Bravo Monsieur Johnson!

Lettre en réaction au texte de monsieur Pierre Marc Jonhson

Quel plaisir que de vous lire dans ce contexte où, de tous bords, les esprits s’enflamment et les paroles blessent. Votre rappel qu’en démocratie il est impératif que les débats de société soient menés en respectant l’Autre est non seulement apaisant, mais nécessaire. Vous évoquez avec pertinence que pour être profitables, ces débats doivent s’exercer dans la tolérance, la retenue, le respect et la civilité. Plus encore, vous insistez sur la responsabilité de chacun à accepter l’issue du débat. Ainsi, vous affirmez qu’en « … [dernier recours], il y a lieu de mettre fin aux oppositions et de vivre de bonne foi avec les choix effectués ». Que voilà les paroles d’un démocrate sincère !

Votre éloquence est empreinte d’une grande sagesse. Merci.

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

1 commentaire
  • Cyril Dionne - Abonné 11 mai 2019 08 h 19

    J'ai promis de ne pas rire en lisant cette lettre

    Coudonc, est-ce que les débats de société ont été menés en respectant l’Autre lors du dernier référendum, Commission Gomery oblige? M. Pierre Marc Jonhson est perdu dans les nuages sémantiques de la politique « Canadian ». Personne ne demande la permission à l’autre pour être indépendant puisqu’il s’agit de droits fondamentaux inaliénables qui ne peuvent pas être révoqués. Croire dans les amis imaginaires comme adultes et entendre des voix, c'est une autre paire de manches. On pense plutôt à les faire interner et non pas à les instituer ces délires dans la fonction législative de l’État.

    Est-ce que M. Jonhson pourrait vivre avec nous autres en 2019? Peut-être qu’il devrait essayer d’habiter dans ces pays où les droits religieux priment sur les droits fondamentaux juste pour le « fun » au lieu de se perdre dans des rêveries chimériques et politiques. Comment a-t-il peut devenir chef du Parti québécois? On imagine que le secret est dans la Caramilk canadienne.