Les maternelles 4 ans, envers et contre tous

Le projet de maternelles 4 ans semble en voie de devenir l’éléphant blanc du gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ). Les difficultés s’accumulent à mesure que se développe le concept. Entre autres : les intervenantes, intervenants à former, les places et écoles à trouver, le transport inadapté pour des marmots de 4 ans — on ne met pas des petits de 4 ans dans des autobus jaunes sans bancs d’appoint !

Puisque de l’argent, il y en a, complétons le réseau des CPE et intégrons-y les maternelles 4 ans. Diffusons le personnel spécialisé dans les CPE, là où ce sera nécessaire, en appui au personnel et fournissons le matériel pédagogique essentiel. Du coup, il restera de l’argent pour entre autres, améliorer ou réparer les écoles vétustes, diminuer le ratio professeur-élèves, oublier le transport des tout-petits dans des véhicules sans protection.

À l’instar d’un certain président en contradiction avec le projet d’assurance maladie de son prédécesseur, la CAQ semblerait, envers et contre tous et pour sa propre gloriole, vouloir éliminer les CPE pour leur substituer son propre projet de maternelles 4 ans.

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

3 commentaires
  • Gilles Bonin - Abonné 11 juin 2019 05 h 19

    La lettr est courte

    tout comme l'idée exprimée... heureusement!

    • Marc Pelletier - Abonné 11 juin 2019 11 h 11

      La lettre est peut-être courte, comme vous dites, mais elle n'en exprime pas moins d'une façon claire les obstacles majeurs que Mme Pelletier Gravel voit dans l'application at large des maternelles quatre ans.

      Je crois aussi que les CPE et les écoles, '' outillés '' adéquatement, répondraient beaucoup mieux et, à moindre coûts, aux problèmes déjà identifiés.

  • Hélène Paulette - Abonnée 11 juin 2019 12 h 43

    C'est la solution logique, bien sûr...

    Mais Legault a promis ....