Du Bloc au Parti dinosaure

L’ancien chef du Bloc québécois Michel Gauthier, qui a rejoint les rangs du Parti conservateur (PC), explique son choix en déclarant que le Bloc actuel n’est plus celui de Gilles Duceppe et de Lucien Bouchard. Malheureusement pour lui, le Parti conservateur actuel est bien toujours celui de Stephen Harper, dont le Canada s’est débarrassé avec soulagement en 2015, après ses 9 ans de travail de sape sur les plans environnemental, démocratique, scientifique et social. Et alors que des inondations exceptionnelles nous rappellent l’urgence d’agir face aux changements climatiques, le PC n’a pour seul programme environnemental que l’interdiction des déversements d’eaux usées dans les cours d’eau. On nous promet bien sûr un programme plus étoffé à l’approche des élections, ce qui en dit long sur l’improvisation et la sincérité de l’engagement environnemental du PC, un parti plus porté à favoriser les énergies fossiles en dépit de tout et jusqu’à ce que la planète nous emporte comme l’ont été les dinosaures.

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

6 commentaires
  • Pierre Desautels - Abonné 2 mai 2019 09 h 02

    Pas sûr.


    "L’improvisation et la sincérité de l’engagement environnemental du PC, un parti plus porté à favoriser les énergies fossiles en dépit de tout et jusqu’à ce que la planète nous emporte comme l’ont été les dinosaures."

    Bien sûr, mais le nouveau chef du Bloc, Yves-François Blanchet, aura une épine dans le pied. Ministre de l'environnement du gouvernement Marois, il affirmait qu'il se voyait comme partenaire des pétrolières. De là son parti-pris pour les forages en Anticosti et en Gaspésie, de même que son appui à la cimenterie Mcinnis à Port Daniel, sans BAPE. Pour la crédibilté, il faudra repasser.

  • Gilles Delisle - Abonné 2 mai 2019 09 h 13

    Je cherche à comprendre!

    Comment celui qui fut un des grands tribuns du Bloc Québécois , durant les premières années de ce parti à Ottawa, en est arrivé aujourd'hui à joindre les rangs du Parti conservateur ? Je n'en reviens pas! Quelle tristesse!

    • Cyril Dionne - Abonné 2 mai 2019 16 h 45

      Moi non plus. Comment une personne peut changer d'idéologie politique sur un dix sous pour aller chez les conservateurs? Les Anglais, les multiculturalistes et les mondialistes ne sont pas vos amis. Le ROC fait tout pour détruire ce qui reste de francophone en Amérique du Nord.

      La mission du Bloc n'est pas de jouer dans la cour des fédéralistes en étant gentil, mais bien de représenter le Québec vers son ascension à l'indépendance tout en s'assurant que les intérêts du Québec sont toujours bien représentés tant et aussi longtemps que nous paieront des taxes et impôts dans un système qui n'est pas le nôtre. Ce n'est pas dans l'intérêt des francophones de s'assurer que cette monarchie constitutionnelle qu'est le Parlement d'Ottawa fonctionne bien quitte à faire des sacrifices pour satisfaire ceux qui nous verrons toujours comme des porteurs d'eau. Au diable tout cela.

    • Claude Gélinas - Abonné 3 mai 2019 11 h 12

      Subrepticement à force de cotoyer des collègues députés du ROC Michel Gauthier serait devenu un colonisé collaborateur en ajoutant comme vire-capot l'insulte à l'injure pour défendre désormais le Parti conservateur.

  • Michel Blondin - Abonné 2 mai 2019 10 h 13

    Le mal de Bloc et le syndrome de Stockholm





    C’est plutôt parce qu’il est encore de la vieille école de Duceppe et Bouchard que le Bloc s’en va nulle part. Promouvoir l’indépendance du Québec, ce qui nécessite une rupture démocratique avec l’État central, n’est pas de critiquer le Canada pour en soutirer un peu plus d’un peu moins, mais d’expliquer les abus, les inconvénients et de montrer la porte de sortie.

    De défendre implicitement le cadre d’enfermement constitutionnel du Québec dans cet État central anglo-canadien en attendant quelques améliorations létales est un paradoxe du type du syndrome de Stockholm. Jouer le gentleman agreement avec l’agresseur est toxique.

    Ce qui s’énonce clairement a bien meilleur goût. Que pour l’indépendance du Québec ne mêle plus personne. Les sept députés/mutins sur les dix députés ont renié ce Bloc pour en faire un faux frère à l’image de Québec Debout. Tout le monde le dit, Martine avait raison. Les mutins ont fait une copie collée, mêlée mêlante, de son programme pour diversion.

    Michel Gauthier, l’ex-chef du Bloc est un exemple typique du Bloc qui vise tout et rien. Il devient, à sa façon, Conservateur Debout. Bref tout et rien.

    • Claude Richard - Abonné 3 mai 2019 10 h 07

      Belle explication qui ne mène à rien. L'expérience désastreuse de Martine Ouellet ne suffit pas à monsieur Blondin? C'est pourtant simple: "La politique du pire est la pire des politiques", comme l'ont dit tant de gens, et ce n'est pas en tirant sur la racine qu'on fait pousser les fleurs plus vite. Mais certains semblent allergiques au GBS.
      Quant à Michel Gauthier, c'est vraiment un cas psychiatrique. Le gros bleuet est devenu le gros Bleu. Et ce n'est pas le bleu du drapeau du Québec. Son séjour à Ottawa lui a totalement fait perdre la tête.