Université Facebook

Il existe une université avec des campus à la grandeur de la planète, qui n’exige aucun examen d’admission ni de présélection, et dont chaque étudiant peut également devenir professeur émérite en quelques jours. Cette institution révolutionnaire et accessible à tous de par sa gratuité, forme des millions de cerveaux dans tous les domaines de la connaissance humaine en quelques clics : c’est l’Université Facebook (UF).

Par exemple, les découvertes que les humains avaient réalisées depuis des millénaires ont été balayées en quelques jours lorsque de savants professeurs de l’UF ont décrété que notre planète était plate, et non ronde comme on nous l’avait démontré depuis des siècles. Depuis plus de 150 ans, la science officielle recommandait l’administration de vaccins pour prévenir des maladies contagieuses qui, auparavant, faisaient des ravages parmi la population. Grâce aux éminents médecins spontanés formés à l’UF, nous savons maintenant que ces vaccins sont extrêmement dangereux et qu’il vaut mieux les éviter à tout prix. Toujours dans le domaine de la santé, nous apprenions que les céréales pour bébés produisent des miracles pour augmenter en quelques minutes le taux de fer sanguin avant un don de sang. Cette nouvelle vient détruire toutes les études antérieures qui statuaient que le fer d’origine végétale, très différent de celui des humains, n’était que très peu absorbé (1 % à 5 %) par notre système.

L’UF, c’est à la fois l’Université des Fake News, l’Université de la Fantaisie et l’Université de la Folie. N’en déplaise aux savants de l’UF, je continue d’admirer les levers et les couchers d’un soleil rond comme ma Terre, je suis assidue aux campagnes de vaccination annuelle pour me garder en santé quand des tas de gens autour de moi sont malades, et je consomme plusieurs repas de foie de porc pour augmenter mon taux d’hémoglobine avant un don à Héma-Québec. Comme je fais partie des aînés de notre société, je reste fidèle aux enseignements de mon alma mater, pour mon bien-être et celui de mes semblables. Je laisse à d’autres le (dé)plaisir d’étudier à l’UF !

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

5 commentaires
  • Mario Jodoin - Abonné 5 mars 2019 01 h 49

    Ce n'est pas faux

    Mais, bizarrement, je ne vois rien de ces horreurs sur mon fil Facebook. Je dois mieux choisir mes contacts que l'auteure de cette lettre (qui, je l'espère, ne reçoit pas non plus ces horreurs, mais en entend parler).

    • Pierre Desautels - Abonné 5 mars 2019 19 h 36


      Ça n'a rien avoir avec les fils Facebook et les contacts. C'est la réalité, même si c'est aussi virtuel :

      https://www.facebook.com/careers/students-and-grads/students

  • Michel Lebel - Abonné 5 mars 2019 07 h 29

    La Béotie...

    La Béotie n'est plus une simple région de la Grèce ancienne: elle s'est étendue à l'ensemble de la ronde planète avec son Université UF et les Béotiens sont donc de plus en plus nombreux. Je me demande bien ce que penserait Platon de cette triste situation. Aristophane, lui, se bidonnerait, j'en suis à peu près sûr.

    M.L.

  • Marc Therrien - Abonné 5 mars 2019 07 h 48

    Plutôt la nouvelle École populaire de la vie


    Je comprends l'intention métaphorique ironique de votre texte. En la ramenant au ras des pâquerettes dans sa réalité concrète, je dirais que Facebook ne se prétend pas être une université qui propage la culture intellectuelle du savoir encyclopédique. Elle est plutôt la nouvelle École populaire de la vie qui fait compétition à la culture intellectuelle universitaire par la recherche-action continue du Gros Bon Sens de sa communauté de penseurs qui ne savent pas qu'ils ne savent pas.

    Marc Therrien

  • Sylvain Rivest - Abonné 5 mars 2019 08 h 41

    On arrête pas le progrès!

    L’avenir est aux gens connectés.
    Ou déconnectés?