Hommage à Notre-Dame de Paris

Chère cathédrale Notre-Dame de Paris, tu as été un phare pendant près de 1000 ans ! Tu es passée au travers de tant d’épreuves historiques et tu as touché le cœur de tant d’êtres qui ont gravité autour de toi et en ton sein.

Je suis à la fois loin et proche de toi. Je demeure sur un autre continent, mais mes origines anglo-normandes me rapprochent de toi. D’ailleurs, un grand écrivain français et homme politique, Victor Hugo, qui s’était exilé entre autres à Guernesey, a écrit en ton honneur Le bossu de Notre-Dame.

À la suite de ce terrible brasier, espérons que l’être humain prendra conscience non seulement de sa fragilité en tant qu’être vivant, mais aussi de l’importance de la fragilité de grands monuments que l’homme, parfois, prend un vilain plaisir à reconstruire avec fourberie et dont il omet de préserver la mémoire.

Fort heureusement, il y a des êtres au sein même de ta patrie ainsi que dans d’autres lieux qui ont ce grand dessein de retrouver leur être cher, toi, pour te faire rejaillir de tes cendres comme une magnifique fontaine avec ses richesses à la fois historiques et architecturales.

Lorsque l’on perd un être cher, on a l’impression de tomber dans un puits sans fond. Une partie de soi n’existe plus. Il est fort difficile de pouvoir toucher sa chair et sentir son allégresse.

Mais avec la grâce de ta grandeur, de ta puissance intérieure, chère cathédrale, tu resteras toujours la doyenne privilégiée au sein de nos cœurs qui continueront de vibrer à l’unisson pour entendre, de nouveau, mais d’une autre façon, ta voix angélique qui résonnera au travers de tes charmantes rosaces et de nos âmes.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

1 commentaire
  • Jean-Marc Drouin - Inscrit 19 avril 2019 02 h 25

    Notre-Dame de Paris :1482

    Bonjour,

    Le roman de Victor Hugo dont vous parlez dans votre texte a été publié en 1831 sous le titre de Notre-Dame de Paris : 1482. Chef-d’œuvre de la littérature française et de la littérature mondiale, ce roman n'a jamais eu d’autre titre en langue française. Celui que vous lui donnez est erroné. Dans sa traduction anglaise, le roman porte le titre de The Hunchback of Notre-Dame ou encore celui de Notre-Dame of Paris. Ce titre que vous attribuez au roman de Victor Hugo serait donc passé de son vrai titre en français (Notre-Dame de Paris : 1482.) à un titre de la traduction anglaise (The Hunchback of Notre-Dame) pour nous revenir traduit en français sous le titre Le bossu de Notre-Dame. La confusion vient sûrement du fait qu’en 1996, les studios Disney ont connu un grand succès avec le film d’animation qui s’inspirait de ce roman de Victor Hugo. Dans sa version originale, le film a pour titre The Hunchback of Notre-Dame et il a été distribué dans sa version française sous le titre Le bossu de Notre-Dame. À ne pas confondre!