Dédommagement pour tout le monde

On apprenait récemment qu’Hydro-Québec allait dédommager les clients de la société d’État qui ont trop payé durant quelques années pour leur électricité. Cette indemnisation, telle qu’elle a été annoncée, est sûrement une bonne chose pour ceux qui continuent à recevoir les services d’Hydro-Québec.

Je ne suis sûrement pas le seul cependant à ne plus avoir un recours direct au service électrique public puisque je vis depuis plus de deux ans dans une résidence pour personnes retraitées autonomes. Comment alors des personnes dans ma situation vont-elles bénéficier de ce juste remboursement ?

Je crois comprendre que la solution dévoilée récemment fait l’objet de critiques pouvant à terme améliorer l’offre. Je souhaite qu’on en arrive à dédommager aussi tous ceux qui ont trop payé sans pouvoir récupérer leur juste part dans la proposition actuelle.

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

1 commentaire
  • Paul Drapeau - Abonné 2 juillet 2019 08 h 12

    Rien ne perd. Rien ne se crée.


    Les profits d’Hydro-Québec vont dans les caisses de l’État. Par conséquent, c’est là que sont allés les trop-perçus. S’il n’y avait pas eu de trop-perçus, les profits auraient été moindre de même que les redevances à l’État.

    Pour rembourser les trop-perçus à ces clients, Hydro-Québec est en droit de demander à l’État de lui rembourser la portion de ces redevances qui origine des ces trop-perçus. Pour rembourser cette portion des redevances, l’État doit ultimement, directement ou directement, augmenter des taxes ou des impôts.

    Ou encore, pour financer le remboursement des trop-perçus, Hydro-Québec va diminuer ces redevances à l’État dans les années futures.

    Par conséquent, le remboursement des trop-perçus va se solder éventuellement par une hausse équivalente de taxe ou d’impôt.

    Rien ne perd. Rien ne se crée.