Le cas Fournier

Illustration: Le Devoir

Malgré une certaine sympathie affichée à l’égard de Catherine Fournier par plusieurs, je continue de croire qu’elle a trompé ses électeurs. On peut douter qu’elle ait été élue si elle avait fait campagne comme députée indépendante l’automne dernier. En ce sens, elle témoigne d’un opportunisme insupportable et elle trahit ses compagnons de lutte qui ont été élus à l’Assemblée nationale.

Son choix égoïste place ses derniers en situation désavantageuse comme parlementaires. On se demande si le Parti québécois pourra continuer de bénéficier des outils du travail parlementaire qui lui ont été consentis comme deuxième groupe d’opposition.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.