Les enfants ne naissent pas lors de leur entrée à l’école

Parmi ses engagements, le gouvernement de la CAQ a promis de mettre sur pied des maternelles 4 ans pour tous les enfants du Québec. Ainsi, Jean-François Roberge, ministre de l’Éducation, semble se faire un devoir d’assurer la réalisation de cette promesse. Mais était-ce là la bonne décision ? Qu’en est-il au juste ? Qu’est-ce qui cloche dans le discours du ministre de l’Éducation, ex-enseignant au préscolaire-primaire, qui, pourtant, connaît fort bien le milieu ?

Son discours repose sur un objectif fort louable et superimportant, soit celui de la réussite scolaire, et ce, grâce au dépistage de problèmes susceptibles de nuire à l’atteinte de cet objectif, voire de l’empêcher, et à l’intervention précoce pour y suppléer. Or, il semble ici que nous retombions dans le piège qui consiste à croire que les enfants « naissent » lors de leur entrée à l’école, ce qui équivaut à croire que, en ce qui concerne leur développement, rien ne se vit entre 0 et 4 ans. Pourtant, au contraire, c’est là une période cruciale pour dépister et pallier les difficultés susceptibles d’émerger dans les premières années de leur vie. C’est précisément pourquoi, au Québec, un grand nombre d’enfants profitent des services de garde éducatifs à la petite enfance, contrairement aux enfants de New York ou de l’Ontario, par exemple.

Sans mentionner les multiples avantages que présentent les services de garde à la petite enfance pour les enfants de 4 ans (ratio, locaux, durée de présence, etc.), faut-il rappeler que, depuis plus de vingt ans, les centres de la petite enfance (CPE) ont témoigné de leur expertise auprès des enfants de 0 à 5 ans ? Leur vocation éducative met l’accent sur la qualité en vue d’assurer la santé, la sécurité, le développement global ainsi que la réussite éducative et l’égalité des chances des enfants qu’ils reçoivent. Le personnel éducateur qui travaille auprès d’enfants de 0 à 5 ans est formé spécifiquement dans des programmes d’études en éducation à la petite enfance au cégep et à l’université. Le rôle de ce personnel est, entre autres, de favoriser la réalisation d’apprentissages par le jeu grâce à des activités propres à chaque groupe d’âge. À ce rôle s’ajoute celui de la prévention, du dépistage et de l’intervention précoce. L’éducation étant étroitement liée à la socialisation, les enfants qui les fréquentent ont la chance d’évoluer dans cette microsociété où ils forment leur personnalité et apprennent les fondements de la vie en groupe.

Ne vaudrait-il pas mieux que le gouvernement favorise le développement des services de garde éducatifs pour les tout-petits dès leur entrée dans ce milieu ?

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.