Problème québécois ou francophone?

Il semble donc que le Québec compte de deux à trois fois plus (selon les tranches d’âge) de cas de TDAH traités avec des médicaments que le reste du Canada. La question posée par une cinquantaine de pédiatres est la suivante : qu’y a-t-il de particulier au Québec ?

J’aurais bien aimé savoir si l’on observe le même genre d’écart entre les Québécois francophones et les anglophones. Si c’était le cas, cela voudrait dire que le problème est culturel et non territorial. Cela s’inscrirait également dans le prolongement d’une tendance déjà observée chez les francophones à moins valoriser l’éducation de leurs enfants et à moins s’impliquer dans celle-ci.

Les francophones aiment-ils moins leurs enfants que les autres ? J’en doute. Je constate cependant que nous sommes collectivement plus portés à déléguer plusieurs responsabilités au gouvernement. La preuve en est dans nos taux de taxation plus élevés qu’ailleurs, dans nos programmes sociaux comme les garderies d’État, dans l’assurance publique de médicaments, etc.

Quel lien peut-on faire entre ce modèle québécois et la surmédication des enfants ? Peut-être le même qu’avec nos vieux en CHSLD. L’empathie ne peut se déléguer à la machine étatique qui est, par définition, froide et impersonnelle.

Les Québécois francophones ont réussi à s’émanciper collectivement de leurs curés grâce à la Révolution tranquille et à un État fort qui est devenu avec les années, comme la religion d’autrefois, omniprésent et omnipotent. Peut-être sommes-nous allés trop loin, au point où nos aînés comme nos enfants en paient maintenant le prix. Le temps serait peut-être venu de revoir nos priorités et de soulager l’État de certaines responsabilités individuelles et familiales.

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

5 commentaires
  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 1 février 2019 07 h 31

    … personne !?!

    « La question posée par une cinquantaine de pédiatres est la suivante : qu’y a-t-il de particulier au Québec ? » (Benoit Léger)

    Rien sauf que le Québec, aimant se distinguer de tout le Monde, se distingue de …

    … personne !?! - 1 fév 2019 -

    • Cyril Dionne - Abonné 1 février 2019 09 h 01

      Ce qui a de particulier, ce sont les préadolescents et les adolescents qui sont les plus touchés.

  • Claude Poulin - Abonné 1 février 2019 10 h 43

    Piste intéressante

    M. Leger propose une piste intéresante de réflexion. En effet, les Québécois francophones ont réussi à s’émanciper collectivement grâce au rôle de l'État, mais aussi grâce à cette phase exceptionnelle de prospérité et la puissance de l'argent! Ne serait-ce pas là un des facteurs (le consumérisme) qui exerce une influence néfaste sur la manière d'armer nos enfants face aux maux de la vie? Je le crois!

  • Christian Roy - Abonné 1 février 2019 13 h 24

    Nos gouvernements "économiques"

    Les causes du TDAH sont multifactorielles.

    Une chose est sûre, l'utilisation de médicaments est la plus expéditive et la moins exigente.

    En un certain sens, elle est la plus "économique".

    Cela va avec l'air du règne des pansements adhésifs.

  • Sylvio Le Blanc - Abonné 1 février 2019 16 h 03

    M. Benoit Léger fait des liens étonnants

    Une lettre à méditer.