Pour une gestion des inondations

Il est indéniable que les effets des changements climatiques se confirment. À la période très sèche des années 2001 à 2010, alors que les experts prévoyaient une réduction de l’hydraulicité du bassin du Saint-Laurent, pouvant être de l’ordre de 24 % pour la fin du siècle, a succédé un changement violent avec deux crues exceptionnelles telles qu’il ne s’en produit que tous les cent ans ou plus.

Il ne sert à rien d’investir encore des millions pour rassembler des statistiques de toutes sortes, comme on le fait depuis des années. Il est temps de se donner les outils nécessaires. Comme pour toutes les rivières importantes, de la Saint-Maurice à la Manicouagan ou à la rivière des Outaouais, il faut compléter l’aménagement des réservoirs de régularisation du Saint-Laurent. Quatre ouvrages sont déjà en place et quatre autres sont encore requis.

Le volume des eaux de crue des années 2017 et 2019 aurait pu être emmagasiné dans une élévation d’un pouce des immenses lacs Michigan et Huron si le barrage d’un mètre de hauteur dont on discute depuis un siècle était en place. Au Québec, on aurait évité la majorité des dommages puisque le lac des Deux Montagnes aurait alors pu se vider normalement dans le lac Saint-Louis à Vaudreuil, vers un lac Saint-Louis alors à son niveau normal.

Plutôt que d’être gaspillée pendant la crue, l’eau des crues emmagasinée sur les Grands Lacs pourrait par la suite servir simultanément à produire environ 12 TWh d’énergie dans les centrales déjà en place, suffisamment pour remplacer deux réacteurs nucléaires, et ce, tout en maintenant les niveaux des eaux dans les quelque 1000 kilomètres de précieux milieux humides et le long des 18 000 kilomètres de rives du Saint-Laurent. L’opération de la Voie maritime s’en trouverait également assurée.

Au Québec, trois seuils déversant pourraient à terme être nécessaires pour assurer le niveau historique normal des eaux lors des périodes sèches.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

1 commentaire
  • J-Paul Thivierge - Abonné 10 juin 2019 10 h 54

    Une proposition pertinente pour diminuer les risques d'inondations de la vallée du St Laurent et de ses affluents ..

    Pour diminuer les inondations de plus en plus réccurentes de la vallée du St Laurent et de ses affluents ..
    Cet expert retraité d'Hydro, ex gestion des bassins versants depuis plusieurs décennies.
    M Gingra propose ce moyen assez pertinent qu'en période de crues annuelles de l'énorme bassin versant de l'Outaouais,
    on permette aux É-U, autour du lac Michigan de laisser couler vers le fleuve Missouri pour diminuer l,apport d'eau en amont des chutes du Niagara pour ainsi favoriser l'écoulement plus rapide des eaux en amont de Carillon vers le lac des 2 montagnes et du fleuve au niveau réduit en aval de la Mauricie selon une gestion commune de la commission internationale à Massena Cornwall.
    Possiblement qu'on pourrait exiger des redevances [ 1 $ le 1000 m 3 ] pour cette exportation d'eau potable
    qui serairnt utile ici pour améliorer la protection de nos terres inondables.