La CSDM est-elle au-dessus des lois?

Ainsi, la CSDM refuse de faire respecter la loi sur la laïcité de l’État dès la rentrée 2019 ! Ah ! bon ! Elle est au-dessus des lois ? Elle a un statut spécial ? J’imagine le respect des règlements dans les écoles de cette commission scolaire : « Tu enlèves ta casquette dans l’école. » « Euh non, juste l’année prochaine. » « On garde le silence dans les corridors. » « Non, on n’est pas prêts à suivre un règlement comme ça. » « Tu t’assures d’avoir ton matériel avant d’entrer en classe. » « C’est beaucoup trop difficile à gérer, ça. » Je souhaite bonne chance à tout le personnel des écoles quand viendra le temps de faire respecter les règlements. On aura vraiment tout entendu !

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

12 commentaires
  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 21 juin 2019 05 h 55

    … Laïcité de l’État !

    La CSDM est-elle au-dessus des lois? (Titre de l’article, Ginette Lapierre)

    Non !

    Cependant, parfois ou soudainement lorsqu’elle se perçoit comme une déesse (signe religieux ???), on-dirait que cette Commission cherche moins à se situer « au-dessus » des lois qu’à se prendre pour la LOI, et ce, de telle façon que, sans elle, aucune loi ni salut ne seraient-soient possibles !

    En attendant que ce signe soit obsolète ou aboli, cette Commission aurait intérêts à « se plier à la loi » (A) et, par ailleurs-autrement, assumer un « vivre-ensemble » en lien avec la …

    … Laïcité de l’État ! - 21 juin 2019 -

    A : https://www.ledevoir.com/politique/quebec/557213/laicite-quebec-repond-a-la-csdm .

  • Sylvio Le Blanc - Abonné 21 juin 2019 08 h 07

    Bien d'accord

    Et si on mettait Mme Harel Bourdon et sa clique en tutelle ?

  • Gilles Théberge - Abonné 21 juin 2019 08 h 18

    On se croirait à l’émission « pouvez-vous répéter la question? »... !

    • Cyril Dionne - Abonné 21 juin 2019 12 h 00

      Bien d’accord avec vous M. Théberge.

      Dans les écoles, la difficulté d'interdire les symboles religieux est un faux problème. Les écoles le font à tous les jours sur une panoplie de sujets pour les individus qui ne respectent pas le code social ou le code vestimentaire de l'institution basé sur les directives du ministère de l'éducation. Si une jeune fille arrive au secondaire avec une jupe qui ne cache pas grand-chose ou un enseignant porte un tee-shirt de nature raciste, les actions de la part des responsables de l’école ne se feront pas attendre.

      Or, ici, il ne s’agit même pas de banals règlements scolaires, mais bien d’une loi votée démocratiquement à l’Assemblée nationale. Qu’arrive-t-il lorsqu’on défit la loi? Ne pas payer ses impôts ou bien rouler à 100 km/h dans une zone scolaire de 30 km/h et on peut l’apprendre très rapidement.

  • Christian Dion - Abonné 21 juin 2019 08 h 27

    Dehors les commissions scolaires.

    Il est grand temps que le gouvernement vote sa loi sur l'abolition des commissions scolaires et confier leur mandats à d'autres plus compétents, plus travaillants et ayant surtout plus de jugement.
    Une autre récente connerie de leur part, à savoir le détournement dans leur budget d'opération d'importantes sommes d'argent qui étaient destinées au départ par le ministère d'éducation pour les élèves adultes en difficulté.
    Et vous en vouliez une des causes du décrochage scolaire.
    Christian Dion.

  • Cyril Dionne - Abonné 21 juin 2019 09 h 21

    Adieu CSDM

    Pas encore des gens qui sont plus égaux que les autres en démocratie. On veut choisir les lois qui font notre bonheur et on occulte les autres. Moi aussi j’aimerais faire des amendements aux lois sur les impôts et taxes afin d’en payer aucune comme le font toutes les églises, mosquées et les temples de tout acabit et me faire subventionner comme le sont les écoles religieuses au Québec.

    Ceci dit, si la CSDM veut se placer au-dessus des lois, eh bien, qu’on coupe les subventions qui viennent de la province ou bien qu’on la met sur tutelle. Ce serait peut-être plus facile de se débarrasser tout simplement des commissions scolaires, ce système archaïque d’il y a deux siècles passés, et revenir à une version moderne de l’éducation en éliminant l’intermédiaire qui n'est plus nécessaire aujourd'hui.