Allez-vous finir par comprendre?

Mais qu’est-ce que ça va vous prendre pour réaliser enfin que le réchauffement climatique, c’est pas une joke ! Les scientifiques n’en finissent plus de lancer des avertissements de plus en plus alarmants, les faits eux-mêmes le démontrent de plus en plus brutalement, avec le tragique exemple des inondations en cours et le souvenir de la canicule de l’été passé (qui se répétera encore cette année ?). Est-ce qu’on va continuer à rapiécer notre univers comme ça, un morceau à la fois, digue après digue, coup de chaleur après coup de chaleur ?

Que font dans le décor ces dinosaures que sont Doug Ford, Andrew Sheer, leur nouvel allié Jason Kenney et de l’autre côté de la frontière, l’ineffable Donald Trump ? Qu’attendent Justin Trudeau et François Legault pour déclarer l’urgence nationale, amorcer une véritable réflexion globale et mettre sur pied un plan d’action et des stratégies à la hauteur des menaces pressenties ? Car ne nous leurrons pas, ce que nous entrevoyons présentement, ce n’est que la pointe de tous ces icebergs qui continuent à fondre inexorablement, emportés par notre meurtrière folie de consommation.

Si les pouvoirs publics persistent à faire la sourde oreille et ne se montrent pas à la hauteur de leurs responsabilités, il faudra que nous, citoyens et citoyennes, habitants de notre seule planète, prenions les mesures qui s’imposent pour que nos dirigeants agissent avant qu’il ne soit trop tard.

Je vous en prie, Monsieur Legault, lorsque la crue sera terminée, réunissez votre cabinet, lançons des états généraux sur le réchauffement climatique et préparons-nous dans toutes les régions du Québec pour que nos populations souffrent le moins possible de ces dérèglements dont nous sommes responsables et dont les effets commencent à peine à nous affliger.

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

3 commentaires
  • Claude Bariteau - Abonné 4 mai 2019 07 h 42

    Ne comptez surtout pas sur Trudeau et Legault. L'un a les pieds englués dans le pétrole et ne fera que des petits pas de danse d’ici les élections. L’autre cherche une poignée pour faire des sous et créer des emplois payants.

    Il n’y a que les citoyens et les citoyennes qui peuvent changer la donne. Non pour sauver la planète mais pour permettre que les espèces animales, dont les humains, continuent d’y vivre. Et ça, ça peut se produire seulement par des mouvements qui s’incarnent dans des partis politiques avec des objectifs précis en coordination avec d’autres pays, notamment ceux engagés dans cette direction.

  • Paul Gagnon - Inscrit 4 mai 2019 08 h 20

    N'oubliez pas les autres Bombes :

    la nucléaire, la biologique, la réseautique, la pédagogique, etc. et, la toute dernière qui est bien cachée et visible à la fois, la démographique.

    • Raymond Saint-Arnaud - Abonné 4 mai 2019 23 h 03

      Oui, la surpopulation mondiale est un facteur-clé dans les les changements climatiques.

      Je suis étonné de ne pas entendre les écologistes, scientifiques et analystes en géo-politique aborder ce problème pourtant si patent. La prophétie d’Isaac Newton annonçant la fin de l’homme sur la terre avant 2060 était certes basée sur des prémisses farfelues. Il n’en reste pas moins que la chose pourrait arriver à cause des changements climatiques. L’homme étant ce qu’il est, son plus grand ennemi est lui-même quand on parle de réchauffement climatique.