérables qui vont souffrir les effets de ces coupures.

    Je suis tout à fait d'accord avec vous, madame Jourdain. À l'heure où nous devrions augmenter les fonds des écoles pour subvenir aux nécessités urgentes dans nos écoles, le gouvernement actuel fait l'inverse. Ce sont les enfants les plus vulnérables qui vont souffrir davantage suite à ces coupures.
    Nos gouvernements n'ont pas compris encore que les coupures dans les services publics ont un effet dévastateur sur de vraies personnes.

  • Claude Gélinas - Abonné 12 juillet 2019 21 h 47

    Non le Québec n'est pas fou de ses enfants.

    Des écoles contaminés par le mercure alors qu'en toute ignorance l'on incitait les enfants à boire l'eau du robinet au lieu des boissons sucrées. Mais quel laxisme, Faudrait-il créer le poste de Protecteur de l'enfant avec toutes les dérives de la Protection de la Jeunesse.