Roundup: que fait le Canada?

Illustration: Le Devoir

Le gouvernement canadien ferme encore une fois les yeux pour ne pas voir les preuves de la dangerosité des pesticides et des désherbants à base de glyphosate, comme le Roundup. C’est insensé !

Les agriculteurs arrosent leurs champs de ces produits même juste avant la récolte. La situation est jugée inacceptable pour d’autres pays qui refusent désormais d’acheter notre blé. Mais nous, soucieux et fiers de manger local, nous ingérons du déjeuner au souper des milliers de particules cancérigènes. Santé Canada se défend de protéger sa population en arguant que les traces résiduelles du glyphosate respectent les limites permises, et que les études ne concluent pas à des effets nocifs clairs sur la santé. Quelle malhonnêteté scientifique ! Primo, au fil des années, Santé Canada monte la barre du seuil acceptable comme si la réglementation s’ajustait aux demandes de l’industrie des pesticides… Secundo, les conclusions de Santé Canada s’appuient en grande partie sur des résultats d’études signées par… Monsanto ! Clairement, le système qui vise à protéger notre santé est corrompu jusqu’à la moelle, et le gouvernement, trop contaminé pour agir.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.