Le foulard plutôt que la toile!

Le projet de loi 21 essaie d’apporter une solution à un problème qui n’existe pas. En effet, il n’y a pas d’atteinte à la laïcité de l’État actuellement au Québec, et ce ne sont pas les femmes voilées qui sont une menace pour nos droits collectifs et notre « affirmation nationale ».

Par ailleurs, ce projet de loi n’apporte aucune solution à des problèmes très réels et criants qui menacent sérieusement la consolidation de notre projet identitaire pour le Québec. Par exemple, comme le soulignait si bien monsieur Alain Saulnier dans son analyse parue dans Le Devoir du 19 avril 2019, ce sont « les géants du Web et l’impérialisme culturel américain » qui sont la vraie menace pour notre langue et culture et qui devraient nous faire trembler de peur.

À force de « zoomer collectivement » sur le foulard, on ne voit plus la toile.

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

12 commentaires
  • Cyril Dionne - Abonné 20 avril 2019 06 h 44

    Le mur jeffersonien

    Les géants du Web et l’impérialisme culturel américain ne sont qu'une menace. La pire, c'est celle qui voudrait s'opéré de façon pernicieuse à l'intérieur même de nos murs des salles de classe par une certaine filiation des enfants.

    On est laïc ou on ne l'est pas. Simple. Et les signes religieux ne font pas parties de la laïcité. Les religions monothéistes non plus dans la sphère étatique. Oui au mur jeffersonien ou la séparation complète des églises de l'État. Point à la ligne.

  • Gilles Bousquet - Abonné 20 avril 2019 07 h 56

    Le projet de loii ne soome pas sur le foulard

    Il zoome sur les signes religieux pour les employés de l'état, en autoristé, Ce sont ses adversaires qui zoome sur le voile pour diascréditer ce projet de loi, qui les frustre.

  • Claude Bariteau - Abonné 20 avril 2019 08 h 39

    Alors comment protéger culture et langue avec comme outil un province dont les habitants sont édentés alors que le Canada, qui a joué aux dentistes en 1982 et 1995, sert de tremplin aux GAFA de ce monde qui livrent à rabais des produits vendus diffusés des USA comme du temps de Mickey Mouse.

    Resserrer les rangs comme à l’époque des prêches des curés ou se doter un pays. M. Saulnier a fait un beau sermon sur la menace, réelle, à laquelle seuls des États souverains peuvent véritablement intervenir. Les sermons ne touchent que les convertis. Les lois d’un État promeuvent les droits des citoyens et des citoyennes. Pensez-y.

    • André Joyal - Inscrit 21 avril 2019 20 h 07

      Mme Chabot: vous écrivez :«...le voile est une obligation de la religion musulmane.»

      Vous dites plus loin que vous êtes musulmane, alors je me demande quel iman vous a persuadé que vous devez porter le voile.
      Je fréquente des musulmans depuis 50 ans, les femmes que connais ou ai connues ne portaient ou ne portent pas le voile et se considéraient et se considèrent comme de bonnes musulmanes.

      Alors, je me demande si votre conviction relève de la foi des nouveaux convertis. À moins que vous fréquentiez des imans bien barbus et portant la gandoura.

  • Jean-François Trottier - Abonné 20 avril 2019 09 h 20

    M. Talbot, le Québec fait des efforts louables pour s'accorder à l'esprit laïc des Québécois.

    Pas le Canada. Pas du tout.

    Le Canada a beau se prétendre laïc, c'est un état religieux.
    Prière aux Communes, Reine cheffe de l'Église Anglicane.
    Ladite église Anglicane n'a jamais, jamais contesté la moindre loi ni le moindre règlement d'un gouvernement où que ce soit dans le Commonwealth.
    Venez me faire croire que c'est normal!!

    Ça s'appelle de la collusion ça.

    Le Canada est un état religieux.

    D'autre part, aucune religion ne demande qu'on porte le moindre signe particulier, ni vêtement, ni autre.
    AUCUNE.
    Dans ces conditions, porter des signes est ce qu'on appelle en anglais de l'overkill, en faire trop quoi.
    C'est en soi du prosélytisme qui peut aller jusqu'au fanatisme dans certains cas, comme dans les accusation démesurées de M. Steinberg, on n'en sort pas.
    Ce sur quoi porte PL21 est le port de signes qui ne sont obligatoires que chez les plus exacerbés des religieux.
    PL21 ramène tout simplement les religions au même plan que toutes les autres idéologies : on n'affiche pas une odéologie quand on est juge, policier ou enseignant, c'est évident.

    Et c'est une loi "arrangeante", parce que faut le dire, les idéologies que sont les religions sont totalitaires. Y a pas plus totalitaire que les religions en fait.

    Cette loi n'a absolument rien à voir avec un trip identitaire quoiqu'en dise Legautls pour des raisons électorales. C'est le geste d'une population qui a souffert collectivement d'une religion et qui prend quelques moyens pour éviter que ça recommence, dans le plus grand respect de tous.
    Ce que les opposants à la loi sont incapables d'avoir.
    Du respect.

    • Suzanne Chabot - Inscrite 21 avril 2019 11 h 05

      M. Trottier,

      Je voudrais vous répondre à propos de cette affirmation : "Le Canada a beau se prétendre laïc, c'est un état religieux".

      Ce n'est pas parce que la suprématie de Dieu est mentionnée dans la constitution et que la reine d'Angleterre est officiellement le chef de l'État (elle qui est également le chef de l'Église anglicane) que dans la réalité, le Canada est un pays religieux.

      Tout cela est sur papier uniquement, dans les fait, il en est tout autrement. Le véritable pouvoir est dans les mains du premier ministe (et non de la Reine) et de son parti. Si l'on creuse un peu plus loin, on peut dire que le véritable pouvoir est entre les mains des lobbys les plus puissants qui financent le parti ainsi que dans les puissants qui contrôlent l'économie en général et le médias. Je vous invite à lire des textes de science politique pour vous familiariser avec l'analyse du pouvoir.

      Il ne faut pas se fier aux apparence. Il faut creuser un peu plus loin et regarder les faits.

    • Suzanne Chabot - Inscrite 21 avril 2019 11 h 10

      M. Trottier dit : "Aucune religion ne demande qu'on porte le moindre signe particulier, ni vêtement, ni autre. AUCUNE".

      Ce n'est pas vrai, le voile est une obligation de la religion musulmane.

      C'est la raison, d'ailleurs, pourquoi les musulmans se sentent directement visés.

  • Pierre Desautels - Abonné 20 avril 2019 12 h 14

    Bien dit.


    Le gouvernement Legault se sert continuellement de l'identité pour expliquer son projet de loi 21. Le premier ministre et ses ministres réfèrent souvent à "notre nation" et "nos valeurs" dans leur argumentaire. Le prétexte de laïcité qui est utilisé, et le faux argument du tort causé aux élèves par le voile, ne sont qu'une forme d'un nationalisme digne du temps de Maurice Duplessis.

    • Claude Bariteau - Abonné 21 avril 2019 09 h 17

      J'apprends de vous que la France, la Belgique et la Suisse véhiculent un nationalisme à l'image de celui de Maurice Duplessis qui nourrissaient les communautés religieuses et les commissions scolaires de subventions.

      M. Legault ne parle pas de « nation » en écho à celle des « canadiens-français » par les Britanniques, le clergé à et de M. Garneau qui a voulu corriger la description de Lord Durham. Il réfère à la nation québécoise de M. Charest, inclusive, et à l'Assemblée nationale devenue celle de tous les habitants du Québec, définie en 1968 pour qualifier la seule chambre du parlement du Québec après l'abolition du Conseil législatif.

      Ce à quoi vous référez me semble plus la « nation » dite historique des descendants des Français utilisée par les nationalistes à la Bock-Côté et d'autres comme lcelle du peuple fondateur d'un éventuel pays dont les origines remontent à la fondation d'un porte de traite en 1608, voire 1600 avec celui de Tadoussac.

      Ces postes furent créés pour le commerce des pelteries avec des peuples Amérindiens au moment où des Français pratiquaient la pêche depuis bon nombre d'année.

      En 1629, Champlain et les colons qui l'accompagnent sont retournés en Francepar les frères Kirke dans le cadre d'une guerre religieuse entre la Grance et l'Angleterre. Champlain revient après la paix de Saint-Germain-en-Laye de 1632 avec des colons, qui n'ont pas de liens avec les premiers. Après avoir réactivé le poste de Québec, il en fait créer un autres à Trois-Rivières à la demande d'un chef autochtone.

      Entre 1634 et 1763, en Nouvelle-France et ses colonies dont celle du Canada, la principale, il y eut envoi de militaires pour neutraliser les assauts militaires iroquois suivi d'une colonisation assurant le ravitaillement des lieux de traite et la présence de communautés religieuses.

      La « nation » n'est pas présente. La Nouvelle-France est une colonie française.

    • Pierre Desautels - Abonné 21 avril 2019 09 h 48


      "J'apprends de vous que la France, la Belgique et la Suisse véhiculent un nationalisme à l'image de celui de Maurice Duplessis qui nourrissaient les communautés religieuses et les commissions scolaires de subventions."

      La France, la Belgique et la Suisse sont des États indépendants, contrairement au Québec. Le nationalisme exprimé par François Legault est un retour au nationalisme défensif du temps des Canadiens-français, plutôt qu'une démarche nationaliste indépendantiste, telle qu'exprimée entre autres en Écosse et en Catalogne.

    • Suzanne Chabot - Inscrite 21 avril 2019 11 h 23


      Je suis d'accord avec M. Bariteau qui dit que "M. Legault ne parle pas de « nation » en écho à celle des « canadiens-français »", c'est-à-dire à la nation comme la conçevait Maurice Duplessis.

      Le clergé catholique est également visé par ce projet de loi. Toutes les religions, en fait. C'est plutôt d'inspiration 'athée', je dirais, à voir les inervenants invités à interragir. Une sorte de lutte contre toutes les religions en général. Les musulmans sont ceux qui sont les plus touchés, mais cela touche les autres commuanutés religieuses également, notamment les religieux catholiques qui portent la croix pour se différencier des 'laïcs'.

      Ce n'est pas le retour du duplessisme, c'est un nouveau phénomène.