Tragédie sur une bien petite allée

Ainsi, donc, le magnifique clocher qui agrémente tant de perspectives dans la haute ville de Québec ne sera plus, de même que va disparaître la belle église de style byzantin au profit d’une banale tour à condos.

Le tout à mi-chemin des quelques centaines de mètres qui séparent le ministère de la Culture du Vieux-Québec, ville du patrimoine mondial… Sur une artère qui est la porte d’entrée d’une ville dont une part de l’économie repose sur sa beauté et son patrimoine.

Vous avez dit « se tirer dans le pied » ?

Saint-Coeur-de-Marie est un élément essentiel de la Grande Allée. On dérobe aux citoyens une part de leur environnement esthétique, culturel et patrimonial. On réduit encore un peu plus un patrimoine québécois déjà bien mince.

Le scénario fonctionne encore. Nul besoin de permis de démolition. On achète une église et on la laisse se dégrader (dans le cas de SCM, en permettant aux exploitants d’un bazar de laisser les portes ouvertes tout l’hiver, sans compter de possibles moyens plus discrets). Puis, afin de rendre les commerçants de la Grande Allée nerveux et de les mettre de son côté, on invoque, à la veille de la saison touristique, une instabilité de la structure et un souci de sécurité pour la ceinturer de blocs qui obstruent la moitié de la rue.

« On ne peut sauver toutes les églises », affirme le maire Labeaume. Personne ne demande à la ministre de la Culture, ou au maire, de financer, demain matin, la restauration de cette église. On demande simplement qu’elle reste debout. Le patrimoine, par définition, se pense dans le long terme : faisons aujourd’hui ce que nous pouvons et d’autres générations — plus riches, plus fières de leur patrimoine — nous seront reconnaissantes de leur avoir permis de poursuivre le travail au lieu de nous mépriser en feuilletant un album photo sur « le Québec perdu ».

Et surtout, envoyons le signal que ce vandalisme ne passe plus.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

5 commentaires
  • Gilles Bonin - Inscrit 6 juillet 2019 04 h 56

    Envoyons le signal...

    mais de signal envoyé en signal envoyé... on détruit allégrement le peu de parimoine bâti que nous ayons accumulé dans notre courte histoire du bâti. C'est ridicule, mais comme tout et un chacun le sait, le ridicule ne tue pas, mais la laideur architecturale générale au Québec, elle, gagne du terrain.

  • Michel Lebel - Abonné 6 juillet 2019 06 h 12

    Indigence!


    Un certain Québec ignore son histoire et méprise son patrimoine. Je parodie les Béatitudes: bienheureux les creux! Avec le temps et surtout la stupidité, cette belle Grande Allée a donné lieu à la prise en charge par le béton, les condos et les commerces de restauration et d'amusement. Il reste maintenant Saint-Coeur-de-Marie à passer à la trappe. Culture et patrimoine, connais pas! Quelle indigence!

    MIchel Lebel

  • Léonce Naud - Abonné 6 juillet 2019 06 h 23

    En direct, l'effondrement d'une nation

    Avant de démolir des églises et les remplacer par des épouvantails à touristes, en particulier celles qui occupent un site stratégique dans la Capitale nationale du Québec, on devrait réfléchir à la fonction qu’elles ont joué dans l’affirmation de la force d’une NATION et pas seulement celle d'une RELIGION.

  • Jean-Charles Morin - Abonné 7 juillet 2019 19 h 01

    Un autre petit maire.

    Le maire Labeaume ajoute son nom à la liste déjà trop longue de ceux qui laissent les vieilles pierres aller au diable pourvu que ce dernier paie ses taxes à la Ville.

    Je ne pense pas que les touristes afflueront à Québec pour admirer la nouvelle tour à condos.

  • Jérôme Faivre - Inscrit 7 juillet 2019 19 h 53

    La fusée de pierre

    Le processus est ici bien décrit: aucune politique, des ruses de promoteur, de la spéculation vulgaire.

    Cette église était particulièrement originale, avec son clocher que l'on aurait pu imaginer être une fusée de pierre surréaliste à quatre réacteurs.

    Elle aura bientôt disparu… pour toujours.
    Même indifférence de la foule lorsqu'on abat un arbre centenaire.

    Mauvais calcul.

    On ne vient pas du bout du monde pour voir des immeubles à condos bien quelconques, sinon moches.

    Ces derniers sont toujours présentés dans leurs vidéos de promotion comme des bijoux d'architecture durable intégrée, avec des arbres et des passants branchés appréciant la nature.

    En réalité, les nouvelles constructions sont le plus souvent des boites à chaussure avec deux ou trois balais de chiotte plantés sur le devant, arbres qui mourront après un ou deux hiver…

    Une bonne réserve additionnelle de condos centraux pour fournir les bars en assoiffés de passage.

    En résumé, du dur, mais pas durable, carrément pas endurable.

    Pourtant, je n'aurais pas hurlé si nos impôts avaient pu aider à faire quelque chose de bien avec ces vieilles pierres. Il y avait de quoi faire du beau et du spectaculaire et.. rentable à long terme.

    Mais, en effet, de plus en plus petite allée.

    Trop tard, la fusée a explosé. On n'ira pas plus loin.