Le poids d’un vote

Dans l’édition du Devoir de vendredi, un titre en particulier à votre attention, Monsieur Legault, que je salue : « Les Québécois en veulent pour leur vote ». De grâce, n’allez pas investir dans un référendum : une dépense et non un investissement, vous qui êtes friand de la saine gestion du bien commun. 69 % des 2506 personnes sondées demandent à ce que vous respectiez votre parole. Au fond, ce que nous attendons des gens du politique, c’est que leurs bottines suivent leurs babines. Ce faisant, vous poussez le cynisme à la retraite, lui faisant perdre tous ses stériles pouvoirs. Mes respects, Monsieur le Premier Ministre Legault et Monsieur le Député Tardif.

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

3 commentaires
  • Cyril Dionne - Abonné 8 juin 2019 08 h 53

    Non merci à la proportionnelle

    M. Bourdages,

    Un sondage de 2506 personnes n'est pas légitime en ce qui a trait aux changements drastiques d'une réforme du mode de scrutin. Seulement un référendum sur la question une fois bien expliquée pourrait résoudre cette énigme. 99% des personnes sondées ne savent ou ne comprennent même pas le vote proportionnel et ses ramifications. Changeons le système de monarchie constitutionnelle qu’est le nôtre à un système républicain avec des vrais contre-pouvoirs, et là, on risque d’avoir beaucoup plus d’oreilles attentives.

  • Jean-François Trottier - Abonné 8 juin 2019 10 h 44

    Le débat ne fait que commencer. Pas de référendum ? Ouf!

    M.. Bourdages,

    Ce sondage est très partial.

    Il a été commandé par le MND, qui ne voit que la proportionnelle dans sa soupe. Le MND ne représente que lui-même et ses membres ont des œillères.
    Quelles recherches spécifiques au Québec le MND a-t-il faites sur le sujet?
    Où sont les rapports?

    Le sondage a-t-il demandé si les Québécois veulent un référendum?
    Le sondage a-t-il demandé si les gens se croient suffisamment informés sur les modes de scrutin et les résultats qui en découlent?
    Les gens souhaitent-il rester dans le système parlementaire actuel?
    Si on discute de scrutin on doit discuter de tout. Sinon tout sera à recommencer dans 5 ou 6 ans.

    Le sondage a-t-il demandé si les gens souhaitent une commission d'étude et information?

    Pour le moment il n'y a qu'une entente entre trois partis en conflit d'intérêt évident sur la question, et un organisme non représentatif avec un bien beau nom qui fait "officiel". Ah! Les beaux mots! Ah!

    Il est essentiel qu'une réflexion exhaustive se fasse, parce que ce sujet est sujet extrêmement grave. Il entraîne des conséquences sur plusieurs générations.
    Votre appel pour faire rapidement et sans appui populaire officiel revient à demander de tout bâcler vite-vite à la faveur d'une opinion qui pour le moment se retrouve là où ça vous convient..

    Elle a changé en 6 mois. On ne sait pas où elle sera dans 1 an. La nécessaire pérennité, on en fait quoi ?
    On a entendu des mots magiques, représentation, équité... et aucune explication. Pas fort!

    Ils trouvent que le système actuel n'est pas représentatif, très bien. Est-ce que ça signifie forcément qu'ils veulent absolument la proportionnelle régionale compensatoire, comme un package deal?

    Comprennent-ils à fond la proportionnelle régionale compensatoire?
    Quel sondage le prouve ?

    Ce sondage est partial donc les conclusions que vous en tirez sont irrecevables.

  • Richard Maltais Desjardins - Abonné 9 juin 2019 11 h 32

    Le poids d'un sondage

    varie selon qu'il va dans le sens de nos opinions ou pas. On pourrait s'entendre que « Un sondage de 2506 personnes n'est pas légitime en ce qui a trait aux changements drastiques » en général ?