J’accuse

Voulez-vous entendre une blague ? Regardez autour de vous, notre société en est une bonne. Nous prétendons vivre dans une société humanitaire, une société égalitaire, une société solidaire. Une société où l’on prétend prôner amour et égalité, pour ensuite tuer et lyncher ceux du même sexe qui, Dieu pardonnez-les, oseraient se partager un baiser. Une société où l’on prétend valoriser la paix, mais faites gaffe à votre démarche, ou vous pouvez finir comme Trayvon Martin, avec une balle qui arrache. Une société où l’on prétend apprendre de nos erreurs, mais pourtant que connaissez-vous du génocide des Rohingyas ? Bien sûr, je suis consciente du progrès de l’homme et l’ouverture continuelle de son esprit. Je suis également consciente du privilège que j’ai de vivre dans un pays aisé où mes parents ont trouvé abri pour fuir les démons qui ont détruit leur ancienne vie maintenant morte à travers les coups de fusil. Pourtant, où est-ce que mon privilège s’arrête ? Il s’est arrêté au moment où mon nom de famille n’était plus Benmessaoud, mais Ben Laden. Il s’est arrêté au moment où lorsqu’on parlait du 11-Septembre, les yeux tournés vers moi me faisaient sentir responsable de ces morts. Il s’est arrêté au moment où je me suis fait surveiller dans une boutique, car apparemment j’ai le physique d’un bandit typique. Il s’est arrêté au moment où je me suis fait suivre dans la rue par un inconnu et je vous arrête tout de suite, je n’étais pas nue. Il s’est arrêté au moment où j’ai dû défendre ma tenue au lieu qu’on s’attarde à un homme dans la quarantaine suivant une adolescente touchant à peine sa vingtaine. Mon privilège s’est arrêté au moment où j’ai souhaité être un homme blanc. Celui qui me regarde du haut de la hiérarchie sociale avec un air désolant, celui qui n’a pas dû s’habituer à des commentaires dégradants, celui qui marche avec la tête haute et forte tout en riant. Ton privilège est précieux, crois-moi, c’est quelque chose que je ne verrai qu’à travers mes deux yeux, mais que je n’expérimenterai jamais, peu importe à quel point je le veux. Pourtant, à quoi te sert-il si tu l’utilises pour oppresser encore des minorités qui en ont déjà assez ? Pourquoi ne pas utiliser ta voix pour faire entendre celles qui ne font pas le poids ? Pourquoi ne pas aider ta mère, ta soeur, ta tante, ta cousine, ta femme, ta fille à vivre dans un milieu tranquille ? Pourquoi ne pas aider ton voisin haïtien, ton copain marocain, ton patron mexicain à vaincre les commentaires sans fin ? Voulez-vous entendre une blague ? Nous vivons dans une société individualiste, une société égoïste, une société égocentrique, où égalité et justice riment avec inhumanité et préjudice.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

19 commentaires
  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 3 avril 2019 06 h 40

    … d’en-corps accuser ?!?

    « Voulez-vous entendre une blague ? Nous vivons dans une société individualiste, une société égoïste, une société égocentrique, où égalité et justice riment avec inhumanité et préjudice. » (Sabrina Benmessaoud)

    De cette blague tonitruante, une citation terrifiante :

    « Ne demande pas ce que ton pays peut faire pour toi, demande ce que tu peux faire pour ton pays » (A, John Fitzerald Kennedy)

    Si, de cette citation, la Société (ou le Pays) continue d’entendre et de rire de ses blagues, que faire de plus sinon …

    … d’en-corps accuser ?!? - 3 avril 2019 –

    Ps. : Bien qu’il soit un cri du cœur d’endossement possiblement universel, ce « J’accuse », d’humble lecture fragile, limpide et honnête, semble se reposer sur d’autres avenues d’intérêts autres ! Sans rancune ni souci ! Bref !

    A : https://citations.ouest-france.fr/citations-john-fitzgerald-kennedy-463.html .

    • Hélèyne D'Aigle - Abonnée 3 avril 2019 09 h 12


      Permettez - moi , M. Blais de rectifier , une grande erreur , qui , hélas , continue de se perpétuer !

      La citation est de Khalil Gibran , Poète / Artiste Libanais !

      C'est que John F. Kennedy en a fait sa consigne et l'a inclus dans son discours d'inauguration !

    • Nadia Alexan - Abonnée 3 avril 2019 10 h 32

      J'en ai vraiment marre de cette culture de victimisation. Ça suffit. La société québécoise est d'une générosité et d'une ouverture exemplaire. C'est votre attitude qui est méprisable.

    • Jean-Henry Noël - Abonné 3 avril 2019 11 h 31

      Votre position n'est pas juste, Mme Alexan. La réalité, pénible, c'est que nous vivons dans une société fondée sur le mensonge. Tout est faux surtout en ce qui concerne le portrait que les cracheurs de micro font de la société. On jubile au Journal de Montréal (2 millions de lecteurs) depuis que la CAQ gouverne. Pourquoi ?

    • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 4 avril 2019 07 h 26

      Merci Mme D'aigle pour votre généreuse rectification !

      @ M Noël : bien que "sa" position soit présumément "pas juste", la réaction de Mme Alexan exprime le "sous-entendu" de mon "PS" qui affirme, quelque-part, quelque chose qui, l'utilisant à prétexte, dépasse et vise autre chose que le domaine de la "victimisation" !

      Bref ! - 4 avril 2019 -

  • Sylvain Rivest - Abonné 3 avril 2019 07 h 11

    Les larmes de crocodile (encore)

    Vous étés tellement pathétiques. En plus, vous vous permettez de donner des leçons à la société québécoise. On vous demande une neutralité religieuse et vous grimper aux rideaux. Ah les méchants québécois nationalistes! Vous savez ce que vous faites? Vous vous peinturez dans le coin et vous creusez un fossé entre vous et votre société d’accueil. Continuez comme ça, vous été bien parties.

  • Bernard LEIFFET - Abonné 3 avril 2019 07 h 44

    Bien dit et c'est la Vérité toute nue!

    Moi-même immigrant reçu il y a plus de cinquante ans, j'ai connu, avec ma femme et mes enfants nés ici, les affres de ceux et celles qui nous considérent comme quelque chose d'embêtant, pour ne pas dire un autre mot! Oui, c'est dur de recevoir en plus des insultes par des gens sans scrupules qui vous apostrophent et qui, dans un français souvent dépravé tentent de vous faire fuir. Ils étaient encore plus nombreux autrefois a partager cet anti-immigrant, celui qui vient voler leur « job »!
    Cette vanité n'a pas sa place dans une société démocratique et sans haine. D'ailleurs,la société québécoise relève de colons à majorité française qui n'avaient, je présume, que la volonté de défricher ce coin de pays et de le développer pour que leurs enfants puissent vivre mieux que sur le Vieux Continent! L'union fait la force et crée la richesse. La division et l'égocentrisme ne mènent nulle part!
    Dites blanc, aussitôt on vous dira noir!. Dites oui, aussitôt on vous dira non. L'esprit de contradiction se voit même dans les commentaires des journaux en ligne qui sont, à mon avis, très hargneux. Cependant, il faudra bien un jour mettre au pas ce laisser aller d'une société mal en point. L'environnement se porte mal, il n'est pas le seul auquel il faudra apporter un sérieux coup de barre pour que nous puissions vivre ensemble harmonieusement!

    C'est avec compréhension que je partage

    • Pierre Bernier - Abonné 3 avril 2019 11 h 12

      " Moi-même immigrant reçu il y a plus de cinquante ans ....

      Manifestement, vous vous êtes fait à cette société d'accueil.

      Vos descendants aussi ?
      Ou furent-ils "élevés" dans une nostalgie qui a embelli celle que vous aviez quittée (volontairement) ?

  • Sylvio Le Blanc - Abonné 3 avril 2019 07 h 47

    Vous me faites pleurer

    Pour un peu, en lisant cette lettre, on se croirait dans l'Algérie de la décennie noire.

    Peut-être que Mme Sabrina Benmessaoud préférerait vivre, au fond, dans un pays vraiment musulman, où les minorités religieuses chrétiennes et autres, elles, ne l'ont vraiment pas facile.

    • Sylvio Le Blanc - Abonné 3 avril 2019 16 h 02

      Le « J'accuse...! » de Zola était autrement plus pertinent et urgent. Rien à voir avec aujourd'hui.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/J%27accuse%E2%80%A6!

  • Michel Bibeau - Inscrit 3 avril 2019 08 h 32

    Amen

    «sed libera nos a malo».