Somme toute, La Malbaie méritait mieux!

Le constat n’est guère reluisant un an plus tard. Le passage du G7 à La Malbaie les 8 et 9 juin 2018 n’aura laissé que des miettes à la population locale. Pourtant, on lui avait promis mer et monde. On parlait de grandes retombées économiques pour les années à venir. Certes, lors de ce G7, on affichait complet partout dans les hôtels et les restaurants puisque, entre autres, dignitaires, journalistes et policiers étaient sur place. Tellement qu’il n’y avait plus de place pour le moindre touriste.

Mais je serais donc ici porté à croire qu’on a manqué le bateau, qui ne s’est jamais véritablement arrêté pour la peine sur un des quais de La Malbaie — si je peux me permettre ici cette image.

Lors de cet événement fort médiatisé à la grandeur du globe, on n’a pas réussi — qui plus est — à faire découvrir pour la peine ce magnifique havre de beauté qu’est La Malbaie, ainsi que toute la région de Charlevoix. L’un des plus beaux coins en Amérique du Nord en belle saison. Véritable oasis où nos plus grands peintres ont séjourné pour y créer de grandes oeuvres. On n’a pas réussi à vendre ce coin de pays au reste du monde lors dudit G7 2018. Et c’est là, selon moi, qu’on a manqué de vision : c’est là que le bât blesse.

On a laissé les sept chefs d’État déblatérer en vase clos dans le chic Manoir Richelieu, et les médias du monde n’en ont eu au final que pour le fameux boycottage de Donald Trump, qui a quitté ce drôle de G7 avant terme. L’événement a donc été un échec sur presque toute la ligne. Voilà ce qui a marqué la presse internationale.

Reste à savoir si La Malbaie connaîtra une belle saison touristique cet été. Reste à voir si, oui ou non, ce semblant de G7 2018 aura eu un effet auprès des touristes de la planète. Je le souhaite, mais je demeure sceptique. En tout cas, pour le moment, l’effet est lent à se faire sentir !

Somme toute, La Malbaie méritait mieux. La population, les hôteliers et les restaurateurs étaient en droit de s’attendre à beaucoup plus de ce G7, qui aura coûté plus de 600 millions. Ce qui, au final, constitue ironiquement le seul véritable legs de cet événement.

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

7 commentaires
  • Mario Jodoin - Abonné 12 juin 2019 01 h 36

    Sans oublier...

    ...les personnes qui ont été arrêtées arbitrairement et qui subissent encore des restrictions de déplacement. J'ai personnellement plus d'empathie pour elles que pour les marchands mentionnés dans cette lettre.

    • Cyril Dionne - Abonné 12 juin 2019 10 h 49

      Vous voulez dire la dizaine de personnes ultragauchistes qui ont manifesté lors de cet événement? Il n'y a pas eu de manifestation. Alors, vous n’avez pas à pleurer.

    • Hélène Paulette - Abonnée 12 juin 2019 12 h 54

      @Dionne: Ils ont manifesté mais il n'y a pas eu de manifestation... Ça doit être du négationisme d'extrême-droite!

    • Cyril Dionne - Abonné 12 juin 2019 16 h 34

      @Paulette

      Est-ce que vous allez utiliser les mêmes données que pour les changements climatiques? Si vous appelez une manifestation d'une douzaine de personnes, une manifestation, vous êtes mêlée et pas à peu près.

  • Michel Lebel - Abonné 12 juin 2019 06 h 17

    Du bidon!

    Les réunions du G7 sont en général du bidon; celle de la La Malbaie n'a pas échappé à la règle. Son ''résultat'' ne devrait avoir aucun effet ''auprès des touristes de la planète'' (sic). Toute cette esbrouffe a été vite oubliée.

    M.L.

  • Pierre Belley - Abonné 12 juin 2019 09 h 57

    Mauvais choix.

    Les gens de Charlevoix on choisi l'argent facile au détriment de leur fidèle clientèle. On en a subi les conséquences jusqu'à Québec. Tant pis!

  • Cyril Dionne - Abonné 12 juin 2019 10 h 51

    Lorsqu'on vote pour une image...

    Vous avez voté pour Trudeau qui vous avait promis mer et monde. Le G7 à La Malbaie en est un exemple éloquent de cette supercherie. Pardieu, c’était une réunion des plus puissants de la planète, pas une excursion touristique. Politiquement parlant, ce rendez-vous a été un échec cuisant pour le Canada. L’arrogance d’un petit gamin devenu premier-ministre a coûté des sanctions tarifaires pour l’industrie de l’aluminium et de l’acier, le résultat net de cette rencontre.

    Et le prix de tout cela? Plus d’un demi milliards de dollars pour seulement quelques jours qui ont fini par en coûter beaucoup plus. Pourquoi la population, les hôteliers et les restaurateurs de La Malbaie étaient-ils en droit de s’attendre à beaucoup plus de ce G7? C’est nous qui avons payé la note.

    Misère.