Bon courage, Catherine Fournier!

Combien de fois le Parti québécois (PQ) a-t-il souhaité s’améliorer, faire autrement, oser changer… ?

Combien de fois des souverainistes ont-ils désiré s’unir pour former un seul parti ?

Combien d’écrits et de discours a-t-on mis en avant pour procéder à ces changements ?

Catherine Fournier, ma députée de Marie-Victorin, décide de foncer en privilégiant la création d’un mouvement souverainiste. Son idée n’est certes pas nouvelle, mais à la suite des dernières élections, il faut avoir l’audace d’agir. C’est peut-être le bon moment !

Je lui souhaite bonne chance. Je crois que certains leaders et bons penseurs devraient s’unir maintenant pour réfléchir à cette possibilité de regrouper tous les souverainistes québécois en une seule équipe d’ici les prochaines élections.

Je ne tire pas sur le PQ, pour lequel j’ai milité près de 50 ans. Mais j’engage celles et ceux qui semblent plus tenir à leur parti (à QS aussi) qu’au fait de se regrouper pour l’indépendance du Québec. Ne dit-on pas que l’union fait la force ? Ouvrons les bras, au lieu de se tourner le dos !

À Catherine Fournier et à celles et ceux qui travailleront à rassembler les souverainistes : bon courage et merci !

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

6 commentaires
  • Robert Morin - Abonné 19 mars 2019 07 h 39

    Vous nous dites...

    ...que dans le cas de Catherine Fournier, c'est «la patrie avant le parti»? J'espère que vous avez raison, et que ce n'est pas une sorte de mimétisme par apport à une certaine Mme Wilson-Reybould, qui lui aurait inspiré une façon de se placer sous les projecteurs médiatiques, car dans ce cas, ce serait plutôt «Ma carrière avant mes collègues et mon parti». L'avenir nous dira si ce rassemblement que nous souhaitons tous ardemment des forces indépendantistes du Québec se réalise, mais j'ai de sérieux doutes par suite des arabesques latérales dont QS a si bien le secret, et jusqu'à s'allier avec un parti fédéraliste (New Democratic Party) contre le Bloc québécois au fédéral et jusqu'à répondre «Vous savez, je ne suis pas si souverainiste que ça...» comme l'a fait Mme Machouf de QS la semaine dernière lors de sa mise en candidature pour le parti NDP.

    • Lise Bélanger - Abonnée 20 mars 2019 11 h 38

      ......je ne suis pas si indépendantiste que ça......tout comme son mari d'ailleurs!

  • Richard Maltais Desjardins - Abonné 19 mars 2019 09 h 06

    Unir

    Unir ceux pour qui l'indépendance est une fin en soi nécessaire et ceux pour qui elle est seulement de l'ordre des moyens contingents ne passera pas par une nouvelle tentative de refondation. De1puis toujours, ce sont les circonstances objectives qui déterminent l'urgence. Pour le meilleur ou le pire et quelque effort qu'on mette pour rendre l'idée attractive, les québécois n'éprouvent pas l'urgence de changer de régime. Libérer un peuple qui ne se reconnaît pas d'identité collective et encore moins à l'égard d'un asservissement qu'il aurait en partage?

  • Jean Jacques Roy - Abonné 19 mars 2019 11 h 28

    Les baguettes magiques? Vous y croyez?

    Certes, la sortie de Madame Fournier a été médiatisée et spectaculaire.

    Celle de Aussant, il y a quelques années le fut également. À la différence que Aussant, sur une brève période a cristalisé autour de lui une couche de jeunes militants croyant au mirage volontariste et électoraliste de ce jeune indépendantiste. Aussant parti, la baloune s’est dégonflée et les militants et militantes onistes les plus aguerri.es ont persévéré et ils et ON a fusionné avec QS.

    Madame Fournier se joindra peut être à d’autres indépendantistes orphelins, pour essayer d’unifier le mouvement souverainiste. Tant mieux, mais il serait illusoire de croire qu’il suffit d’un coup de baguette pour formuler un programme et regrouper des forces militantes déjà engagées soit dans les mouvements sociaux, soit dans QS.

  • Claire Dufour - Inscrite 19 mars 2019 16 h 23

    Pourquoi pas.

    Peut-être fondera-t-elle un parti avec Martine Ouellet...

    • Serge Lamarche - Abonné 20 mars 2019 01 h 51

      Ben oui, le Parti Séparatiste. Un vrai parti séparatiste qui laverait le PQ de ce sobriquet.