Le crucifix n’est plus

Le crucifix a été retiré du Salon bleu du Parlement québécois. Voilà une bonne chose de faite. Mais n’en restons pas là !

Le crucifix à l’Assemblée nationale, c’est beaucoup, mais c’est encore peu en regard des nombreux hommages religieux qui trônent au milieu de nos vies. Ils sont sur des écoles, des rues, des montagnes, des rivières, des lacs, des villages, sur le fleuve et dans les prénoms. Ils persistent dans les devises et les chartes au fond monarchique dépassé nées avec les empires façonnant les murs et les plafonds des administrations publiques et de leurs réserves. Ce sont donc des milliers de mots, de noms, de liens et de sens qui sont à trouver, à retrouver, à rêver, à faire naître et apparaître, à imaginer, à dégager, à réaffirmer, à choisir, à faire résonner et à user. Poètes ! Au verbe, au pré et au papier, il est vaste, ce pays de lieux à nommer. Le trésor de «la» langue ouvert, que la parole lui soit donnée…

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

19 commentaires
  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 10 juillet 2019 05 h 12

    … à la québécoise !

    « Le crucifix a été retiré du Salon bleu du Parlement québécois. Voilà une bonne chose de faite. Mais n’en restons pas là ! » (Mathieu Parent)

    Effectivement, de ce retrait, il est bien de se dire (d’entre-nous seulement) que la mentalité-culture du « crucifié » habite, majoritairement et en-corps, le membership de l’actuelle ANQ qui, ce dernier, se retrouve comme en démarche de laïcisation, volontaire, in-volontaire !?

    De cet « Effectivement », en va-t-il de même pour la population du Québec qui, elle-aussi !, cherche à réfléchir ou penser et agir de laïcité ?

    De plus, et de ce retrait, une idée-question : l’ANQ pourrait-elle s’inviter, par l’entremise d’une motion, à déposer une Fleur-de-Lys au Centre de la Chaise présidentielle ?

    Bien sûr et Grands mercis …

    … à la québécoise ! - 10 juillet 2019 -

  • Michel Lebel - Abonné 10 juillet 2019 06 h 39

    L'histoire?


    Faisons table rase de notre histoire! Quand le jugement fout le camp! Pas bien joli tout cela.

    M.L.

    • Michel Héroux - Abonné 10 juillet 2019 09 h 29

      L'histoire, Monsieur Lebel ? Qu'est-ce que c'est ? Ici, « Je me souviens », mais de rien. Tout cela est d'une tristesse sans nom...

    • Jean-Charles Morin - Abonné 10 juillet 2019 15 h 03

      Monsieur Lebel, pour une rare fois je suis tout à fait d'accord avec vous. Le crucifix de Duplessis peut bien partir mais pour ce qui est de la toponymie, on ne balaie pas trois siècles d'histoire du revers de la main. La poésie, qu'on se plaît à invoquer ici, ne doit pas servir à trahir la mémoire de nos ancêtres et à dénaturer notre environnement suivant la mode du jour. Il reste tant de lieux et d’endroits encore à nommer qu'il est inutile de saccager le travail qui a déjà été fait en ce sens.

  • André Joyal - Inscrit 10 juillet 2019 07 h 08

    Enlevé avec des gants blancs...

    Notre «ami» d'Entre-les-Lacs devrait admettre que l'opération s'est déroulée avec tout le respect qui s'imposait.

    • Michel Lebel - Abonné 10 juillet 2019 10 h 49


      Si vous saviez comme cette histoire de crucifix retiré est le cadet de mes soucis. Ce qui importe, c'est le Christ vivant! Chacun ses choix de religion ou spiritualté ou rien ''pantoute".

      M.L.

    • Christian Roy - Abonné 10 juillet 2019 16 h 25

      @ M. Joyal,

      Qu'est-ce qui changera suite à la disparition du crucifix ? Rien. Il y a belle lurette que les parlementaires n'en tenait plus compte et qu'il ne faisait pas partie de leurs délibérations.

      En fait cela prouve une chose: notre État est bel et bien laïque depuis des décennies et la loi 21 ne fut qu'un spectacle à grand déploiement pour détourner la population des "vraies affaires". Legault a transformé le crucifix en hochet. La lune de miel caquiste est maintenant sur le point de se terminer. La population ne peut qu'espérer de retrouver au Salon bleu une opposition réelle, Quand le Canada va "sherrer", elle en aura bien besoin.

  • Marc Therrien - Abonné 10 juillet 2019 07 h 13

    Et maintenant, séparer l'enseignement de Jésus-Christ de l'institution de l'Église catholique


    Je ne sais pas si votre propos est ironique. Seul vous le sait, peut-être. La plupart des gens comprend que la laïcité consiste simplement à séparer les pouvoirs religieux et les pouvoirs politiques dans les affaires de l’état. Quelques-uns exagèrent en pensant qu’elle devrait mener à l’éradication du sentiment religieux inhérent à la condition humaine qui signifie sa présence à travers la marche de l’histoire de l’esprit en déploiement. Pour le reste, on peut simplement apprendre à séparer l'enseignement de Jésus-Christ, le philosophe, de l'insititution de l'Église catholique.

    Marc Therrien

  • Frédéric Lemay - Inscrit 10 juillet 2019 08 h 31

    Fleur de lys

    Excellente, cette idée de remplacer le crucifix par une magnifique fleur de lys. Léolane Kemner, qui fait toujours d'excellents blogues, avait lancé cette merveilleuse idée en novembre dernier: https://www.journaldemontreal.com/2018/11/07/jai-une-idee

    Et pour ce qui est des propos de M. Parent, j'ose croire qu'il est saracastique. Si ce n'est pas le cas, sa suggestion est si insignifiante que je ne vois même pas l'intérêt d'y ajouter une quelquonque réplique...

    • Christian Roy - Abonné 10 juillet 2019 15 h 54

      @ M. Lemay, je crois qu'une motion consistant à troquer le crucifix pour un panache d'orignal serait beaucoup plus original. Trouvez-moi à travers le monde une législature qui afficherait ce distinctif apparât !!! Voyez le sarcasme qui habite mon commentaire.