Le rapport Rioux n’a pas perdu de sa pertinence

La proposition de Québec solidaire d’instituer une commission Parent 2.0 afin de doter le Québec d’une vision globale en éducation, en tenant compte de la réalité d’aujourd’hui, me paraît fort pertinente.

En effet, la mise en place des recommandations du rapport Parent a été un des piliers de la Révolution tranquille dans les années 1960-1970 avec la création du ministère de l’Éducation et la démocratisation du système d’enseignement permettant une hausse significative du taux de scolarisation au Québec.

Dans ce contexte, il serait important de se pencher également sur les recommandations de la Commission d’enquête sur l’enseignement des arts au Québec, instituée par le gouvernement de Jean Lesage en 1966, et sur le rapport Rioux déposé en février 1969, et présidé par le sociologue Marcel Rioux. « Le rapport Rioux tire ses conclusions d’une réflexion approfondie sur le rôle que devront jouer les arts, la culture et l’éducation dans la société post-industrielle qui s’annonce à l’époque : préserver l’être humain de l’aliénation économique et technologique en lui donnant le contrôle de son potentiel créateur et les moyens de définir les normes de l’expérience humaine (Corbo, 2006). »

Les recommandations du rapport Rioux, qui datent maintenant de 50 ans, n’ont pas perdu de leur pertinence dans le monde actuel et méritent qu’elles fassent aussi partie d’une réflexion 2.0.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

1 commentaire
  • Cyril Dionne - Abonné 17 juin 2019 08 h 07

    La merveilleuse symétrie des arts, des mathématiques et des sciences

    Oui pour une nouvelle vision globale sur l’éducation, mais de grâce, sans les énergumènes de Québec solidaire. Qu’est-ce une hausse significative du taux de scolarisation en 2019? La réponse à cette question risque d’être déroutante pour plusieurs.

    En fait, depuis 1950, comme pour l’éducation à la « John Dewey », il y a peu de nouveautés, à l'exception du type d'interface élève-enseignant-machine qui est de plus en plus présent et toujours en évolution constante dans les salles de classe. En fait, l'intelligence artificielle ne peut être comprise qu'avec une compréhension basique d'un cours universitaire de première ou de deuxième année en algèbre linéaire en ce qui concerne les vecteurs, les matrices, les nombres complexes et les probabilités dans un monde de logique floue et d’apprentissage profond.

    La programmation n'est pas une langue formelle enseignée à l'école, mais son importance pour l'éducation des futurs créateurs d'emplois est cruciale pour toute société. Elle est essentielle dans une formation générale préparatoire à l'université et une formation technique conduisant au marché du travail. Les curriculums doivent être essentiellement biologiques et, en raison de ce fait, ils devraient être en mesure de changer rapidement pour s'adapter à un monde éducationnel en constante évolution.

    L'impact de la technologie a des répercussions non seulement dans le monde industriel, mais aussi dans les activités humaines. L’enseignement des arts assure que la modalité humaine demeure toujours présente dans une éducation qui deviendra de plus en plus technologique. Nous vivons dans un monde branché. Maintenant, dans une communauté d'apprenants interconnectés, nous sommes en mesure de résoudre les problèmes les plus complexes qui se présentent dans tous les domaines. Les arts humaniseront l’éducation et assureront le lien entre la 4e révolution industrielle de l'automatisation, de la robotique intelligente, de l'intelligence artificielle et nous.