Opportunisme électoral irresponsable et fallacieux?

Illustration: Le Devoir

Dans sa chronique « La dernière chance de Jagmeet Singh », K. Yakabuski écrit que la déclaration de M. Singh voulant « qu’il considère comme “important de reconnaître le Québec comme une nation distincte” semblait sortir de nulle part ».

C’est inexact. Sous la direction de Jack Layton, en septembre 2006, dans la Déclaration de Sherbrooke, le NPD décrivait le Canada comme étant un pays multinational et y reconnaissait la nation du Québec. Le NPD n’a pas trop diffusé cette déclaration à l’extérieur du Québec, puisqu’un chroniqueur aussi informé de la vie politique canadienne que K. Yakabuski semble, ou feint, en ignorer l’existence.

Pourtant, le charisme de Layton couplé à un discours d’ouverture du NPD à l’égard du Québec a permis au NPD de surfer sur une vague québécoise de sympathie qui l’a mené aux portes du pouvoir à Ottawa en 2011.

Après huit ans, on constate que le NPD n’a pas su pérenniser la sympathie des électeurs québécois, n’a pas su défendre les dossiers importants pour le Québec. Un sondage Léger paru le même jour que la chronique de Yakabuski place le NPD à 7 % dans les intentions de vote au Québec. Cela nous aide à comprendre pourquoi son chef dit aujourd’hui que le NPD va « reconnaître le Québec comme nation distincte ».

Aucun doute que c’est de l’opportunisme électoraliste de la part du chef du NPD que de sortir des boules à mites cette promesse de reconnaissance. Yakabuski va plus loin en affirmant qu’il est « hautement irresponsable et même fallacieux de créer des attentes chez les Québécois qui ne sauraient jamais être réalisées » par un parti fédéraliste canadien (ni par les libéraux, les conservateurs ou les verts).

Pour bien défendre les dossiers du Québec à Ottawa, finalement, on ne pourra se fier en octobre prochain qu’au Bloc québécois, qui, lui, a fait ses preuves.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

5 commentaires
  • Gilles Théberge - Abonné 22 mars 2019 12 h 28

    Quand les vraies affaires refon surface, la chose la plus sûre, c’est de voter pour le Bloc.

    • Cyril Dionne - Abonné 22 mars 2019 15 h 27

      Bien d'accord avec vous. Le Bloc a mon vote.

      Et on s'en %$*&@#$ - tu que le NPD va « reconnaître le Québec comme nation distincte ». Lorsque nous avons élu toute une armée de députés néodémocrates, qu'ont-ils fait pour le Québec? Rien!

      Nous sommes maintenant passés à d'autres choses et le NPD n'est fait plus partie de notre avenir. Le Québec est un pays. Point à la ligne.

  • François Beaulne - Abonné 22 mars 2019 13 h 11

    Tout à fait d'accord

    Les Québécois savent et sentent qu'ils constituent, de par leur histoire, leur langue et leur culture, une nations unique en Am\érique. Point besoin d'une reconnaissance condescendante de cette réalité par quelque parti fédéraliste que ce soit oeuvrant au plan fédéral. Reconnaître au Québec qu'il est une nation au sens sociologique du terme n'est qu'une évidence. Y a rien là!
    Ce qui est beaucoup plus fondamental c'est de reconnaître que cette nation, même si elle ne jouit pas d'un statut juridique souverain, mérite qu'on la traite différemment et qu'on lui attribue les pouvoirs qu'elle juge essentiels pour son plein épanouissement.
    Dans un contexte fédéral, prendre acte de cett réalité passe par l'acceptation et la reconnaissance dans les faits, d'un fédéralisme assymétrique dans lequel les composantes fédérées n'ont pas toutes nécessairement les mêmes attributs et les mêmes pouvoirs.
    Or aucun parti fédéraliste actuel au Canada n'endosse cette approche. Tout le reste n'est que poudre aux yeux.
    D'où la nécessité de soutenir à Ottawa un parti qui n'a pour objectif que de se faire la voix du Québec dans une enceinte où nous sommes de plus en plus minoritaires et de moins en moins influents sur des enjeux qui concernent notre présent et notre avenir.

    • André Labelle - Abonné 22 mars 2019 14 h 54

      Vous écrivez : [...] «dans une enceinte où nous sommes de plus en plus minoritaires et de moins en moins influents [...]».

      Vous êtes trop bon M. Beaulne. Je dirais plutôt que l'opinion du ROC envers le Québec est de plus plus en plus agressive, arrogante, fanatique.
      Ne soyons pas naïfs depuis le fameux référendum perdu par quelques points seulement, l'opinion qu'a le ROC sur le Québec n'a cessé de se déterriorer. Je ne crois plus qu'il y aie possibilité de réconciliation et qu'il devienne agréable et profitable à l'un ou à l'autre des groupes de vivre ensemble dans un même pays.
      Jamais le ROC n'acceptera les conséquences concrètes de cette reconnaissance avec laquelle M. Singh essaie encore de nous endormir.
      «Les masques à la longue collent à la peau. L'hypocrisie finit par être de bonne foi.»
      [Edmond et Jules de Goncourt]

  • Sylvio Le Blanc - Abonné 22 mars 2019 13 h 20

    Excellente lettre

    Vous avez bien retouché vos commentaires du 17 mars.

    https://www.ledevoir.com/opinion/chroniques/550027/la-derniere-chance-de-jagmeet-singh