Projet de loi 21: quel consensus?

Le ministre Jolin-Barrette affirme souvent qu’il y aurait un consensus chez les Québécois pour son projet de loi sur la laïcité. Mais le ministre oublie de dire que ce sont essentiellement les Québécois francophones, près de 70 %, selon les sondages, qui appuieraient le projet de loi 21.

Je ne sais sur quelle planète vit le ministre, mais l’actualité, notamment les récentes interventions en commission parlementaire, nous envoie plutôt un message de division sur le sujet. Mais que dois-je conclure de cette non-vérité (ou mensonge) énoncée par le ministre ? À force de répéter celle-ci, veut-il nous convaincre qu’elle est l’entière vérité ? Non ! le projet de loi 21 est clivant et il joue fortement sur la carte identitaire. Telle est la vérité !

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

35 commentaires
  • Marc Therrien - Abonné 27 mai 2019 02 h 49

    Problèmes de consensus et de définitions

    Il y aurait donc consensus chez les Québécois. Ça dépend de comment on définit "Québécois". Parlant de consensus et de définition, cela semble être les deux problèmes majeurs qui feront perdurer les discussions sur ce PL21 plus longtemps encore que les tenants du consensus pourraient le souhaiter. Quand on pense que le Gouvernement Legault ne s'est même pas donné la peine de définir ce qu'il entendait par "signe religieux" et qu'il n'y a pas consensus chez les musulmans eux-mêmes à savoir si le hijab est un signe religieux ou non.

    Enfin, que penser de François Legault qui déclare qu'il n'est pas venu en politique pour développer une loi sur la laïcité? Cette fois, on a bien vu ça.

    Marc Therrien

    • Cyril Dionne - Abonné 27 mai 2019 08 h 01

      Sans consensus, il n'y aurait aucune loi votée. Sans consensus, il n'y aurait pas de filet social. Sans consensus, il n'y aurait pas d'écoles publiques ou bien d'hôpitaux. En bref, il n'y aurait pas de société telle qu'on la connaît. Il y a bel et bien un consensus des deux tiers de la population québécoise sur le projet de loi 21. Dire que des gouvernements majoritaires sont élus avec seulement 33% du suffrage universel dans ce fouillis qu’est la monarchie constitutionnelle « of Canada ».

      La définition des signes religieux est claire pour ceux qui veulent voir. Le hijab est à la fois un signe religieux et culturel tout comme pour le crucifix chez nous. On va le décrocher le fameux crucifix de l'Assemblée nationale. Et ils vont l’enlever leur hijab dans la salle de classe.

      Curieux tout de même, dans les religions monothéistes, même après la mort, un individu est supposément puni éternellement s’il n’a pas suivi à la lettre, les superstitions des uns ou des autres, dichotomie enfer/ciel oblige. Il serait temps d’aller vers les Lumières. Pardieu que plusieurs sont arriérés. On est bien en 2019?

    • Nadia Alexan - Abonnée 27 mai 2019 09 h 15

      Vous faites de l'aveuglement volontaire en répétant ad nauseam qu'il n'y a pas du consensus sur le projet de loi 21 sur la laïcité. Vous avez tort. C'est vous qui ne vivez pas sur cette planète, pas le ministre Jolin-Barrette.
      La majorité silencieuse de la communauté musulmane favorise la laïcité pour en finir avec l'intégrisme et le fanatisme pour lesquelles elle a quitté les pays d'origine. La majorité des immigrants favorisent eux aussi une loi qui enracine la primauté de notre humanité universelle, au lieu des croyances qui nous divisent. Arrêtez de déformer la vérité en fonction de vos objectifs religieux.

    • Jean-Pierre Marcoux - Abonné 27 mai 2019 19 h 47

      @ Lebel
      Chacun sur sa planète

      Je vous suggère de retourner à l'école suivre des cours de sociologie qui vous permettrait entre autre de vous familiariser avec la notion collective de société. Chacun de nous n'est pas uniquement un individu. Il est aussi un citoyen membre de cette société. Pour vivre ensemble harmonieusement, cette société doit se donner des règles et des modes de fonctionnement.

      L'affichage envahissant, les réclames agressantes dans un haut-parleur, la vente à pression, le prosélytisme à tout venant etc constituent des violations à notre liberté de vivre harmonieusement. Le Québec fait ses lois pour gérer ce vivre ensemble. Son vécu historique collectif oriente sa gestion.

      Si le Québec choisit de vivre dans un environnement sain, c'est son droit. Il fait alors des lois pour prévenir la pollution. S'il choisit de vivre dans une société laïque, c'est son droit. Il passe alors une loi sur la laïcité.

      À mon avis, le projet de loi 20 devrait aller beaucoup plus loin pour toutes les raisons mentionnées depuis le début de son étude.

      La majorité des anglophones sont contre, c'est leur droit. Et ça illustre une fois de plus le fait qu'on est toujours et encore deux solitudes, comme chacun sur sa planète. Et nous avons le droit de diverger.

      La majorité des francophones veulent cette loi. Ne vous en déplaise, c'est donc la démocratie qui va jouer comme elle le fait
      ici : 50% + 1. Votre idée d'un consensus est utopique. Regardez un peu partout sur votre planète et vous verrez.

  • Réal Boivin - Abonné 27 mai 2019 05 h 48

    Consuler la population.

    Si la CSN avait consulté ses membres, elle n'aurait pas pu aller à la commission raconter des histoires à dormir debout. Tout comme la mairesse de Montréal n'a pas consulté les montréalais pour aller faire sa propagande en faveur des signe religieux.

    Les Représentant auto-proclamés ne parlent que pour eux-même.

    Une chose est certaine, 70% des québécois francophones sont en faveur du PL21. Et c'est la seule vérité à savoir.

    • Claude Bariteau - Abonné 27 mai 2019 08 h 49

      Non. Il y a aussi près du quart, selon les sondages, d'adhérants à ce projet. Ne l'oubliez pas. Ce n'est pas une quesion de francophones, mis de choix démocratiques. Penser dans vos termes, c'est nier la démocratie. Pourtant, vous étiez bien parti en ciblant la CSN et la mairesse de Montréal.

    • Réal Boivin - Abonné 27 mai 2019 13 h 20

      @ M. Baribeau

      Les québécois francophones représentent la majorité au Québec. Donc la majorité de la majorité sont en faveur du PL21.

      C'est bien de démocratie qu'on parle.

  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 27 mai 2019 06 h 24

    … avec assurance !

    « Je ne sais sur quelle planète vit le ministre » (Michel Lebel)

    Pour le savoir, il suffit de cliquer sur un serveur populaire, faire une demande d’amitié, et hop !

    Si problème d’accessibilité, prévoir, à titre de plan b, initialiser PDL 21, et il répondra à coup sûr et …

    … avec assurance ! - 27 mai 2019 -

  • Sylvain Rivest - Abonné 27 mai 2019 06 h 56

    Le sujet est usé

    Oui, il y a un consensus, je l’entends autour de moi depuis longtemps. M. Jolin-Barette vit sur la même planète que nous. Ce sont plutôt les opposants qui semblent égarés dans le vide intersidéral du multiculturalisme anglais.

    • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 27 mai 2019 10 h 31

      « Le sujet est usé » (Sylvain Rivest)

      Bien que ce genre de Sujet soit usé, il n’en demeure pas moins que certaines plumes, pro-religieuses seulement et probablement « usées » ?!?, aiment, hélas !, s’acharner pour rien sur des ...

      … causes inexistantes ! - 27 mai 2019 -

  • Raynald Rouette - Abonné 27 mai 2019 07 h 32

    Il faut arrêter de jouer avec les mots!


    Depuis 1982, le Canada est une mine d’or pour les avocats et avocasseries de toutes natures.

    Il est permis de penser et dire que le mot consensus n’existe plus, comme l’expression vivre en société. Le déclencheur? Une immigration massive déclenchée par les guerres coloniales et commerciales depuis les débuts des années 2000 et très irrespectueuse de la véritable société d’accueil le « Québec »!

    Considérant l’histoire du Québec de 1759 à nos jours, vouloir culpabiliser les Québécois pro laïcité majoritaire, est une insulte à l’intelligence.

    • François Beaulne - Abonné 27 mai 2019 10 h 13

      C'est exactement ce qu'a démontré l'éminent sociologue Guy Rocher dans sa prestation à la Commission parlementaire.