À la défense du Pharmachien

Il est plus que regrettable de voir le sort qui est réservé au Pharmachien par ces internautes dont on soupçonne qu’ils n’ont pas l’esprit scientifique très développé. Cachés frileusement derrière l’anonymat des réseaux sociaux, ils propagent leur hargne avec d’autant plus de vigueur qu’ils se savent à l’abri des regards. Il faut dénoncer publiquement ces gens d’un autre temps et leur faire savoir que nous refusons de reculer à l’âge pré-scientifique où ils semblent s’être arrêtés. Les dérives de toutes sortes qu’on voit dans nos sociétés seraient beaucoup moins nombreuses si l’esprit scientifique était plus développé. Il est important de réaffirmer la priorité de la raison pour rendre compte de notre réalité même dans des domaines où elle ne peut pas tout expliquer. La science progresse parce qu’elle a l’humilité de reconnaître qu’elle ne sait pas tout. Ce doute perpétuel est sa grande force. Il lui permet d’avancer pour s’approcher au plus près de la vérité. Ne lui coupons pas les ailes en faisant taire ceux qui la servent le mieux. J’encourage le Pharmachien à continuer son excellent travail, que nous sommes bien plus nombreux à apprécier qu’à dénigrer.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

16 commentaires
  • Yvon Bureau - Abonné 7 mars 2019 07 h 19

    Vive la primauté de la science !

    Merci Ronald pour ce texte court et intense en vérité. Il a une odeur d'humilité créatrice.

    J'aime bien «La science progresse parce qu’elle a l’humilité de reconnaître qu’elle ne sait pas tout. ».
    Le contraire des religions qui savent tout, contrôle, domine et écrase.

    J'aime aussi «Ce doute perpétuel est sa grande force. Il lui permet d’avancer pour s’approcher au plus près de la vérité. » S'approcher de la Vérité et du vrai, tout comme en philosophie.

    Merci+++ au pharmachien; solidarité avec lui. Il devrait aussi inviter à se joindre à lui de VIEux et VIEilles pharmaciens, pour nous parler avec science et avec philosophie, avec humilité et avec humour, nous gardant à saine distance des dogmes écrasants et des intérêts ignobles petitisants.

  • Lise Bélanger - Abonnée 7 mars 2019 08 h 50

    Très triste pour le pharmachien, j'appuie votre commentaire.

  • Robert Morin - Abonné 7 mars 2019 09 h 01

    Les deux côtés de la médaille

    Je dois avouer n'avoir vu qu'un ou deux épisodes des émissions du Pharmachien. Je suis d'accord avec sa démarche, mais il me semble qu'elle serait plus intéressante, plus équilibrée et plus crédible, s'il se consacrait également à faire état des dérives et des faussetés véhiculées par l'industrie pharmaceutique... je crois qu'il y aurait là aussi tout un important travail à faire.

  • Christian Dion - Abonné 7 mars 2019 09 h 33

    Qui sera l prochaine?

    Qui sera la prochaine personne émettant des propos intelligents
    va se sentir obliger de se la fermer parce que menacée par des
    ignorants qui pullulent sur les résaux?
    Christian Dion, abonné

    • Christian Montmarquette - Abonné 7 mars 2019 14 h 58

      C'est étrange, mais des émissions de vulgarisation scientifique comme "Une pilule une petite granule"; Découverte"; "Le Code Chastenay" ou "Électrons libres", n'ont jamais suscité de controverses.

  • Christian Montmarquette - Abonné 7 mars 2019 09 h 38

    Les raccourcis épistémologiques du Pharmachien

    Je vous invite à prendre connaissance de la critique de l'approche d'Olivier Bernard par Céline Hequet.

    "Les raccourcis épistémologiques du Pharmachien" - Ricochet, 12 décembre 2016.

    Extraits : "Être critique, ce n’est pas seulement tourner en dérision les affirmations pseudo-scientifiques. C’est également être capable d’avoir une pensée critique sur sa propre discipline." (...)

    "J’aurais aimé qu’Olivier Bernard profite de sa sacrée grosse tribune à "Tout le monde en parle" pour nous parler de ses critiques envers l’industrie pharmaceutique plutôt que d’y traquer le jus vert et autres remèdes naturels. Ça me fait penser à Philippe Couillard qui coupe les assistés sociaux plutôt que de s’attaquer aux paradis fiscaux." - Céline Hequet

    https://ricochet.media/fr/1585/les-raccourcis-epistemologiques-du-pharmachien?

    • Roxane Bertrand - Abonnée 7 mars 2019 10 h 07

      De la vulgarisation n’est pas de la science, mais elle a sa place pour atteindre davantage de gens. Un chercheur m’a déjà dit qu’une position scientifique envers la pseudo-science est :”peut-être”.

    • Christian Montmarquette - Abonné 7 mars 2019 10 h 40

      Comment, par exemple, nier le fait que ce sont les entreprises pharmaceutiques elles-mêmes qui produisent leurs propres études pour valider leurs médicaments? Il y a là, il me semble, un conflit d'intérêts flagrant.

    • Cyril Dionne - Abonné 7 mars 2019 11 h 12

      Cher M. Montmarquette,

      Tourner en dérision la pseudo-science rend service à la société parce que ces nouveaux charlatans sont tout simplement dangereux et volent les gens. Notre ami, le pharmachien vulgarise la science pour la rendre accessible à tout le monde. Il rend un service inestimable.

      Mais la science n'a jamais été l'apenage de nos solidaires puisqu'eux possèdent la vérité qui ne peut pas être contestée. Et en tant que gardien de la vérité absolue, c'est leur devoir de s'attaquer à ceux qui se portent garant de notre bien-être. Misère.

      Franchement. Lâchez-nous avec l'industrie pharmaceutique parce que n'avez jamais rien fait de concret en cette direction. Vous n'êtes que des beaux parleurs et de petits faiseurs qui se prostituent pour des votes.

    • Christian Montmarquette - Abonné 7 mars 2019 12 h 27

      @ Cyril Dionne

      "Mais la science n'a jamais été l'apenage (sic) de nos solidaires puisqu'eux possèdent la vérité.." - Cyril Dionne

      "Franchement. Lâchez-nous avec l'industrie pharmaceutique parce que n'avez jamais rien fait de concret en cette direction.." - Cyril Dionne

      Vous ne pouviez-pas vous retenir votre langue sale, ne serait-ce que pour une fois, Dionne ?

      Alors que tout le manifeste écologique de QS "C’est maintenant ou jamais" repose précisément sur la science.

      D'ailleurs, JAMAIS QS n'a prétendu détenir la vérité, sauf, les péquistes tordus dans votre genre pour mieux pouvoir l'accuser par la suite.

      Et question d''industrie pharmaceutique, ça doit bien faire 12 ans que Québec solidaire propose la création de Pharma-Québec.

      Non, mais tu parles d'un paquet de conneries.

    • Gilles Roy - Abonné 7 mars 2019 12 h 50

      @ M. Montmarquette : Bien sûr qu'il y a raccourci méthodologique chez le Pharmachien. Après tout, il agit à titre de vulgarisateur scientifique, pas de doctorant en épistémologie. Lui même serait sans doute le premier à reconnaître que tout peut être bousculé, en physique notamment. Meilleure (moins obtuse, plus difficile) la question, meilleure la réponse. Ceci étant dit, vous faites montre d'une indiscipline qui ne vous grandit pas. Ce n'est pas en tirant une balle dans le dos de celui qui se fait attaquer vilement que vous soutenez une cause qui devrait nous réunir. À moins qu'être «solidaire», c'est être «divisif»....

    • Christian Montmarquette - Abonné 7 mars 2019 13 h 12

      Une page et des vidéos à explorer.

      "La médecine occidentale est en faillite éthique, qui, si on ne la corrige pas, va mener à une implosion de nos systèmes de santé."

      - Dr Fernand Turcotte, professeur au Département de médecine sociale et préventive, dont il est un des cofondateurs, et médecin au Centre hospitalier universitaire de Québec, pavillon CHUL.

      https://www.pulaval.com/auteurs/fernand-turcotte

      .

    • Christian Montmarquette - Abonné 7 mars 2019 13 h 32

      Autre citation du Dr Turcotte :

      "Les connaissances que nous avons mises au point, que nous avons découvertes et avec lesquelles nous croyons améliorer le lot de nos concitoyens, le lot de l'humanité, sont, en pratique, détournées de leurs fins et servent à empoisonner encore plus, la vie courante des gens."

      - Dr Fernand Turcotte, professeur au Département de médecine sociale et préventive, dont il est un des cofondateurs, et médecin au Centre hospitalier universitaire de Québec, pavillon CHUL.

      Source :

      https://www.pulaval.com/auteurs/fernand-turcotte

      .

    • Christian Montmarquette - Abonné 7 mars 2019 13 h 42

      @ Gilles Roy,

      C'est surtout le texte Ronald Albert qui parle de "réaffirmer la priorité de la raison" que je critique et cela ne justife en rien le harcèlement et les menaces dont Olivier Bernard fût l'objet.

      Et quitte à me répéter, je rappelle ici ces paroles du Dr Fernand Turcotte et professeur émérite de médecine à l'Université Laval :

      "Les connaissances que nous avons mises au point, que nous avons découvertes et avec lesquelles nous croyons améliorer le lot de nos concitoyens, le lot de l'humanité, sont, en pratique, détournées de leurs fins et servent à empoisonner encore plus, la vie courante des gens."

      - Dr Fernand Turcotte, professeur au Département de médecine sociale et préventive, dont il est un des cofondateurs, et médecin au Centre hospitalier universitaire de Québec, pavillon CHUL.

    • Gilles Roy - Abonné 7 mars 2019 14 h 51

      @ M. Montmarquette : Le titre de votre commentaire laissait pourtant à penser que c’était au pharmacien (à ses raccourcis épistémologiques) que vous vous en preniez. Sur le Docteur Turcotte : je ne connais pas son point de vue sur l’injection de vitamine C, mais je le vois mal s’y rallier. On peut vouloir dégommer les papes de la médecine industrielle et ne pas s’agenouiller devant ceux qui ne sont détenteurs d’aucune preuve en particulier.

    • Gaetane Derome - Abonnée 7 mars 2019 17 h 39

      @Christian Montmarquette

      Que de gros mots M. Montmarquette. Enfin, lorsque les arguments manquent désespérément, on en vient à l'insulte, signe du vide existentiel de votre doctrine, de votre démagogie et votre petite personne.

      Pour l'environnement ou l'économie, les solidaires ne savent pas compter et comprennent encore moins les mécanismes ingénieux de la science naturelle.