La visite de Trump en Angleterre

Je ne vois pas ce que le président américain a à faire au Royaume-Uni en ce moment, sinon attiser la discorde, comme il s’emploie à le faire en s’immisçant dans la campagne de succession à Mme May et en invitant le pays à ne pas respecter ses obligations envers l’Europe. Bref, diviser pour régner, partout. Dans quel monde de fou ce président nous entraîne-t-il ? Et la reine qui se sent obligée de lui rendre les honneurs…

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

6 commentaires
  • Mario Jodoin - Abonné 4 juin 2019 00 h 40

    Et la reine qui se sent obligée de lui rendre les honneurs…

    Bravo au maire de Londres!

    • Françoise Labelle - Abonnée 4 juin 2019 06 h 45

      Et il participe à un Tea Party avec le prince Charles.

    • Jeannine I. Delorme - Abonnée 5 juin 2019 10 h 54

      La reine n'est pas folle. Elle portait devant Trump un broche que lui avait donné Obama !!! Beau pied de nez !

  • Michel Lebel - Abonné 4 juin 2019 06 h 19

    Pauvre reine! Quel pensum pour elle!

    Je sais au moins une chose: l'histrion de la Maison-Blanche n'ira pas prendre une bière tablette avec le maire de Londres! Mais comme le premier ne boit pas, alors ce sera alors aussi non au ''fish and chips'', mets du genre à plaire à ce Donald!

    M.L.

  • Gilles Bonin - Inscrit 4 juin 2019 07 h 44

    La reine n'a pas le choix

    c'est le gouvernement qui décide (à noter qu'elle ne l'a pas reçu à Windsor, sa résidence personnelle, ce qu'elle avait fait la dernière fois). Et le gouvernement de Londres se ménage les bonnes grâces du mal léché président américain car elle fonce vers un brexit sans accord et finira par tomber dans les bres très «étreignants» des américains. Quand on pense que depuis la fins de la seconde guerre mondiale, les britaniques n'ont fait que cela: être le toutou des USA aux portes de l'Europe...

  • Claude Gélinas - Abonné 4 juin 2019 11 h 20

    Un visiteur détesté par les électeurs anglais.

    Comme à son habitude, le Président américain en plus de se mêler des affaires internes du pays visité souffle le chaud et le froid. Par contre, offrir à ce narcissique, menteur pathologique et grossier personnage les honneurs que lui réserve la reine est de très mauvais goût. Déja critiqué par des nombreux leaders politiques. à commencer par le maire musulman de la Ville de Londres, qui considère que le Président américain est un dangereux personnage qui sème le chaos sur son passage.

    Tout ce fla, fla et les honneurs ne serviront pas à faire oublier qu'aux États-Unis le droit des femmes à l'avortement obtenu de hautes luttes est en danger. Ce que ne manqueront pas de lui rappeler la foule hostile de ses opposants dans les rues de Londres.