Tous immigrants

Les immigrants — économiques, réfugiés ou demandeurs d’asile, qui vont rejoindre la minorité ethnique québécoise — doivent comprendre que « le Québec n’est pas une terre vierge sans culture et sans héritage », comme l’a si bien dit Amadou Sadjo Barry dans Le Devoir.

Cependant, la majorité francophone n’est pas la seule à pouvoir prétendre l’avoir façonnée, cette terre. Les francophones y ont été minoritaires, alors qu’y résidait déjà une majorité autochtone.

À cet égard, il faudra davantage qu’un simple changement de nom de rue à Montréal à la faveur des Premières Nations, par exemple, pour convaincre que la réconciliation est en bonne voie de se réaliser.

Mais, quoique minime, c’est, tout de même, un progrès à souligner.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

2 commentaires
  • Cyril Dionne - Abonné 27 juin 2019 06 h 36

    Nous préférons l’immigration choisie à l’immigration subie

    L’axiome que nous sommes tous des immigrants ne tient pas la route. Le Québec n’est pas seulement une terre avec un aménagement linguistique et culturel historique et moderne propre à lui, mais c’est un pays déjà construit. Dans un pays où l’égalité homme-femme et des minorités sexuelles est un fait, où la liberté de conscience et d’expression est consacrée en forme de loi 21 et où il y a un filet social qui garantit entre autre, le droit à l’éducation et aux soins de santé gratuits, disons poliment qu’ils ne restent plus grand chose à faire à part d’essayer de le maintenir, chemin de Roxham oblige.

    Si nous sommes tous des immigrants, alors pourquoi la plupart des gens essaient seulement de venir au Québec, au Canada, aux États-Unis et dans les pays riches? Vous savez, il existe d’autre pays dans le monde puisque selon la légende urbaine, nous sommes tous des immigrants. Et la liste est longue. Curieux tout de même, on ne voit pas le même exode des Québécois vers les pays où nous viennent la plupart des immigrants. Pas beaucoup de Québécois immigrent en Haïti. C’est seulement à sens unique. Mystère et boule de gomme.

  • Jean-Guy Aubé - Abonné 27 juin 2019 12 h 22

    Il n'y a pas de mystère

    L'axiome nous somme tous immigrants procède de l'idéologie du multiculturalisme qui a été inventé par Trudeau Père dans la ontinuité du rapport Durham et de la déportation des acadiens pour faire disparaître les francophones du Canada et du Québec. C'est une légende proférée par tous les laquais à la remorque de la dynastie Trudeau, des traîtres envers la nation française du Québec. Les colonialistes anglo canadiens nous volé tous nos symboles pour constituer une identité canadienne qui fait semblant de se démarquer de l'identité anglo américaine. La feuille d'érable et le O Canada étaient des symboles de l'identité française d'Amérique. Ils nous ont été volés par les anglo-canadiens. Ce sont mes ancêtres blancs, francophones et catholiques qui ont défriché ce pays dans des conditions difficiles. Il nous appartient collectivement, à nous les francophones, et nous avons le droit d'imposer à ceux qui viennent profiter de l'usufruit d'un pays qu'ils n'ont pas construit nos critères de vie, nos habitudes, notre langue nos usages. Ce n'est pas à nous de s'adapter à leurs usages et de tolérer leur communautarisme ethnico-religieux.