Digne d’un éditorialiste

Je n’ai jamais perçu Garnotte comme un caricaturiste, mais comme un éditorialiste dont les analyses savaient, de quelques traits, cerner l’essentiel d’une personnalité ou d’une situation, aller droit au coeur d’une question… Les petits bonshommes de ce drôle de bonhomme me manqueront.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

2 commentaires
  • Gilles Bonin - Inscrit 13 juin 2019 06 h 58

    Et comme malheureusement,

    de plus en plus, les éditorialistes du Devoir planent vers le bas de gamme de textes mâchouillés plutôt que pensés. Il y a encore de bons éditoriaux mais que tout un chacun chroniqueur y laisse sa trace n'est certainement pas le meilleur chemin pour garder le cap qu'avait (qu'a encore?) Le Devoir. Que je sois d'accord avec tout ou partie d'un éditorial n'a rien à voir quant à cette remarque acidulée pour un journal que j'aime... encore.

  • Marc Pelletier - Abonné 13 juin 2019 19 h 15

    '' garder le cap... ''

    Quel cap ?