Un témoin perdu

Le 1er février dernier, le Québec a perdu silencieusement un champion de son système public de santé et de services sociaux. À l’âge de 83 ans, après une lutte sereine de plusieurs années contre le cancer, Jean-Paul Cadieux s’éteignait, laissant derrière lui, outre son épouse, ses enfants, sa petite-fille et d’autres membres de sa famille, un grand nombre d’amis et de collaborateurs et collaboratrices qui ont pu compter sur lui jusqu’à la fin. Il a aussi laissé l’héritage d’un homme de coeur ayant un souci remarquable pour les « ressources humaines » dans les multiples organisations auxquelles il a été associé et qui lui doivent beaucoup.

C’était un homme d’exception dont le dynamisme, l’engagement, le dévouement et j’oserais dire l’enthousiasme juvénile étaient exemplaires et ne cessaient de nous étonner, nous qui avons eu la chance de travailler étroitement avec lui. Entre autres, il a présidé l’ancienne Association des hôpitaux du Québec [...] et a été membre du conseil d’administration et du comité exécutif de l’Association des établissements de santé et services sociaux du Québec (AQESSS). C’est là que je l’ai connu et où, avec les directrices générales Lise Denis et Diane Lavallée, j’ai pu compter sur son appui aussi sage qu’efficace. Ses dernières années et son dernier engagement, il les a consacrés au programme innovant « Patient partenaire » de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal. Simplement à titre d’exemple que me soulignait l’un d’entre nous, en septembre dernier, cinq mois avant sa mort, il donnait une conférence lors de la réunion annuelle de l’AQDER Laurentides. Environ 80 personnes ont écouté religieusement ce témoin qui a soulevé leur enthousiasme et leur engagement. Tel était Jean-Paul Cadieux : un admirable témoin de la participation citoyenne et de l’engagement bénévole au service du réseau de la santé et des services sociaux.

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.