Multiculturalisme et laïcité

Pierre Anctil [7 février 2019] tient des propos qui s’inspirent du multiculturalisme canadien plutôt orthodoxe. En jetant un regard sur l’évolution de la laïcité au Québec par le bout de cette lorgnette-là, c’est sûr et certain qu’il ne comprendra rien et qu’il nous sermonnera en empruntant ses modèles politiques et juridiques au Canada anglais. Il serait mieux avisé de consacrer son temps à défendre les Franco-Ontariens chez lui plutôt que les musulmanes dans la province voisine.

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

6 commentaires
  • Jean Lacoursière - Abonné 9 février 2019 09 h 18

    Pour le prof Anctil, musulmane = femme voilée ?

    Je partage l'analyse de l'auteur de cette lettre. Un lecteur perspicace a d'ailleurs fait remarquer dans la section Commentaires que le prof Anctil faisait un amalgame entre "femme musulmane" et "femme voilée". Voici ce qu'a écrit le prof :

    "Il n’est pas nécessaire d’être un grand clerc pour comprendre que le programme législatif du premier ministre vise avant tout les musulmans, et particulièrement les femmes musulmanes. On ne voit pas très bien, en effet, dans le discours actuel, quel autre groupe ou communauté religieuse pourrait se mériter une attention aussi soutenue."

    "[...] en agissant ainsi, le gouvernement bloque la voie à une intégration réussie des femmes musulmanes au sein de la société québécoise."

    En s'exprimant de cette manière, le prof Anctil nous autorise à hypothéser que dans sa tête, une femme musulmane est nécessairement une femme voilée. Or, cette loi ne changeraient rien pour les femmes musulmanes qui ne sont pas voilées ou qui n'affichent pas leur foi au travail.

    • Cyril Dionne - Abonné 9 février 2019 13 h 15

      D'emblée, on doit le dire, les musulmans en Ontario ont été plus protégés, dorlotés et on s'en empressés de combler tous leurs caprices religieux si on les compare aux francophones de cette province. J'espère que tout le monde connaît « Peace Village » (Vaughan), une enclave musulmane en périphérie de la région métropolitaine de Toronto. Si seulement on avait accordé le même traitement aux francophones hors Québec dans cette province, peut-être qu’ils existeraient encore. Ils sont où, ils sont où les francophones de cette province?

      Cela dit, sur quelle planète vivez-vous M. Lacoursière? Une intégration réussie des femmes musulmanes au sein de la société québécoise en portant le hijab, le jilbab (tchador), la burqa et le niqab dans la sphère étatique et publique, eux, qui sont tous des signes visibles de ce retrait des valeurs progressives que tous les Québécois tiennent à cœur. Et si dans sa tête, une musulmane est voilée, alors pourquoi le porter? C’est incongru comme réflexion.

      Vous savez M. Lacoursière, dans le coran, le voile est surtout utilisé métaphoriquement pour décrire les barrières entre le bien et le mal et les croyants et les incroyants. Il ne prend pas de forme physique. Seulement ceux qui veulent faire progresser une idéologie politico-religieuse affichent leurs couleurs en imposant des symboles patriarcaux de soumission et de dégradation pour les femmes et les jeunes filles, filiation ou endoctrinement oblige. Bonjour aux islamo-gauchistes de la gauche plurielle et multiculturaliste de Québec solidaire.

    • André Joyal - Abonné 10 février 2019 15 h 29

      Monsieur Dionne: comme toujours vous être fort intéressant quand vous nous informez sur la réalité ontarienne, mais en vous en prenant à M.Lacoursière, j'ai l'impression que vous vouliez écrire «M.Anctil». Sinon, moi je ne comprend «que dalle» comme disent les Français.

  • Jacques Aurousseau - Abonné 9 février 2019 15 h 48

    À Rome, fait comme les Romains!

    C'est bien de valeur, mais je trouve qu'on marche sur des oeufs quand il s'agit des musulmans. Nous feraient-ils peur? La religion c'est l'opium des peuples, et ce quelle que soit la religion. Je suis athée Dieu merci comme dit l'autre!

    • Cyril Dionne - Abonné 9 février 2019 18 h 35

      M. Aurousseau,

      Presqu’au même moment que la sentence de 40 ans à Alexandre Bissonnette avait été prononcée, le meurtrier en série, Bruce McArthur, lui a reçu seulement 25 ans pour 8 meurtres prémédités, organisés et fait en toute conscience de cause (ceux qu’on connaît puisqu’il risque d’en avoir bien plus) s’échelonnant sur une période de plus de 8 ans. Non seulement il a tué ces gens, mais il a pris un vilain plaisir à les mutilés et à les dégradant d’une façon si perverse que je manque de mots pour le décrire.

      Est-ce que cela veut dire que la vie d’un homosexuel est moins importante que celle d’un musulman? « Only in Canada Justin? Pity ».

      De toute façon la sentence de Bissonnette ne passera pas le test de la Cour suprême. Un juge ne peut pas se permettre de réécrire les lois à sa guise, sinon, ce sera la tyrannie des juges que nous connaissons très bien au Québec, loi constitutionnelle oblige.

  • Claude Froment - Abonné 10 février 2019 16 h 09

    Laïcité et religions

    Que de divergence . Dans toute la société civile, les différences sont visibles que ce soit apprécié ou non. C'est autre chose quand on parle de l'Etat, tout services devrait être laïque ! Point à la ligne. Je me sentirais mal servi si ce fonctionnaire me recevait dans une autre langue que la mienne ou encore qu'il ne la parlait pas convenablement. Je ne souhaiterai également pas qu'il me recoive porteur d'une tenue à consonnance étrangère aux vêtements habituels que nous portons. Ceci n'a rien à voir avec le/les religions quel qu'elles soient. Certaines sont plus visibles que d'autre, malheureusement. La vie religieuse doit résider à la maison, quoiqu'en pensent leurs divers gourou.