Réveillez-vous, le Québec!

La série Unité 9 a été suivie par plus d’un million de spectateurs ! Et j’en étais ravie, car je pensais que cette série incitait à la réflexion. Les entrevues avec le psy et les interventions avec les IPL étaient le plus souvent très judicieuses.

Après le viol de Jeanne dans l’émission, mon opinion a changé. Avec le traitement qu’on en a fait, je me demande : quel message les auteurs veulent-ils envoyer à ce million de spectateurs ? Jeanne refuse de dénoncer son violeur et, ça ne suffit pas, elle devra entretenir une relation pour le moins amicale avec celui-ci ! À part Marie, tout le monde a l’air de se réjouir de la belle grandeur d’âme de Jeanne ! Le violeur, lui, sauve son couple (parce qu’ils ne peuvent pas avoir d’enfants) en gardant le bébé né de ce viol.

Que dira-t-on à cet enfant quand elle demandera à ses parents comment ils se sont rencontrés ? Cette histoire absurde me fait penser à nos bons curés des années cinquante avec leurs messages obligatoires de procréation !!!

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

3 commentaires
  • Paul Gagnon - Inscrit 4 février 2019 10 h 16

    C'est à la mode

    Pardon et réconciliation sont dans l'air du temps mais à la suite d'une séance d'autoflagelletion (je ne sais si le gros méchant de la série l'a faite - n'ayant pas de TV).

    Pour ce qui est de la procréation avouez qu'on est en déficit sévère : d'où pénurie d'enseignants et de soignants. Je ne m'attends pas à plus d'un bain par mois lorsque je serai remisé dans un CHSLD (si ce n'est carrérment à la rue, car cela coûterait trop cher...).

  • Bernard Dupuis - Abonné 4 février 2019 18 h 19

    Une télévision éthique?

    Et que dire de l’émission « District 31 » ou des policiers torturent, se font justice eux-mêmes en assassinant une chef de la pègre, etc., ni vu ni connu. Quel message Radio-Canada veut-elle envoyer relativement à l’éthique policière? Veut-elle dire qu’ en réalité celle-ci n’est qu’une illusion? Une illusion autant pour les policiers que pour les citoyens? Veut-on laisser entendre que les policiers sont au-dessus des lois?

    Et tout cela dans l’indifférence générale.

    Bernard Dupuis, 04/02/2019

  • Gilles Delisle - Abonné 5 février 2019 08 h 52

    Les téléromans!

    Au risque d'en faire sourire quelques-uns! Les seuls téléromans que je regarde sont ceux du " Temps d'une Paix", qui sont à mon avis , ce qui s'est fait de mieux à la télévision, alors que Radio-Canada avait les moyens de réaliser et de produire des téléromans d'envergure et de qualité. Malheureusement, aujourd'hui, tout est donné à des sociétés de productions privées , comme Aetios, qui ne font du " fast food" télévisuel. Dans ce vieux téléroman des années 80, nous assistons à un cours d'histoire du début du 20e siècle. Les combats politiques de village, les débuts du féminisme, l'influence de la religion dans le quotidien, les débuts de l'aviation, l'arrivée du R-100 au Québec, la crise économique de 1929, et j'en passe. J'espère que les professeurs d'histoire de nos écoles se servent de ces documents exceptionnels, qui sont une mine d'informations sur le passé historique du pays du Québec.