L’arbre est vivant

Illustration: Le Devoir

Madame Fournier,

Je suis un des 80 000 membres du Parti québécois et je crois à un avenir prometteur pour ce grand chapiteau qui a accueilli des gens comme Véronique Hivon, Marc Laviolette et Paul St-Pierre Plamondon. Le point commun avec ces personnes, c’est qu’ils peuvent faire valoir leurs idées à l’intérieur de cette grande coalition qu’est le Parti québécois. La majorité des militants qui participent aux instances du parti sont bien plus jeunes que moi, mais nous partageons les mêmes idées avec des nuances qui s’expriment toujours dans le respect et la fraternité. Mme Fournier, je crois que vous écoutez des sirènes qui vous poussent à vous éloigner du parti qui vous a fait grandir et qui vous a permis d’être élue dans Marie-Victorin. Pour ma part, je reste fidèle au Parti québécois et j’ai confiance de voir au printemps cet arbre fleurir et redonner des fruits. Il est, paraît-il, des terres brûlées donnant plus de blé qu’un meilleur avril, chantait Jacques Brel.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.