Tous «sur le pont»

Même si l’on sait pertinemment que le Parti vert du Canada ne prendra pas le pouvoir en octobre prochain, il faut reconnaître que l’appel de sa chef, Elizabeth May, à inviter « tout le monde sur le pont » a quelque chose de mobilisateur à l’endroit de tous les citoyens du pays.

À mon avis, il faudrait vraiment se mettre la tête dans le sable aujourd’hui pour ne pas constater que l’urgence climatique est devenue un incontournable, les inondations et les feux de forêt de plus en plus fréquents et sévères au Canada en faisant foi.

Parlant des preuves scientifiques accumulées depuis des années sur les écueils des changements climatiques, la chef des verts, lors de son allocution au congrès de la Fédération canadienne des municipalités, a rappelé aux participants que « […] l’atmosphère ne négocie pas avec l’humanité. On ne peut pas argumenter avec la physique. On se retrouve dans la situation actuelle parce que, pendant des décennies, nous avons ignoré les avertissements des scientifiques ».

Et, d’ajouter la députée fédérale de la circonscription de Saanich-Gulf Islands en Colombie-Britannique, « quand je cherche du leadership sur la planète, je ne le trouve pas parmi les élus comme moi. Je le trouve chez une jeune étudiante de 16 ans à Stockholm. Greta Thunberg est la meneuse d’un mouvement formé par nos enfants qui nous forcent à reconnaître honteusement qu’on leur a volé leur avenir ».

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.