Une formule (1) dépassée de la masculinité

Vroum, vroum, font les coeurs humains devant ces machines de guerre contre l’air que l’on respire, contre le silence déjà mourant, contre les femmes que l’on compare aux carrosseries d’autos et les hommes que l’on réduit en adorateurs de fausse puissance. Il ne s’agit pas ici de diaboliser bêtement une activité bien intégrée dans la culture masculine du divertissement ou de vouloir imposer une sorte de morale écologiste ou féministe, qui serait d’ailleurs vite dénoncée comme une offensive de la part d’une nouvelle sorte de grenouilles de bénitier. Non, il s’agit plutôt d’essayer de devenir adulte face à nos envies et nos désirs motorisés et instrumentalisés, qui mélangent les genres, surtout féminins, pour cesser de voir le monde comme son carré de sable, ou sa piste de course, ou son harem. Il s’agit de quitter ce statut d’enfant omnipotent dans un corps d’adulte et accepter d’abandonner nos stupides jouets, et libérer ceux et celles que nous voyons comme tels.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

6 commentaires
  • Claude Gélinas - Abonné 10 juin 2019 10 h 33

    Le vrai virage écologique de la métropole !

    Le jour que Montréal interdira la présence de ces bolides qui en une fin de semaine rejete dans l'atmosphère l'équivalent de gaz carbonique de 11 000 véhicules pour le remplacer par une course de voitures électriques, le Québec aura fait un grand pas en plus d'inciter les Québécois à remplacer leurs voitures roulant à l'essance par un véhicule hybride ou complètement électrique.

    Pour ce faire, il faudrait du courage et de la détermination. Les élus de la Métropole en sont-ils capables*
    Poser la question, c'est y répondre.

  • Sylvain Auclair - Abonné 10 juin 2019 10 h 50

    Masculin/féminin

    Personnellement, je comprends mal cette division des valeurs et des intérêts en féminins et masculins. On croirait en revenir aux antiques définitions essentialistes des sexes, et pourquoi pas des races...

  • Sylvio Le Blanc - Abonné 10 juin 2019 13 h 40

    Lettre très originale

    Est-ce que M. Éric Desrosiers, du 'Devoir', l'a lue ? Si non, il aurait intérêt.

    • Marc Boucher - Abonné 11 juin 2019 07 h 10

      C'est un peu malhonnête, intellectuellement, de relier cette lettre à un débat sur les genres et les races. Voyez-vous beaucoup d’hôtesses « masculines » dans les salons d'autos? Voyez-vous beaucoup de femmes pilotes de F1? Voyons, il est clair que la culture du « char » est typiquement masculine et mon propos s'y accorde. Pourquoi vouloir le dévier?
      MB

    • Sylvio Le Blanc - Abonné 11 juin 2019 09 h 02

      M. Boucher, vous faites suite aux commentaires de Sylvain Auclair, n'est-il pas? Vous avez appuyé sur le mauvais «Répondre».

    • Marc Boucher - Abonné 11 juin 2019 14 h 03

      Oui M. Leblanc, désolé ça ne s'adressait pas à vous bien sûr mais à M. Auclair.
      Merci.
      MB