Plus que de simples gardiennes

Lettre à François Legault

J’enseigne la sociologie au cégep. Chaque année, j’enseigne aux étudiantes et aux étudiants (oui, il y a des gars aussi dans ce domaine) en techniques d’éducation à l’enfance.

Le débat sur les maternelles 4 ans me choque depuis longtemps. Si je crois qu’elles peuvent être favorables à certains, à mon avis la solution mur à mur serait une catastrophe. Votre idée toute récente d’engager des éducatrices pour pourvoir des postes que vous ne parviendriez pas à pourvoir autrement est déjà dérangeante en soi (l’équivalent de déshabiller Jean pour habiller Paul). Mais pour couronner le tout, vous insistez sur la formation et, ainsi, si on engage des éducatrices, ce serait à la condition qu’elles suivent une formation universitaire en même temps.

Je tiens à vous dire, M. Legault, que la formation qui est donnée au cégep dans les techniques d’éducation à l’enfance est très sérieuse. Ces filles et ces gars seront des professionnels de la petite enfance. À quatre ans, on apprend beaucoup par le jeu, par les activités structurées, par l’interaction avec les autres. Ce pour quoi sont formés les étudiantes et les étudiants. Dans tout le programme, on travaille à faire en sorte que ces personnes professionnelles puissent agir de la meilleure façon possible avec des enfants d’âge préscolaire. Pour que les enfants s’épanouissent et apprennent, non seulement des connaissances, mais des habiletés sociales. La gestion de groupe, en préscolaire, c’est loin d’être seulement de la discipline pour que tous les amis écoutent ce que dit le prof en avant.

À vous entendre, on dirait que vous associez ces techniciennes et ces techniciens aux petites gardiennes d’enfants qui ont fait leur cours de gardienne avertie. Que changer une couche et chanter des chansons, voilà toute l’étendue de leurs connaissances. Je le répète : ce sont des professionnels qui sont formés dans les cégeps. Spécifiquement pour les besoins préscolaires de nos enfants. Ces gars et ces filles ont bien plus de connaissances sur les tout-petits en sortant du cégep qu’en ont les gens qui sortent du bac en éducation. Parce que la petite enfance est leur spécialité.

Je vous invite à venir rencontrer des étudiantes et des étudiants en techniques d’éducation à l’enfance. À venir discuter avec les profs également. Vous verrez à quel point la formation est sérieuse et bien plus adaptée aux besoins des tout-petits que celle offerte au bac. Vous comprendrez peut-être aussi que plutôt que de mettre en concurrence deux institutions, vous pourriez prendre la mesure de toute la richesse de leur complémentarité.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

3 commentaires
  • Sylvio Le Blanc - Abonné 7 mars 2019 07 h 41

    Bien dit

    Bravo !

    • Cyril Dionne - Abonné 7 mars 2019 10 h 12

      Non.

      Premièrement, les cégeps sont au niveau des écoles secondaires en Ontario. Faut-il rire ou en pleurer?

      Deuxièmement, apprendre par le jeu est une philosophie de l'apprentissage qui tarde à faire ses preuves. Le jeu, eh bien, c'est un jeu. Apprendre, c'est de la dissonance cognitive qui est loin d'un jeu.

      Troisièmement, à quatre ans, ce qui est important, c'est le developpement émotif de l'enfant qui devrait avoir un passage obligatoire à la maison et dont les parents semblent s'être déresponsabilisés. Et je ne blâme pas les parents; c'est la réalité d'aujourd'hui. Le développement cognitif est la suite logique de l'enfant dans son développement.

      J'ai enseigné en maternelle (Ontario) pour un an pour voir de ce qui était. Les enfants de ma "paternelle" n'exhibaient pas plus de facultés cognitives avant, au milieu et à la fin de leur périple en maternelle 4 ans. Il faut le dire, les CPE et les maternelles 4 ans sont des garderies de luxe.

      Ceci étant dit, le gouvernement Legault fait de l'aveuglement volontaire en ce qui concerne les maternelles 4 ans. Les CPE du Québec font l'envie des parents des autres provinces puisqu'eux doivent débourser 50$ et plus par jour pour un enfant à une garderie. La maternelle 4 ans sera gratuite. Tout est dit.

  • Jean-François Trottier - Abonné 7 mars 2019 09 h 37

    Et j'ajoute

    Quand j'ai eu mes enfants, les CPE n'existaient pas, ou plutôt ont commencé à exister alors que nous avios déjà une organisation pour nous occuper du dernier de nos enfants, qui n'allait pas encore à l'école.

    Des garderies où l'on pousse le parent à la porte, où l'on se renseigne sur les activités (ou les mésaventures) en arrachant les mots de nos enfants parce que le personnel est muet, j'en ai connues plusieurs avant de trouver des solutions.
    Le pire était une garderie "montessori". sa directrice sentencieuse et ses employées qui visiblement ne voulaient pas plus voir les parents... que les enfants.

    Je suis tombé sur le derrière la première fois que je suis allé dans une CPE pour aller chercher mes petits-enfants en compagnie de leur mère. Des locaux organisés intelligemment, des groupes éveillés, des enfants ouverts et des éducatrices qui peuvent parler vraiment de chaque enfant.
    Un rapport détaillé dans un journal, que l'éducatrice avait écrit et qu'elle pouvait compléter en paroles au besoin.
    Et des enfants qui, ça se voit, apprennent dans le jeu donc sans effort, et qui ont hâte d'y retourner.

    Ce jour-là j'ai remercié dix fois Mme Marois dans mon esprit.

    Je commence à croire que Legault a quelque chose, non pour la maternelle, mais contre les CPE. Je me demande ce qu'il avait à en dire au conseil des ministres à l'époque de leur création.

    Jusqu'à quel point Legault est-il obnubilé par les modèles américains, leurs études, leur "efficacité" et leurs nombreux échecs sociaux ?
    Sais pas. Mais j'ai des doutes.